Rencontre avec Lydie-Anne, maitresse à la crèche maternelle du Petit Poucet à Dubai

Par La Rédaction | Publié le 06/07/2022 à 22:15 | Mis à jour le 06/07/2022 à 22:36
lydie-anne-le-petit-poucet

Nous avons rencontré Lydie-Anne, une des maitresses de la crèche maternelle du Petit Poucet à Dubaï. Jeune maman, elle y enseigne depuis deux ans. Elle nous parle de son parcours et de cet établissement bilingue adoré des parents qui propose également un camp d’été pour ceux qui restent.

 

Lepetitjournal.com/Dubaï : Qu’est-ce qui vous a convaincue de venir enseigner au Petit Poucet ?

 

Lydie-Anne : Ce qui m’a attiré au début c’était vraiment la joie de vivre ! Le cadre coloré, organisé, spacieux, les grandes zones de jeux et surtout l’état d’esprit général. La joie de vivre c’est quand même fondamental quand on travaille avec les tout petits !

Cela fait deux ans que j’y exerce avec bonheur en tant qu’enseignante, et j’y ai également inscrit mon fils dans la section crèche, dès ses 3 mois et je suis ravie de son chemin au sein du Petit Poucet.

 

Comment s’organise la journée au Petit Poucet ?

 

Nous accueillons des enfants appartenant à trois catégories d’âges : le premier groupe accueille des enfants âgés de 3 mois jusqu’à l’acquisition de la marche ; le second, des enfants d’un an à deux ans et demi et le troisième, de deux ans et demi à six ans. Pour ces trois groupes, nous lions les thèmes pour favoriser l’échange entre les éducateurs. Néanmoins le premier groupe est plutôt concerné par les activités d’éveil et de motricité.

 

Quels sont les points forts de l’enseignement de la petite enfance au Petit Poucet ?

 

Outre l’aspect académique dont j’apprécie beaucoup le sérieux et la structure, selon moi il y a un aspect pratique indéniable et vraiment unique : le fait que nous puissions accueillir en garderie les tout petits dès 3 mois jusqu’à 6 ans.

 

Nous aidons ainsi les parents qui doivent travailler et qui veulent laisser leur enfant au soin de personnes compétentes à les accompagner dès le plus jeune âge vers la socialisation. Le Petit Poucet répond aux multiples besoins de l’enfant (physiologique, affectif, intellectuel…). Il aide les enfants à grandir et à devenir autonomes et leur procure aussi des moments de bien-être (joie, jeux, etc.)

 

En tant que professionnel nous nous devons d’être à l’écoute et attentif aux enfants.

 

Les enfants bénéficient d’une intégration toute en douceur qui leur permet de se familiariser graduellement avec les lieux, avec la structure de la journée scolaire et avec les principes de la socialisation et des apprentissages.

 

Comment s’organise la journée ?

 

La journée débute par l’accueil des enfants, suivi d’un snack. Nous les aidons à s’installer tranquillement, sans pression. Il est important de suivre les rythmes de chaque enfant. Nous proposons des activités en français et en anglais qui sont artistiques et ludiques.

 

L’année scolaire se termine, mais beaucoup de familles vont rester une grande partie de l’été : que se passe-t-il durant les grandes vacances au Petit Poucet ?

 

L’été toute la structure reste ouverte du 4 juillet au 26 aout, car organisons chaque année des camps de vacances. Le service de bus et la restauration sont aussi maintenus durant l’été, pour faciliter au mieux la vie des familles dont les parents travaillent durant cette période. Nos camps estivaux sont vraiment centrés sur l’activité motrice, le jeu physique et le sport. Nous utilisons bien sur énormément notre zone de « jeux d’eaux » dont la profondeur n’excède pas 30 cm ce qui rassure tout le monde et qui est le « favori » des enfants.

 

Nous organisons aussi pléthore d’activités ludiques et sportives : Djembé, karaté, foot, tennis, le grand gymnase et les salles de classe (vidéos de leurs pupitres pour l’occasion) sont mises à contribution pour accueillir les enfants au mieux et leur permettre de rester actifs et loin des écrans, malgré la chaleur.

 

Quelques conseils pour aborder la rentrée, et les inscriptions ?

 

Les restrictions Covid ont apporté beaucoup de changements, mais à mon sens aussi du positif : ce n’est pas un mystère que le moment de la séparation avec les parents soit une étape difficile des rentrées en maternelle.

 

Depuis les protocoles sanitaires, seul un des parents est autorisé à rentrer dans la cour de l’école et seulement pour 15 minutes. Cela peut sembler sévère, mais en réalité le fait d’avoir un cadre strict imposé par le KHDA (et donc non négociable) s’est avéré très bénéfique pour les enfants.

 

L’école devient un monde « sans parents » avec leurs copains, leurs maitresses, et il n’y a plus de flou, de doute, de moments de négociations interminables qui ne faisaient que prolonger les pleurs. Cela ne veut pas dire que les pleurs ont disparu, mais ce moment de séparation étant strictement encadré et limité de la même façon pour tous aide beaucoup les enfants à sauter le pas, à dire au revoir et se tourner vers leur journée le cœur léger.

Nous conseillons aux parents de leur montrer le plus possible un visage serein et de les accompagner avec enthousiasme. C’est la meilleure façon de les aider dans l’apprentissage de la séparation qui est toujours le plus difficile pour les parents que pour les petits ! Une fois en classe ils profitent pleinement d’un environnement sécurisé, paisible, joyeux et qui les aide à grandir en douceur !

 

Les inscriptions et visites continuent durant l’été. Vous pouvez prendre rendez-vous facilement sur notre site internet, et également télécharger tous les documents nécessaires à la constitution de votre dossier.

 

Pour plus d'informations 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dubaï !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale