Vendredi 16 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RAMADAN AU SENEGAL – Mois de spiritualité et de chasteté

Par Maguy Gueye | Publié le 15/05/2018 à 22:00 | Mis à jour le 15/05/2018 à 22:00
RAMADAN AU SENEGAL – Mois de spiritualité et de chasteté

Weeru Koor en langue nationale Wolof, la période du jeûne, ou Ramadan est le 9ème mois du calendrier musulman. Moment de recueillement et de partage, le jeûne pendant ce mois constitue l'un des cinq piliers de l'islam. Au Sénégal, l'apparition du croissant lunaire fait souvent polémique créant une confusion sur le début du mois de jeûne.

 

 

Le Sénégal est une république laïque, mais sa population  est composée à plus de 94 % de musulmans. Ainsi durant le mois de Ramadan, tout musulman ayant atteint l'âge de la puberté est normalement astreint au jeûne. Ce « mois saint par excellence » est considéré comme le mois de la charité car, lorsqu'il s'achève, le fidèle doit s'acquitter d'une aumône, la zakât al-fitr. Il est aussi le mois qui révèle un caractère spirituel et véhicule des valeurs de paix, de fraternité et de solidarité. Une occasion pour le musulman de se purifier, de contenir ses passions et ses désirs et éviter tout ce qui peut blesser son prochain. Ainsi de l'aube au coucher du soleil, il est interdit de boire, de manger ou encore d'avoir des relations sexuelles.

 

Pour marquer le début du Ramadan, la majorité des musulmans insiste sur l'observation locale du croissant lunaire, mais d'autres se basent plutôt sur le calcul de la nouvelle lune ou sur la déclaration saoudienne pour déterminer le début du mois de jeûne. De ce fait, au Sénégal le Ramadan démarre souvent dans la discorde. Malgré la mise en place d'une commission nationale chargée de scruter le croissant lunaire, les confréries n'arrivent toujours pas à s'accorder sur le début du jeûne.

 

La Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire a été créée par l'Etat à la fin des années 1990, dans l'objectif d'amener les musulmans à entamer ou arrêter le jeûne dans la cohésion. Elle regroupe notamment les représentants des khalifes des différentes confréries, des associations islamiques et des imams. Mais la confusion demeure sur les débuts de la période du ramadan au sein de la communauté musulmane.

 

Toutefois il faut noter que le premier croissant après la nouvelle lune n'est pas visible partout en même temps, les dates de début et de fin du mois dépendent de ce qui est visible dans chaque lieu. Par conséquent, les dates varient d'un pays à l'autre, mais généralement d'un jour seulement ; ceci est le résultat du cycle lunaire.

 

Mois qui rappelle la révélation du Coran au Prophète Mohamed, le Ramadan est aussi la période au cours de laquelle de nombreux autres événements importants de l'histoire de l'islam sont commémorés, notamment la « Laylat al-Qadr » ou Nuit du Destin.  Elle est considérée comme la nuit la plus sainte de l'année, une commémoration observée au cours de l'un des dix derniers jours impairs du mois.

 

Durant ce mois consacré à la prière, à l'abstinence et à la sobriété, les activités culturelles sont au ralenties voire même inexistantes. Les boîtes de nuit perdent une partie de leur clientèle. Par contre, durant le Ramadan, les dépenses alimentaires se situent bien au-dessus de la moyenne des autres mois. Ceci est dû à la modification des habitudes de consommation. Des dépenses parfois exorbitantes qui vont à l'encontre du rite religieux.

 

 

 

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Dakar

TOURISME

Dakar fait partie du top 10 des villes à visiter en 2019

Selon les experts de Lonely Planet, Dakar fait partie des 10 villes à visiter cette année. Un coup de projecteur bienvenu alors que les performances du tourisme au Sénégal restent très moyennes.

Sur le même sujet