Vendredi 19 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ANGÉLIQUE MOTTE - Les clefs de l’école pour les parents

Par Marie-Jeanne Acquaviva | Publié le 23/09/2018 à 05:00 | Mis à jour le 27/09/2018 à 06:19
Angelique Motte les clés de l'école

C’est la rentrée scolaire, avec son cortège de questions et d’inquiétudes, pas seulement du côté des élèves, mais aussi (surtout ?) chez les parents. La vie d’expat rajoute encore un peu de complexité à toutes ces préoccupations, et il n’est pas toujours évident d’aborder septembre en étant aussi organisé et serein qu’on le souhaiterait. Comment faire ?

Lepetitjournal.com de Dubaï a pensé à vous et est allé à la rencontre d’Angélique Motte, enseignante enthousiaste et dédiée à son métier s’il en est, ayant l’épanouissement de ses élèves tant à cœur qu’elle est le bon génie derrière un site pédagogique que nous avons adoré : Les Clefs de l’École. Comme son nom l’indique, cette plateforme cherche à donner aux parents tous les moyens d’accompagner leurs enfants et de comprendre leur vie d’élèves « comme s’ils y étaient ». Écoutons-la nous raconter son aventure et sa passion pour l’enseignement.

 

Lepetitjournal.com/Dubaï : Comment est né le projet de ce site, et qu’avez vous voulu transmettre avec ce titre : quelles sont ces fameuses « clefs », et pourquoi sont elles méconnues de la majorité des parents ?

Angélique Motte : J’ai commence à enseigner à 26 ans, cela fait donc 15 ans que je suis prof de français, d’abord en collège et lycée, et aujourd’hui exclusivement en lycée. Je suis aussi maman d’enfants devenus grands, mais que j’ai accompagnés en tant que parent d’élèves : ce projet - qui a vu le jour il y a deux ans - est donc vraiment né d’une expérience vécue « des deux côtés du miroir » si l’on peut dire, et d’un constat alarmant : j’ai vu grandir une crispation croissante entre professeurs et parents, les uns reprochant aux autres d’être de plus en plus consuméristes, irrespectueux de la fonction professorale et sous-investis, et les autres leur renvoyant le reproche de ne pas s’impliquer suffisamment, de ne vouloir que « piéger les enfants » et de travailler en « fonctionnaire » sans vocation…Cette tension croissante, comme dans un divorce, ne faisait à mes yeux souffrir qu’une seule personne : l’enfant. Et il me semblait évident que nous avions tous les trois (parents, enseignants, élèves) à y gagner, si nous parvenions tout simplement à nous comprendre, nous entendre et - selon l’expression consacrée - à ramer dans le même sens puisque nous sommes biens tous dans le même bateau (rires), au lieu d’être piégés dans un antagonisme constant.
 

Mais comment faire ? Quel est votre secret pour une scolarité épanouie ?

Le second constat qui est à la naissance du site est lui aussi tout simple, car il est factuel, les chiffres parlent d’eux même : statistiquement les enfants d’enseignants réussissent mieux scolairement et professionnellement. Je me suis tout bêtement posé la question : pourquoi ? Bien entendu on peut parler de facteurs socio-culturels favorisants : il est plus simple de se concentrer sur ses études, d’avoir le goût de lire et d’apprendre dans une famille où la lecture et la culture sont valorisées, et où on y consacre du temps et des moyens. Mais ce n’est pas le facteur le plus décisif. Ce qui va vraiment faire pencher la balance c’est le fait qu’un parent qui fait lui même partie du corps enseignant va avoir spontanément tendance à porter un regard globalement positif sur le système en soi : on ne va pas cracher sur le système scolaire, critiquer l’Éducation Nationale à tout bout de chant, ou critiquer vertement un prof devant ses enfants, sans se poser d’abord la question de ce qui motive ses choix, son comportement, ou par exemple sa sévérité… Et puis surtout nous avons les clefs du système, ces fameuses clefs de lecture qui nous permettent de comprendre comment l’école fonctionne, quelles sont les attentes et les objectifs d’une année, et ce quelle que soit la matière enseignée. D’avoir ces clefs de lecture nous permet de mieux accompagner nos enfants, avec empathie et efficacité, et c’est cela qui fait toute la différence.
 

