Vendredi 22 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Aline Meunier, aka Bonhomme Lass, artiste plasticienne et bijoutière

Par Gaëlle Picut | Publié le 07/03/2019 à 21:00 | Mis à jour le 08/03/2019 à 13:28
Photo : Djibril et Aline aka Bonhomme Lass dans leur atelier à la Médina
bonhomme lass djibril bijoux touareg dakar senegal

Portrait d'Aline Meunier, aka Bonhomme Lass, artiste plasticienne et bijoutière, à Dakar depuis 7 ans.

« Je suis arrivée à Dakar il y a sept ans pour mon travail, comme ingénieure agroéconomiste, spécialiste en eau potable et assainissement. J’ai suivi des études d’ingénieur en agronomie tropicale qui m’ont permis de beaucoup voyager (Amérique latine, Pacifique, Panama, Burkina Faso…). A côté de mon métier, j’ai toujours eu une activité artistique, qui s’est particulièrement développée en arrivant au Sénégal. Au départ, je faisais des bonshommes en fil de fer, sans soudure, juste torsadé, articulés. C’est là qu’est né mon concept de sculptures à sculpter, des sculptures que l’on peut bouger, modeler pour s’exprimer. Je les ai déclinés en différentes tailles, de 10 cm à 2 mètres 60. Mon nom d’artiste Bonhomme Lass vient de là car mes bonshommes, avec leur tête tombante, semblent un peu las 😉 . Depuis, c’est resté !

bonhomme lass lac rose désert festival senegal
Bonhomme Lass au Lac Rose

Puis j’ai découvert la soudure à l’arc, technique qui me fascinait du fait de fusionner la matière de deux éléments pour n’en faire plus qu’un. Je m’y suis formée au départ seule, puis avec l’aide d’amis menuisiers métalliques. C’est vraiment cette richesse des savoir-faire des artisans qui m’a fait m’attacher à cette ville et évoluer artistiquement. Puis un jour j’ai fait la rencontre de Meissa Fall, l’artiste saint-louisien qui recycle de vieux vélos pour faire du « vélo d’art ». J’ai eu un vrai coup de cœur pour lui et son univers et ses sculptures. Il m’a confié un gros sac de pièces mécaniques en tout genre pour m’encourager à créer avec cette nouvelle technique. J’ai étendu mon concept de sculpture à sculpter en faisant évoluer mes bonshommes du fil de fer aux chaines et pignons de vélo, pour des personnages toujours articulés et expressifs. J’ai beaucoup d’admiration et de tendresse pour Meissa. J’ai eu l’occasion de les exposer à la Dak’Art Biennale OFF de 2012, 2016 et 2018 ou encore lors d’un Festival où j’ai installé une marionnette articulée de 3 mètres (cf. photo ci-dessus). En 2016, j’ai pris une année sabbatique, pour me consacrer pleinement à mes activités artistiques.

bonhomme lass bijoux aline dakar senegal
Bagues, pendentif, bracelets Bonhomme Lass

Début 2017, j’ai repris contact avec Djibril Akalo, un bijoutier touareg originaire d’Agadez au Niger, que j’avais rencontré à mon arrivée à Dakar grâce à une amie commune. J’avais en tête de réaliser mes créations à l’échelle de la bijouterie, pour en faire des objets hybrides : à la fois sculpture d’art et accessoire à porter et adopter. Je lui apportais des mécanismes de montre que je récupérais de montres usagées chinées chez un réparateur, et il réalisait les bijoux que j’avais imaginés : bagues pendentifs, bracelets, etc.

Une première série, « Le temps incompressible » est née. Puis la série « Yenguetou » (mouvement en wolof) inspirée des designs de pignons de vélo, et la série « Tollo », (équilibre en wolof), mettant en scène des cubes, elle-même inspirées de mes séries d’œuvre en métal grand format réalisées pour la Biennale 2016. Pendant un an, je l’ai surtout observé faire dans son atelier de la Médina. J’ai adoré le lieu, je m’y sentais bien. J’ai observé, filmé, photographié, dessiné…un endroit propice à la créativité ! Alors qu’au bureau, j’avais des douleurs partout, au dos, aux cervicales… Ici, alors même que je passe ma journée assise par terre, je n’ai plus aucune douleur.

bonhomme lass atelier medina djibril bijoutière touareg dakar

Petit à petit, Djibril m’a encouragé à faire moi-même et a commencé à me transmettre ses connaissances. Depuis 2018 je travaille avec mon propre « tiwinthe », l’enclume traditionnelle au cœur du travail artisanal de la bijouterie touareg, et me suis engagée dans mon rôle d’apprentie.

bonhomme lass tenet aline meunier bijoux touareg djibril
Bracelet réalisé par Aline

La bijouterie traditionnelle Touareg a pour particularité de travailler avec des outils et techniques de base (forge, enclume, chalumeau, marteau, limes, pinces et poinçons) sans recours à des machines électriques ou système de reproduction multiples à partir de moules tel que cela se pratique actuellement dans la bijouterie moderne. De ce fait chaque pièce est forgée et façonnée de façon unique. Nous travaillons principalement l’argent et le bronze.

Chez les Touareg, la famille des forgerons, et plus largement des artisans, est appelée la famille des « Inadan ». Chaque membre de cette famille est appelé « Enet ». Du fait d’être une femme, et même s’il n’existe à priori pas beaucoup de femmes bijoutière au Niger, j’ai ici été adoptée et rebaptisée « Tenet », le T marquant la marque du féminin en Tamashek (langue des Touaregs) !

Ma formation avance et je suis aujourd’hui en mesure de réaliser certaines pièces de manière autonome. Je connais à présent les bases mais les techniques sont nombreuses ! Observation, patience et répétition sont les secrets pour intégrer la maitrise de ces gestes, et c’est ce à quoi je consacre à présent mon temps. Djibril est maître dans ce domaine et il me transmet ce savoir-faire par passion, mais c’est aussi une manière de le pérenniser, de le valoriser et le faire connaître qui nous tient tous les deux à cœur.

bonhomme lass pignons luminaires dakar senegal
Luminaire réalisé à partir de pignons de vélo

En parallèle des bijoux, je continue à réaliser des œuvres ; je fais partie du collectif Sunuwakeur avec neuf autres artistes dakarois. Et je continue également la création d’objets en métal, comme par exemple des luminaires à partir de pignons de vélo et autres pièces mécaniques de récupération (cf. photo ci-contre) ».

Aline expose ses créations chez Lulu, et sur son site internet/page fb et instagram.

Fb : @bonhommelassdakar

Insta : bonhomme_lass

www.bonhommelass.com (en construction)

 

.

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Athènes Appercu
TOURISME

Kalymnos, l’île aux éponges et aux alpinistes

Kalymnos, quatrième plus grande île du Dodécanèse se fait discrète dans le palmarès des joyaux insulaires grecs. Pourtant, sa beauté naturelle et son histoire n’en sont pas moins appréciables.

Sur le même sujet