Lundi 9 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Avec ses paniers Imadi, Fatima Jobe tresse une belle histoire

Par Gaëlle Picut | Publié le 17/09/2019 à 11:00 | Mis à jour le 20/09/2019 à 15:44
Photo : Photo de groupe dans l'un des villages où les femmes tressent les paniers pour Fatima (au centre)
imadi paniers tressage fatima jobe senegal

Architecte de formation, Fatima Jobe est en train de construire une belle aventure entrepreneuriale avec sa marque Imadi. Ses paniers tressés se distinguent par leur qualité et leurs finitions. Rencontre avec une femme au sourire contagieux et à la générosité chevillée au corps.

paniers imadi fatou jobe
Fatima et Nogaye, l'une des coordinatrices dans un village © GP

L’histoire d’Imadi, c’est avant tout une histoire de femmes. Mais commençons par le début : Fatima grandit en Gambie et vient régulièrement au Sénégal où elle a de la famille (ses grands-parents sont originaires du Djoloff, de Podor, de la Mauritanie et de Louga). "Les vacances de Noël passées dans notre maison familiale à Touba étaient les meilleures", se rappelle-t-elle. Après son bac, elle part faire des études d’architecture à Glasgow, en Ecosse. Elle est diplômée en 2011 alors que la crise économique frappe l’Europe. Elle décide alors de revenir au Sénégal où elle trouve des missions dans des cabinets d’architectes. Mais le marché était difficile pour les jeunes architectes.

En 2015, en parallèle de son activité professionnelle, elle commence à créer des sacs, qu’elle vend à sa famille et à ses amis. Puis pour décorer sa maison, elle fait faire des paniers tressés avec du wax et des finitions en cuir, pour être coordonnés avec ses coussins. Elle croise alors la route de Wendy Spivey, une créatrice de bijoux australienne qui vit à Dakar, et lui commande un panier personnalisé pour son tapis de yoga. "Wendy m’a encouragée à développer cette activité. Son enthousiasme et son soutien ont été déterminants" se souvient la jeune femme, reconnaissante. Et ainsi est né officiellement Imadi, en juin 2017. En parallèle, Fatima a été directrice du Dakar Women’s Group, pendant 3 ans, entre 2015 et 2018. Elle donne énormément de temps et d’énergie à cette association et à ses missions sociales et humanitaires. "Quand j'ai dû refuser des commandes en raison d'un événement caritatif du DWK, j'ai réalisé que je n'avais pas le bon équilibre" reconnaît Fatima. Depuis octobre 2018, elle se consacre entièrement à Imadi.

ndeye rokhaya
Ndeye Rokhaya, vannière pour Fatima © Imadi

Aujourd’hui, Fatima fait travailler une centaine de femmes dans une vingtaine de villages au Nord du Sénégal. Elle emploie également sept hommes artisans du cuir qui le traitent et le posent sur les paniers. Mais la volonté de Fatima avec Imadi n’est pas seulement de vendre des beaux paniers tressés de façon artisanale, mais aussi de permettre à ces femmes de vivre dignement de leur savoir-faire artisanal et d’améliorer leur quotidien, ainsi que celui de leurs familles. Son souhait, au-delà de leur fournir un salaire régulier, est de les aider dans l’éducation de leurs enfants, de leur apprendre à gérer un budget, à épargner, à planifier des travaux pour améliorer le confort et l’hygiène de leur maison… "Je veux aider ces femmes qui ont des talents incroyables mais qui n’ont pas accès aux marchés, souvent par manque de moyen de transport", explique Fatima. La plupart d’entre elles sont analphabètes. Fatima souhaite mettre en place un programme pour leur apprendre à lire et à écrire. "Une des coordinatrices dans un village était une femme battue par son mari. Grâce à l'argent des paniers, elle a pu divorcer et être indépendante avec ses 6 enfants à charge, confie-t-elle avec émotion. Beaucoup de femmes, partout dans le monde, vivent dans des conditions difficiles. L'argent ne résout pas tous les problèmes mais il offre des choix" conclut-elle.

imadi tressage roseau senegal paniers
Le tressage est un travail patient et minutieux, réalisé exclusivement par les femmes © GP

"Auparavant, ces femmes travaillaient avec 2 ou 3 intermédiaires. Avec Imadi, je les paye en direct. Pour elles, c’est un gain financier réel. Et cela a un impact sur leur vie quotidienne", se réjouit Fatima.

