Mercredi 14 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une ONG force le gouvernement à mettre fin à la déforestation

Par Alexandre Octave BEDDOCK | Publié le 18/04/2018 à 02:42 | Mis à jour le 18/04/2018 à 12:14
Photo : © Sandy Marie
amazonie, déforestation

La Cour suprême de Colombie a rendu un jugement historique ce 5 avril, en ordonnant au gouvernement de mettre fin à la déforestation en Amazonie. Cette décision fait écho à une plainte déposée en janvier par l'ONG Dejusticia.


La Colombie détient la deuxième biodiversité de la planète après le Brésil. Mais aussi l'un des taux de déboisement les plus élevés au monde. En 2016, 180.000 hectares de forêt ont disparu, soit 20 hectares par heure... ! Cette situation devient de plus en plus alarmante depuis la démobilisation des FARC. En effet, l’accès et l’exploitation de la forêt s’en sont vus facilités.


Un danger « imminent »

La plainte avait été déposée en janvier au nom du "droit à la vie" et du "droit à l'environnement". La décision rendue par la Cour ordonne aux autorités de différents niveaux d'élaborer un plan d'action pour préserver la forêt.

La déforestation s’explique principalement par la mise en pâturage, l'élevage intensif, les cultures illicites et l'extraction de minerais. La Cour suprême la considère comme un danger "imminent" pour le pays : elle accélère l'effet de serre et menace l'écosystème de manière irréversible. Cette décision, quoique définitive, peut encore être contestée devant la Cour constitutionnelle.

 

amazonie, déforestation, justice climatique, gouvernement colombien, écologie, environnement, amazonie, foret, déforestation, climatique
©  Daniele Gidsicki

 

De son côté, le gouvernement colombien avait déjà pris des engagements pour la forêt amazonienne, sans que la situation s'améliore pour autant. La déforestation de l'Amazonie devrait atteindre des taux record pour l'année 2017.

 

Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants.

Cette décision est un précédent mondial en terme de justice climatique. Elle reconnaît des droits fondamentaux de nature constitutionnelle en matière d'environnement : le droit au "bien-être" et à la "jouissance d'un environnement sain". Elle désigne également les "générations futures'' comme sujets de droit. Dans un contexte marqué par l’urgence climatique et environnementale, ce jugement historique pourrait influencer d'autres citoyens, d'autres juges et d'autres pays.
 

amazonie, déforestation, justice climatique, gouvernement colombien, écologie, environnement, amazonie, foret, déforestation, climatique
© D. Fellous / MIRA-V

 

Nous vous recommandons

Identite

Alexandre Octave BEDDOCK

Rédacteur en chef du Petit Journal de Bogota. Spécialiste de la communication et réalisateur de documentaires, il vit depuis plusieurs mois en Colombie après avoir travaillé 5 ans auprès des institutions européennes sur les questions de Droits de l'Homme
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

beatriz sam 05/05/2018 - 18:31

MERCI DE POUVOIR ET AVOIR LA POSSIBILITÉ DE PARTICIPER A SAUVER LA MERVEILLEUSE TERRE ET LA COLOMBIE AVEC TOUTE LA RICHESSE QUE LA NATURE NOUS A MIS A DISPOSITION SANS AVOIR CONTRÔLE . CONTINUER A COMMUNIQUÉE LA DÉMARCHE PERMET A BEAUCOUP DE PERSONNE A CRÉER DE QUESTION DANS SONT COMPORTEMENT ,ESPÈRENT QUI VONT SE RÉVEILLER . NOUS AVONS BESOIN D'ELLE; MERCI TOUJOURS NATURE.

Répondre

Vivre à Bogota

EXPATRIATION

Insécurité : les pays qui inquiètent les expatriés

Décidés à prendre le large mais inquiets pour votre sécurité ? Fuyez le Brésil, évitez les Etats-Unis ! C’est ce que révèle la dernière édition d’Expat Insider...

Sur le même sujet