Samedi 19 octobre 2019
Francfort
Francfort
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Frédéric PETIT : « La foule menace la démocratie ! »

Par Valérie Keyser | Publié le 01/03/2019 à 10:00 | Mis à jour le 23/05/2019 à 23:22
Photo : © Valerie Keyser lepetitjournal.com/Francfort
Frédéric Petit député des Français de l'étranger

De passage en Allemagne dans le cadre des réunions publiques sur le thème du « Grand Débat national » insufflé par Emmanuel Macron, Frédéric Petit, député MoDem de la 7ème circonscription des Français établis à l’étranger a répondu à nos questions, en marge de la réunion organisée à la Haus am Dom à Francfort en février 2019 par Jean-Marie Langlet, conseiller consulaire, et le comité En Marche local.


Lepetitjournal.com/Francfort : Vous avez entamé vos réunions autour du Grand Débat dans votre circonscription sur la situation en France et les enjeux démocratiques, sociaux et économiques soulevés par la crise des gilets jaunes. Quel écho ces réunions ont-elles reçu ? 

Frédéric Petit : Le 15 décembre lorsqu’Emmanuel Macron a souhaité rassembler les maires autour du Grand Débat, j’ai de mon côté pris tout de suite contact avec les conseillers consulaires de ma circonscription et leur ai dit « On le fait, je suis pour le débat ! ». Il me semblait nécessaire d’aller à la rencontre des concitoyens de la circonscription, de leur permettre de s’exprimer, de faire remonter leurs impressions, idées et revendications. Les Français ont été nombreux à participer aux réunions autour du Grand Débat, et heureux de rencontrer également d’autres Français qui ne partagent pas tous le même avis. 


Comment est perçue la crise des gilets jaunes dans votre circonscription ? Le mouvement y est-il soutenu ou plutôt montré du doigt  ?

Les Français sont surpris, inquiets, préoccupés, tristes, en colère devant l’ampleur du mouvement. Ils éprouvent aussi de la frustration, des regrets et perçoivent le malaise dans leur pays face au gouvernement, dénoncé par les gilets jaunes. Certains ont évoqué des dysfonctionnements qui datent de plus de 40 ans et surtout de très grandes inégalités qui s’expriment entre villes et campagnes dans l’Hexagone. La taxe carbone a fait déborder le vase. Il y a des gilets jaunes parmi les Français de la circonscription. J’ai rencontré notamment un Français retraité qui se déplace en France régulièrement pour aller manifester et soutenir le mouvement. Un autre Français dont les parents retraités en France ont du mal à joindre les deux bouts, m’a dit avec une certaine amertume : « Hier ce sont mes parents qui m’aidaient, aujourd’hui c’est moi qui les aide ». 


Vous évoquez dans un de vos communiqués la foule comme danger pour la démocratie. La France vous semble-t-elle prise en otage ? Quel regard portez-vous en tant que député des Français établis hors de France sur la crise des gilets jaunes ?

Non, la France n’est pas prise en otage mais il s’agit néanmoins d’une crise grave, profonde, on sent la fracture citoyenne à travers ce mouvement. Les gilets jaunes font résonner quelque chose qui est vrai et d’ailleurs François Bayrou, président du MoDem, mettait déjà en garde Emmanuel Macron en novembre dernier pour qu’il limite la hausse des carburants et que les gilets jaunes soient entendus. Oui la foule menace la démocratie selon moi, il est notamment intéressant de faire un parallèle avec l’époque de la Grèce antique où Socrate a été lynché par le peuple à Athènes, où « le demos » s’opposait à « l'oikos ». J’ai été moi-même insulté, il m’a été reproché d’être contre le peuple ; ce qui n’est pas le cas. La foule représente un danger car il s’agit d’un objet manipulable, la foule c'est la simplification, c'est Panurge, c'est le lynchage en Amérique qui est d'ailleurs définitivement considéré hors la  loi par un vote du Sénat américain depuis décembre 2018 seulement. 


Ce mouvement aura-t-il selon vous des répercussions sur les élections européennes qui auront lieu en mai prochain ?