Concrètement votre site vient combler cette demande de quelle manière ?

Si vous voulez, et vous en connaissez certainement, il existe une grande majorité de parents, qui même pétris de bonnes intentions, se sont peu à peu totalement désinvestis de l’école de leurs enfants pour adopter un rôle passif, avec des pics de panique avant les examens, appelant des profs privés à la rescousse trois mois avant le bac, mais naviguant le reste de l’année à vue. Notre objectif c’est montrer que s’intéresser sincèrement au travail de son enfant amorce un cercle vertueux, gratifiant pour toutes les parties impliquées. Pour utiliser une comparaison un peu exagérée mais très parlante : il ne vous viendrait pas à l’idée de  ne vous intéresser au travail de votre conjoint que sporadiquement 4 fois par trimestre pour lui demander seulement « combien as-tu gagné ? »…Eh bien en ne s’intéressant à la vie scolaire de vos enfants que pour leur demander leurs notes une fois de temps en temps, vous obtenez un peu le même effet. Les Clefs de l’École va vous donner au contraire beaucoup de moyens pour rétablir une communication ouverte, pour vraiment comprendre le programme en profondeur, au delà du jargon incompréhensible du Journal Officiel (qui fait chaque année, et sans doute à raison - les gorges chaudes des journalistes) et tout en vous proposant toute une série d’outils pour en accompagner l’apprentissage : des activités, des lectures, des visites. Une large partie du site est accessible gratuitement, d’autres rubriques, comme par exemple la possibilité de poser des questions en direct à des enseignants, l’accès à des fiches méthodiques de travail, sont disponibles sous abonnement. Nous avons aujourd’hui une équipe d’une quarantaine d’enseignants (tous en poste, tant dans le privé que le public) qui répondent à toutes vos questions en 24 heures.
 

Plus que des clefs, vous offrez un pont ?

Oui, notre idée est de raviver le lien entre l’école et la maison, entre l’élève et l’enfant et de sortir de cette espèce de schizophrénie ambiante : vos enfants n’ont pas deux vies, deux personnalités et deux univers étanches (rires) ! Ils sont à la fois nos élèves et vos rejetons, et plus la communication entre l’école et les parents sera bienveillante, fluide, transparente, mieux les enfants se porteront, mieux ils réussiront.

Et pour les familles d’expats ?

Nous nous adressons à tous les enfants qui suivent la scolarité française où qu’ils soient, donc je dirais que pour qui envisage un rapatriement c’est un bon outil pour bien s’imprégner du programme de l’année à venir et vérifier les connaissances acquises chapitre par chapitre, mais c’est aussi utile pour soutenir l’apprentissage et la maitrise de la lecture, en particulier pour qui ne suit pas une scolarité francophone par exemple, ou qui souhaite renforcer ses connaissances ou prendre de l’avance.
 

Si vous n’aviez que trois conseils à donner aux parents avant la rentrée ?

Commencez l‘année avec enthousiasme : tout va bien se passer. 

Passez du temps avec vos enfants pour qu’ils se construisent sereinement. 

Faites confiance aux enseignants, ils sont là pour eux.
 

Vous n’êtes pas Dubaïote mais êtes venue plusieurs fois en visite, qu’est ce qui vous a marqué ?

Le fait d’être un peu secouée dans ses convictions ou ses à priori, de découvrir un pays surprenant à tout point de vue, qui ne se conforme pas aux clichés qui circulent partout et avec des endroits vraiment magiques comme le Palm, et surtout un pays où les enfants semblent vivre heureux et libres ! 

Pour en savoir plus cliquez-ici 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

CULTURE

ABDULQADER AL RAIS, le peintre-pionnier des Émirats Arabes Unis

Une rencontre exceptionnelle aujourd’hui au Petit Journal, dans l’atelier personnel d’Abdulqader Al Rais, l’artiste Emirien à qui l’Institut du Monde Arabe vient de consacrer une importante rétrospect

Vivre à Dubaï

KARAMA, Le quartier fait peau neuve.

Les résidents de Karama ont pu depuis quelques années voir leur quartier se transformer puisqu’un certain nombre de projets ont été lancés afin d’offrir une deuxième jeunesse à cet endroit