Mardi 19 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Gaëlle, créatrice des GaZëlles de Dakar

Par Gaëlle Picut | Publié le 24/09/2019 à 10:55 | Mis à jour le 24/09/2019 à 10:55
Photo : Gaëlle, créatrice des GaZëlles de Dakar
gaelle gazelles de dakar bogolan ceinture chaussures

Rencontre avec Gaëlle, créatrice des GaZëlles de Dakar, objets de décoration et accessoires de mode en bogolan.

Quand et pour quelles raisons es-tu arrivée au Sénégal ?

Je suis arrivée à Dakar il y a deux ans, pour le travail de mon mari. Infirmière de formation, je me suis portée volontaire pour travailler au poste de santé de l’île de Gorée. Une fois par semaine, j’aide autant que possible toute l’équipe au service des patients.

Quelles ont été tes premières impressions ?

J’ai rapidement visité la savane aux alentours de Dakar et j’ai eu un vrai coup de cœur pour la nature et ses couleurs. Ensuite, j’ai découvert, sur l'île de Ngor, le bogolan, pour lequel j’ai également eu un coup de foudre. C’est un tissu 100 % africain qui vient du Mali, filé à la main à partir de coton biologique puis teint avec des végétaux ou des minéraux (décoctions de plantes, d'écorces, de cendre ou de boue du fleuve Niger) avant d'être séché au soleil. J'ai lu l'ouvrage passionnant de Pauline Duponchel, Textiles bogolan du Mali, qui évoque notamment les vertus thérapeutiques qu'aurait ce tissu. Tout ceci m'a attirée.

bogolan ceinture pochettes

Tu as alors décidé de lancer les GaZëlles de Dakar. Raconte-nous cette aventure ?

Il y a deux ans, j'ai effectivement lancé les GaZëlles de Dakar. Cela a commencé par la rencontre avec un producteur malien de bogolan, avec qui je travaille dorénavant. Son village est près des falaises de Bandiagara, dans le pays dogon. Là-bas, les couleurs du bogolan y sont particulièrement extraordinaires. Mon producteur fait partie d'une coopérative de réinsertion professionnelle. En raison de la guerre au Mali, l'activité économique a brutalement chuté. Cette coopérative permet à des jeunes de s'en sortir. Depuis quelques mois, je travaille également avec un deuxième producteur, du même village.

Au départ, je commandais des tissus unis (de couleurs cumin, latérite, indigo, gris ou noir), puis j'ai décidé de créer mes propres motifs. Je m'inspire de mes voyages et de ma double nationalité franco-brésilienne. J'ai ainsi créé les motif zèbre, arbre du voyageur, carrelage des plages de Rio de Janeiro : Ipanema ou encore Copacabana. Je lui envoie mes dessins par whatsapp et une pièce de 100 fcfa nous sert d'étalonnage !

Une fois que je reçois mes pagnes de bogolans, je les découpe puis les transforme en objets de décoration et en accessoires de mode. Je travaille avec une équipe constituée de différents artisans de Sandaga et de Soumebédioune (cordonnier, couturier, enlumineur, maroquinier, bronzier) pour réaliser des coussins, des ceintures, des sandales, des pochettes de soirée, housses d'ordinateur, etc.

gazelles de dakar bogolan senegal

 

Il faut savoir que tout est très long au Mali car il y a souvent des problèmes pour obtenir le coton ou des conditions météo difficiles qui empêchent de faire sécher les bogolans, etc. Avec les GaZëlles de Dakar, on peut véritablement parler de slow fashion :-)

A Dakar, Clément de chez Lulu m'a tout de suite fait confiance et m'a proposé de vendre mes produits dans son espace de décoration. Les GaZëlles de Dakar sont également vendues au Plateau, chez Naajade, une très jolie boutique spécialisée dans la vente de produits artisanaux. La propriétaire me fait part des attentes et des demandes des clientes, cela m'est précieux pour améliorer mes créations ou en créer de nouvelles.

Une partie des ventes que je réalise est reversée pour acheter du matériel de santé à Gorée, adapté à leurs besoins (un tensiomètre, un pèse-bébé électronique, etc.).

Les GaZëlles de Dakar sont actuellement exposées aux Galeries Lafayette Haussman à Paris. Comment est-ce arrivé ?