Ces femmes réalisent de la vannerie traditionnelle, avec du roseau venu de la Gambie et du Sénégal. Pour tresser, les femmes utilisent des lanières en plastique recyclé ou, pour les plus anciennes, de la fibre de palmier qui nécessite beaucoup de savoir-faire et de patience. Un grand panier réalisé de façon traditionnelle requiert une semaine de travail ; pour les paniers tressés avec du fil plastique, il faut compter 2-3 jours. "Dans leurs villages, elles ne peuvent pas travailler à plein temps car elles ont toutes les tâches ménagères et le soin des enfants à assurer en parallèle", explique-t-elle.

Une première grosse commande de Suède, avec 1600 corbeilles, a véritablement lancé l’entreprise de Fatima. "Les paniers tressés aux couleurs naturelles leur ont beaucoup plu", se souvient Fatima. D’autres ont suivi, d’Europe ou des Etats-Unis. Au cours des deux dernières années, elle a participé à des salons du design en Europe, notamment au salon Maison & Objet à Paris ces trois dernières années, et a lancé plusieurs magasins éphémères.

Imadi est aujourd’hui en phase de croissance, mais Fatima doit relever plusieurs défis : trouver un atelier et un espace de vente, malgré les prix de l’immobilier très élevés à Dakar, structurer sa société. Très régulièrement, Fatima se rend dans les villages pour rencontrer les femmes qui travaillent pour elles et assurer un suivi rigoureux des commandes. La qualité des finitions est l’une des marques de fabrique d’Imadi, mais aussi l'un des plus grands challenges. Tenir les délais est également une gageure.

Aujourd’hui, Imadi vend ses paniers au Sénégal, notamment chez Tisserand Dakar ou au Dakar Farmers Market, lancé par Caamo Kane. "Nous avons participé au DFM dès la première édition, devant le Ngor Restaurant. Ce marché nous a permis d'être connu à Dakar", explique Fatima. Mais elle exporte aussi en France, en Belgique, aux USA, dans les pays scandinaves…Les réseaux sociaux sont un bon moyen de se faire connaître et de recevoir des commandes. Elle commence également à développer d’autres produits : sacs, tapis, etc. et travaille avec d’autres artisans pour élaborer de nouveaux objets. Entourée par de nombreuses personnes, au Sénégal ou à l'étranger, qui croient en son projet entrepreneurial et humaniste, Fatima trace son sillon, avec un mélange de douceur et de fermeté, qui ne peut que donner envie de la soutenir.

 

paniers imafi fatou jobe femmes tressage traditionnel
Quelques paniers Imadi (naturels, colorés, finition cuir ou wax) © GP

Pour en savoir plus sur Imadi : site Internet, page Facebook, Instagram

 Téléphone : +221 77 34377 69

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Lofty mer 18/09/2019 - 11:28

Bravo. Bonne continuation. BigUp.

Répondre
Commentaire avatar

Fatima sam 28/09/2019 - 00:59

Merci Gaelle d avoir partagé notre travail. Merci beaucoup. ❤️

Répondre

Expat Mag

Auckland Appercu
ALERTE INFO

White Island: des touristes sur un volcan à risque ?

Les secours ne peuvent toujours pas intervenir car le risque de nouvelles éruptions est encore trop élevé. Pour l'instant nous savons que 5 personnes sont décédées.

Sur le même sujet