Dimanche 18 février 2018
Casablanca
Casablanca
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mondial 2018 – 20 ans après, les Lions de l’Atlas sont de retour

Par Vincent Villemer | Publié le 14/12/2017 à 15:10 | Mis à jour le 14/12/2017 à 15:42
Photo : Le onze marocain lors du match de qualification contre la Côte d’Ivoire en novembre dernier.
maroc-mondial-2018-qualifs

40ème au classement FIFA, le Maroc retrouvera la Coupe du Monde au mois de juin prochain en Russie, et ce, après 20 ans d’absence depuis leur dernière participation en 1998, l’édition remportée par la France. Focus et présentation des Lions de l’Atlas.

 

Le Maroc en Coupe du Monde, ça donne quoi ?

2018 marquera la cinquième participation de l’équipe nationale marocaine en Coupe du Monde. La première fois était en 1970 au Mexique, depuis, elle a réédité cette performance en 1986, où les Lions de l’Atlas réalisent leur meilleur parcours en atteignant les huitièmes de finale avant d’être sortis par la RFA (Allemagne de l’ouest à l’époque), puis en 1994 et en 1998, soit la dernière apparition du Maroc dans la compétition la plus suivie au monde. Vingt après, les Maghrébins pourront de nouveau rêver à l’idée de représenter dignement leur pays face aux plus grandes nations de la planète.

 

maroc-mondial-86
Le onze marocain lors du Mondial 86 au Mexique.

 

 

Invaincu lors des éliminatoires

Pour définir les 32 pays participants à la Coupe du Monde, les équipes nationales doivent se disputer les places qualificatives lors de matchs éliminatoires. 210 nations sont donc mises à l’épreuve dans leur continent respectif, eux-mêmes divisés en groupes. Dans la zone Afrique, le Maroc faisait partie du groupe C aux côtés de la Côte d’Ivoire, du Gabon et du Mali. Et si les Ivoiriens faisaient figures de favoris pour décrocher un billet vers la Russie, ce sont bien les Marocains qui ont réalisé l’exploit en restant invaincus lors des 6 matches qualificatifs (3 victoires, 3 nuls), et sans avoir encaissé le moindre but s’il vous plaît (11 buts inscrits pour 0 encaissé), preuve que les Lions de l’Atlas n’ont pas volé leur ticket. Ils ont d’ailleurs validé leur première place en battant les Ivoiriens 2 à 0 à Abidjan, contre toute attente.

 

Un effectif assez solide pour sortir du groupe ?

L’équipe du Maroc n’est pas constituée de cracks du football mondial, mais comparé aux générations précédentes, elle semble avoir de meilleures individualités et un effectif un peu plus solide, d’autant plus qu’il est guidé par un entraîneur touché par la grâce avec les sélections africaines, le Français Hervé Renard. Du jeune Amine Harit (20 ans) au plus capé de la sélection Mbark Boussoufa (33 ans, 57 sélections), le Maroc tient une équipe assez équilibrée et complémentaire, mais sera-t-il suffisant pour espérer créer la surprise face aux deux mastodontes du groupe B, le Portugal et l’Espagne ? Rien n’est moins sûr, en attendant, l’espoir des Lions de l’Atlas repose en partie sur le capitaine Mehdi Benatia, taulier de la défense marocaine et leader de tout un groupe. À 30 ans, le joueur de la Juve vit la meilleure période sa carrière et devra être le fer de lance d’une nation qui a tout à prouver. Les autres cadres se trouvent au milieu de terrain avec notamment Younes Belhanda, ancien joueur passé par la Ligue 1, véritable plaque tournante de l’entrejeu marocain. Enfin, l’expérimenté Mbark Boussoufa et le jeune talentueux Sofiane Boufal devront gérer l’animation offensive et être décisifs dans les derniers mètres.

 

benatia-mondial-maroc

boufal-maroc-mondialbelhanda-maroc-mondial

De gauche à droite : Mehdi Benatia (capitaine), Sofiane Boufal et Younès Belhanda.