Pour faire connaître le bogolan et développer les GaZëlles de Dakar en France, j'ai décidé de lancer une campagne sur la plateforme de financement participatif Ulule. C'est ainsi que les Galeries Lafayette m'ont repérée et sélectionnée. Ils ont lancé Go for Good x Ulule, une démarche en faveur d’une mode responsable et équitable. Tous les deux mois, ils sélectionnent trois marques qui ont un impact positif sur l’environnement, le développement social ou la production locale. L'une d'entre elles est ensuite élue « coup de cœur du public » et a l’opportunité d’être mise en avant par les Galeries Lafayette. Et c'est ainsi qu'en mai dernier, j'ai appris que les GaZëlles de Dakar avaient reçu ce prix ! C'est une grande fierté que j'ai partagé avec tous les artisans maliens et sénégalais qui travaillent avec moi. Depuis la rentrée et jusqu'au 13 octobre, plusieurs de nos créations sont exposées dans une vitrine des Galeries Lafayette. Une belle visibilité pour le bogolan !

gazelles de dakar galeries lafayette changeons de mode
Les GaZëlles de Dakar sont exposées dans une vitrine des Galeries Lafayette jusqu'au 13 octobre 2019

Quels sont tes projets ?

Je souhaite continuer à développer les GaZëlles de Dakar, aussi bien au Sénégal qu'en France. Pour le moment, une boutique de Toulon (Le Carré du Globe) distribue mes créations. Je suis en train de créer un site internet marchand et régulièrement je crée de nouveaux objets. Mais tout cela prend du temps et de l'énergie. Je dois assurer un suivi très régulier des commandes, pour vérifier qu'elles correspondent bien à mes attentes. Il ne faut jamais relâcher ! ;-)

Quels sont tes endroits préférés à Dakar ? Et, plus globalement, au Sénégal ?

A Dakar, mes endroits préférés sont le marché artisanal de Soumbédioune, la petite corniche, notamment son club d’Aquabike chez Din’s Saheli Ezz, et l'île de Gorée.

Au Sénégal, j'ai un coup de coeur pour le Siné Saloum où la nature domine, avec des paysages à perte de vue et pour le pays bassari, où j'ai eu la chance d'effectuer un voyage émouvant et inspirant avec des amies. Nous avons été sous le charme des paysages de savane et de montagne. Nous avons eu la chance de participer à une fête traditionnelle autour des thèmes de la moisson et de la lune, avec des chants et des danses traditionnels. Ce fut grandiose !

A tes yeux, quels sont les points forts et les points faibles de Dakar ?

Je trouve que Dakar est une capitale particulièrement dynamique, qui donne chaque jour l’énergie de créer, innover et développer de nouveaux projets.

En revanche, la pollution omniprésente dénature Dakar, nous étouffe et nuit à la santé de chacun. Il est regrettable qu’il n’y ait ni parc, ni jardin public ni véritable espace vert au Plateau.

Quels conseils pourrais-tu donner à une personne qui vient d'arriver au Sénégal ?

De ne pas avoir peur de sortir, de discuter, et de partager le thé. Les Sénégalais sont accueillants, courtois et gentils. Je n'ai jamais rencontré le moindre souci, et je me suis toujours sentie en sécurité, quel que soit le quartier où j'allais.

Faire ce que l'on aime, pratiquer des activités extra-professionnelles (sport, activité manuelle...) pour rencontrer des personnes d'autres cultures et s'intégrer.

Foncer et persister malgré la peur de l’inconnu !

les gazelles de dakar gaelle bogolan mali

Les GaZëlles de Dakar : compte Instagram : les_gazelles_de_dakar

Facebook : lesgazelles

Site web : www.bogolan.fr

contact : lesgazellesdedakar@bogolan.fr

3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Babette mar 24/09/2019 - 13:17

Très bel éloge du Sénégal et des Sénégalais, que je partage. Gaelle, que j’ai eu le plaisir de rencontrer, est d’une grande générosité et d’une modestie incomparable. Il faut beaucoup d’énergie, de travail et une grande curiosité pour arriver à ce niveau de réussite en 2 petites années. Rencontrez là, elle va vous impressionner

Répondre
Commentaire avatar

Gaëlle jeu 03/10/2019 - 21:52

Je viens de trouver votre commentaire. J'en suis très touchée, merci Babeth! A bientôt j'espère, Gaëlle

Répondre
Commentaire avatar

Yonnel mar 24/09/2019 - 13:07

J'aime beaucoup votre travail. J'ai découvert sur le net cet article: https://www.au-senegal.com/le-bogolan-un-tissu-fetiche,13177.html

Répondre

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet