Samedi 10 avril 2021

Cynthia Clottey : SAGE Hospital soigne les Sénégalais les plus démunis

Par Damien Bouhours | Publié le 24/02/2021 à 17:45 | Mis à jour le 24/02/2021 à 17:45
Cynthia Clottey sage hospital

Cynthia Clottey est chef de Cabine pour la compagnie aérienne Lufthansa. Lors de ses séjours au Sénégal, cette Française à souhaiter aider les populations démunies. Elle fonde alors avec ses amis l’association SAGE Hospital e.V qui permet la création d’un hôpital en pleine expansion à Warang, à 80 km au sud de Dakar. Cynthia est finaliste des Trophées des Français de l'étranger dans la catégorie Social et Humanitaire. 

 

 

Comment vous est venue l'idée de SAGE Hospital ? 

Tout a commencé pendant mes escales en tant que hôtesse de l’air. J’ai rejoint la compagnie charter allemande "Condor Flugdienst" en 1991. Nous avions des escales de minimum 7 jours et je passais la plupart de mon temps dans les foyers, orphelinats, hôpitaux pour faire du bénévolat. Pendant ces années de bénévolat, j’ai pu observer que beaucoup de choses n’étaient pas très claires dans la gestion et la répartition des dons. Raison pour laquelle mes amis et moi avons fondé une association humanitaire, SAGE Hospital e.V. pour faire en sorte que les dons soient dépensés á 100% pour la réalisation du projet et la population la plus démunie.

SAGE hospital

 

Quels sont aujourd'hui les services proposés par SAGE Hospital ? 

Le personnel sénégalais de notre hôpital s’occupe de la Gynécologie, de la Maternité, des Premiers secours et des consultations générales. Des médecins spécialisés européens temporaires viennent nous rejoindre. Nous avons des

chirurgiens plastiques qui viennent pour des missions humanitaires notamment pour réparer les grandes brûlures et faire de la reconstruction. Des missions humanitaires ont également lieu avec des dentistes, des hygiénistes et des prothésistes dentaires.

 

Quels sont vos projets de développement ? 

Nous sommes en phase finale de la construction d’une polyclinique (établissement médico-social). Les formalités auprès des ministères concernés sont en attente.

L’établissement aura pour but à travers des médecins locaux, d’offrir à la population la plus démunie les services suivants:

- médecine générale

- ophtalmologie

- Dermatologie

- gynécologie avancée

- ORL

- odontologie

 

Comment la crise sanitaire a-t-elle impacté l'hôpital et vos projets ? 

Depuis 2003 nous avons financé la mise en place du dispensaire ainsi que tous les faux frais, salaires etc... à travers des « événements « , tels que des concerts ou des vernissages.

Depuis le premier confinement, toutes ces activités sont en arrêt total, ce qui a nous a énormément impacté et nous a obligé de stopper en mars 2020 le chantier de la polyclinique afin de pouvoir assurer les salaires de nos employés jusqu’à décembre 2020.

Grâce à l’intervention de The BossHoss et de dons de particuliers, nous avons pu financer la fin des travaux de la polyclinique. Raison pour laquelle nous sommes en ce moment au Sénégal.

Nous sommes une équipe de 19 personnes, tous volontaires venant de différents corps de métiers complémentaires. Grâce à leur intervention, nous sommes maintenant en phase finale de la construction du bâtiment.

 

SAGE hospital

 

Comment nos lecteurs peuvent-ils vous aider ? 

Nous serions ravis de recevoir des petites aides sous forme de donations pour financer les charges de la polyclinique, payer les salaires, acheter des médicaments sur place et du matériel d'hygiène pour lutter contre le Covid-19, tels que masques, gels, etc...

Nous prenons également volontiers des dons tels que du matériel médical nécessaire pour les spécialités de notre polyclinique mais aussi des consommables, des médicaments encore valables soit moins de 6 mois (selon les réglementations de l’OMS) ainsi que de l’ameublement pour les cabinets médicaux.

Un partenariat avec une société maritime pour le transport de tous ces besoins nécessaires serait une grande aide.

 

Pour en savoir plus et aider SAGE Hospital, cliquez ici

Nous vous recommandons

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

SANTÉ

Confinement : ces sports qui sauvent du burn-out

Finies les longueurs dans la piscine, les restrictions sanitaires ont eu raison du sport en salles. Reebok établit le palmarès des activités sportives favorites, pour éviter le burn-out à la maison.