La star, c’est Benatia

Il y a un patron dans cette sélection marocaine, c’est Mehdi Benatia. Actuellement à la Juventus de Turin, le roc a toujours su démontrer son talent lors de ses passages dans les plus grands clubs comme l’AS Rome ou encore le Bayern Munich. Le Maroc peut jubiler de compter dans ses rangs l’un des meilleurs défenseurs du monde, et certainement le meilleur d’Afrique. D’autant plus que la Coupe du Monde arrive alors que le capitaine marocain vit la meilleure période de sa carrière. 30 ans est souvent synonyme « d’âge parfait » pour un joueur de football de haut niveau, car l’équilibre est parfait entre la maturité, l’expérience, et les aspects physiques et techniques, Benatia en est la preuve, il est au sommet de son art. Puissant, vif, efficace dans les duels aériens, bonne lecture du jeu et très bon relanceur, Mehdi Benatia possède toutes les qualités requises pour mener à bien les Lions de l’Atlas en Russie.

 

benatia-maroc-mondial
Mehdi Benatia portant le brassard de capitaine.

 

Portrait d’Hervé Renard, un sélectionneur adulé

hervé-renard-maroc
Hervé Renard lors de sa présentation.

Si Hervé Renard n’a pas connu de francs succès lors de ses expériences en clubs, avec les pays c’est tout l’opposé. Il y a deux ans, il devient même détenteur d’un record exceptionnel, en devenant le premier entraîneur à remporter la Coupe d’Afrique des Nations avec deux pays différents, la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015. Deux exploits qui l’ont conduit à jouir d’une grande réputation autant bien en Afrique que sur les autres continents. Hervé Renard n’est pas connu pour être un fin tacticien du ballon rond, mais plutôt pour ses qualités de meneur d’hommes. Il possède à la fois un fort caractère et reste très proche de ses joueurs, comme si ils les considéraient comme ses fils. Sa force est de fédérer un véritable collectif, et veut avant tout que ses joueurs donnent tout sur le terrain, en se battant pour son prochain. Une vision très paternaliste qui l’a conduit à créer une vraie unité, capable de se surpasser et de se qualifier pour le Mondial en Russie, après vingt ans d’absence. Face aux géants Portugais et Espagnols, le rapport de force risque d’être très compliqué, mais après tout, dans le football tout est possible.

 

Poule et programme des matchs

Les Marocains n’ont pas été vernis au moment du tirage au sort pour établir les groupes du Mondial. Si l’Iran est une équipe largement à la portée des Lions de l’Atlas, le fossé avec l’Espagne et le Portugal semble être beaucoup trop profond. L’Espagne, championne du monde 2010, est perçue comme l’un des favoris pour brandir le trophée Jules Rimet aux côtés du Brésil, de l’Allemagne ou encore de la France, et devrait se qualifier pour la phase finale sans grande difficulté. De même pour le Portugal, champion d’Europe en titre, les coéquipiers du Ballon d’Or Cristiano Ronaldo forment une équipe redoutable, où les tauliers expérimentés (Ronaldo, Nani, Quaresma) côtoient une nouvelle génération extrêmement prometteuse (André Silva, Joao Mario, Carvalho entre autres). La mission « sortir du groupe » sera très compliquée pour le Maroc, mais après vingt ans d’absence et de mauvais résultats, la flamme est rallumée et il est tout à fait permis de rêver.

 

-15 JUIN 2018 – 18H00 (heure locale)

GROUPE B

Stade de Saint-Pétersbourg

Saint-Pétersbourg

MAROC – IRAN

 

-20 JUIN 2018 – 20H00 (heure locale)

GROUPE B

Stade Loujniki

Moscou

PORTUGAL – MAROC

 

-25 JUIN 2018 – 20H00 (heure locale)

GROUPE B

Stade de Kaliningrad

Kaliningrad

ESPAGNE - MAROC

 

 

Nous vous recommandons

0 CommentairesRéagir
Sur le même sujet