La crise des gilets jaunes réveille les consciences. Peut-être qu’elle permettra justement un sursaut de citoyenneté, amenant davantage d’électeurs à voter, car c’est par le vote qu’on pourra faire avancer les choses dans une Europe en proie à la montée des populismes. Je suis ouvert au débat et à toute forme d’expression, je ne verrais pas d’un mauvais œil une liste de gilets jaunes aux européennes.J'invite également vos lecteurs à consulter sur ma page le texte de la Déclaration de Bilbao du 8 février dernier qui est un pacte européen concret et humain qui pose les problématiques de la campagne qui je l'espère, sera une campagne réellement européenne..


Etablissez-vous un lien entre les récents actes antisémites à Paris et le mouvement des gilets jaunes ? 

Non pas vraiment. Je ne pense pas que l’antisémitisme évolue aussi vite, il y a eu régulièrement des actes antisémites ces dernières années. Mais il y a en ce moment plus d’occasions de faire le larron.


A Francfort, un rassemblement d’une soixantaine de Français qui, pour la plupart, ont arboré fièrement leur gilet bleu, a eu lieu devant le Consulat général de France le 27 janvier dernier en soutien à la démocratie et pour dénoncer la montée des populismes en Europe. Avez-vous eu un retour de ces Français et encouragez-vous ce type de rassemblement ? Doit-on craindre un nouvel effet de foule que vous dénoncez avec les gilets jaunes ?

Je n’étais pas présent mais j’ai été informé que le rassemblement initié par le comité En Marche local s’est déroulé dans de très bonnes conditions, c’était plutôt bon enfant et pacifiste. Les Français présents étaient venus malgré le froid défendre les couleurs de l’Europe et la démocratie. Ils souhaitaient véhiculer des valeurs fortes de paix et d’unité. Tout comme les rassemblements pour l’Europe de « Pulse for Europe », il ne s’agit pas là d’un objet manipulable et je ne crains pas les débordements. L’idée du pique nique pour l’Europe, qui se veut pacifiste et convivial, me plaît aussi. 


Le 22 janvier dernier, le nouveau Traité de l’Elysée a été signé à Aix-la-Chapelle par Emmanuel Macron et Angela Merkel. Qu’est-ce que cela va changer selon vous pour les Français d’Allemagne ? 

Avec ce Traité, les deux pays vont coopérer davantage dans les domaines de la diplomatie, de la sécurité, de l’économie et de l’environnement. L’apport le plus significatif de ce Traité d’amitié va se situer, selon moi, au niveau des régions transfrontalières qui ont une définition un peu différente par rapport à d’autres régions comme l’Alsace par exemple. L’idée est de créer des espaces transfrontaliers, d’instaurer une harmonisation des procédures, un droit des affaires commun, mais aussi d’avoir une représentation plus forte du franco-allemand à l’étranger au-delà de la France et de l’Allemagne, de pouvoir travailler sur des projets très concrets comme l’AbiBac par exemple. L’instauration de l’AbiBac est d’ailleurs un projet que je suis de près à Zagreb. Sur le plan culturel, les Instituts français pourront travailler plus aisément avec les Instituts Goethe… 


Avez-vous un message à adresser aux Français de la 7e circonscription et plus particulièrement en Allemagne ?

Ce qui est dangereux, c’est de quitter les réunions autour du Grand Débat avec une frustration. Il ne faut pas hésiter à me contacter via mon site internet, je réponds à toutes les questions.

Site de Frédéric Petit : http://frederic-petit.eu/
Les propositions des Français de la 7e circonscription lors des réunions publiques seront intégrées au site du député d'ici le 15 mars.
Déclaration de Bilbao : http://frederic-petit.eu/index.php/2019/02/11/declaration-de-bilbao-du-8-fevrier-le-texte-complet/

Valerie Keyser

Valérie Keyser

Ex directrice des éditions de Francfort et Heidelberg-Mannheim (09/2013-06/2019), Valérie a décidé de se consacrer dorénavant à la rédaction en chef et à ce titre, elle définit la ligne éditoriale et les sujets.
15 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

jean luc1 mer 06/03/2019 - 00:05

pour 2019 ,j'ai annuler mes vacance en Normandie , des millions de touristes étrangers ne viendrons pas , des dizaines de milliers de travailleurs vont ou ont perdu leurs emplois , des milliers de restaurants hotel vont fermer . j'ai pas envit d'être emerder dans les bouchons , ou a cause des blocages eventuelle des dépots de carburants , voire d´être agresser par les gilets jaunes . mon argent je le dépenserais en Mer du Nord en Allemagne . Les gilets jaunes ne changerons pas grand chose aux européennes au lieu de voter extréme droite , ou france insoumisse , ils pourrons voter pour upr , marine lepen comme Mélanchon vont faire la gueule ,car ils vont perdre 4-6 points chacun . jean luc1

Répondre
Commentaire avatar

jean luc1 lun 04/03/2019 - 00:08

moi , je suis pas gilet jaune , mouvement sortit de nul part , et qui ne pouvais devenir que violent . le probléne date de 4 décénies , oú la france est gouverner par des énarques tous issue de l'ENA , ils forment une castre á part , se positionnent a gauche , a droite , afint de partager les postes , en cas de retournement de majorité les nouveaux , protégeant les partants , et pour se protéger eux même , car les énarques ont appris á renvoyer l'ascenceurs . je vote plus pour les elections sauf les présidentielles ,j'attend rien de ce genre de chose , sauf celuis de garder mon droits de critique . les gilets jaune se plaignent des taxes ,ils ont raisons , de la desertification des services plublique en campagne ,ils ont raisons .. si ils y a des taxes , c'est aussi á cause des aides sociales ,trop nombreuses , pas efficase , le manque de réformes comme le statut des fonctionaires , des cheminots , le chômage 75% pendant trois an . tout celas á un gôut payer par les taxes . il faudras réformer toute la société française celle des énarques en haut ,et des assisté sociaux en bas . jean luc

Répondre
Commentaire avatar

Patrick Brun dim 03/03/2019 - 10:33

Mr. Petit semble posséder l'art de mettre les faits à l'envers. Ce ne sont pas les manifestations qui mettent en danger la démocratie, c'est Mr. Macron et sa clique. Si ceux-ci avaient dès le 17 novembre pris le problème au sérieux, au lieu de l'alimenter par des déclarations sulfureuses des Castaner Schiappa et autres Darmanin il n'y aurait même pas eu d'acte 2 ou 3 des gilets jaunes. Enfin, Mr. Petit se trompe (décidément) encore pour les européennes. Il semble ignorer que les gilets jaunes vont sans doute soutenir et voter massivement pour l'UPR de Mr. Asselineau qui prône le...FREXIT. !

Répondre
Commentaire avatar

Franco-Allemand lun 11/03/2019 - 01:37

Il vous semble? UPR??? Voici un point de repère contraire!: http://www.lefigaro.fr/elections/europeennes/europeennes-lrem-et-le-rn-au-coude-a-coude-lr-fremit-20190310

Répondre
Commentaire avatar

Thonburiboy lun 04/03/2019 - 07:48

Qu'il y ait des partisans du Frexit alors que l'on voit les difficultés auxquelles se heurte la GB avec son Brexit et alors que l'Italexit et le Grexit ne sont plus à l'ordre du jour laisse rêveur et en dit long sur l'ignorance de ceux qui le proposent. L'éclatement de l'Europe serait une aubaine pour la Chine, la Russie et les USA qui pourraient diviser pour régner. . Sans parler des risques que le national-populisme qui se répand sur notre continent fait courir à tous. En ce qui concerne les GJ, dont on peut comprendre les revendications concernant le pouvoir d'achat, ils ne disent pas grand-chose sur les fermetures d'entreprises qu'ils provoquent et les chômeurs qu'ils créent. Et qui va payer pour tous les dégâts et autres saccages, sinon les contribuables? Je m'arrête là pour ne pas aborder les propos délirants que l'on peut lire sur les réseaux asociaux et le site du “Vrai” débat.

Répondre
Voir plus de réactions