SOLIDARITE ALIMENTAIRE – Que puis-je faire ? Des actions qui ne comptent pas pour du beurre

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 07/10/2015 à 22:00 | Mis à jour le 07/10/2015 à 18:10

L'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) estime que 10,9% de la population mondiale est sous-alimentée, alors qu'en même temps dans nos sociétés occidentales des tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année. Côté consommateurs, il existe des actions simples qui peuvent aider les plus démunis grâce à un petit geste. Côté entreprises, des mesures sont étudiées pour limiter les pertes et collaborer avec les associations.

(Photo banco de alimentos) Aider ceux qui n'ont rien à manger... en allant au restaurant. Voici l'idée originale proposée par Action contre la faim pour lutter contre les inégalités et rétablir l'équilibre en participant à lutte contre la malnutrition.
Acción contra el Hambre, la branche espagnole de l'ONG, organise une opération spéciale en partenariat avec la Fédération espagnole d'hôtellerie. De nombreux restaurants sur tout le territoire espagnol se sont joints à l'initiative afin de proposer "des plats qui alimentent plus". Jusqu'au 15 novembre, les établissements partenaires de l'opération vous proposeront des plats "solidaires", pour lesquels le restaurant versera de 0,50 à 2 euros à la prévention, au diagnostic et au traitement de la dénutrition infantile à chaque fois qu'un client choisira l'un ces plats. Rendez-vous sur le site de l'opération pour retrouver la liste des restaurants partenaires.

Les mesures en France et en Espagne
Au mois de mai dernier, l'Assemblée nationale française a voté une loi pour lutter contre le gaspillage alimentaire, obligeant les supermarchés à ne pas jeter la nourriture invendue (qui était parfois aspergée d'eau de javel pour la rendre impropre à la consommation). A partir de juillet 2016, les établissements devront gérer leurs invendus en les donnant à des associations ou bien à l'agriculture pour l'alimentation des animaux. La loi oblige également les grandes et moyennes surfaces de plus de 4000 mètres carrés à passer des accords de partenariat avec des associations locales, afin de faciliter les dons d'aliments et leur redistribution aux ménages demandeurs.
Cette décision a été remarquée de l'autre côté des Pyrénées, où les représentants des supermarchés espagnols ont rapidement réagi en expliquant que ce type de mesure n'est pas nécessaire en Espagne, où des partenariats ont déjà été mis en place entre l'industrie, la distribution et la banque alimentaire pour lutter contre les pertes.

La grande collecte alimentaire annuelle
Chaque année la Fédération espagnole de banque d'aliments et ses fédérations régionales organisent une grande collecte de nourriture dans tout le pays à l'arrivée de l'hiver. Des milliers de points de collectes sont installés dans de nombreuses communes, généralement devant les hypermarchés et centres commerciaux. Vous pouvez y déposer des produits alimentaires de base, comme du riz, des céréales, du lait, des pâtes, des boîtes de conserves, mais également de l'alimentation infantile. Ces produits seront ensuite redistribués aux familles qui sont dans le besoin. L'année dernière, se sont 142 millions de kilos d'aliments qui ont pu être répartis. Des collectes de plus en plus importantes, car malheureusement les foyers très modestes sont de plus en plus nombreux en Espagne.
Cette année, la grande collecte est prévue le dernier week-end de novembre. Le réseau de banques d'aliments compte sur vous pour déposer boîtes de conserves et autres aliments dans les points de collecte. Pour ceux qui veulent aller plus loin et qui sont disponibles pour donner de leur temps, sachez que l'association recherche des milliers de bénévoles pour organiser la collecte. La banque alimentaire de Madrid lance un appel pour 22.000 volontaires pour récupérer la nourriture les 27, 28 et 29 novembre prochain. Même chose en Catalogne, où la banque alimentaire locale a lancé une campagne pour recruter 25.000 bénévoles afin de couvrir les 2.500 points de collecte qui seront installés dans la région les 27 et 28 novembre. Vous pouvez vous inscrire ici.

Nécessité d'un cadre légal contre le gaspillage en Europe
Il n'existe pas de cadre légal des institutions communautaires ou internationales qui permette de réguler le gaspillage alimentaire. L'Union européenne a établi le rapport "Eviter le gaspillage des denrées alimentaires : stratégies pour une chaîne alimentaire plus efficace dans l'Union européenne" à la suite duquel une série de propositions ont été faites pour lutter contre les pertes dans la chaine de distribution et le gaspillage alimentaire à la consommation. Mais comme toujours, chaque Etat membre est libre de la réglementation de ses secteurs. A défaut de pouvoir instaurer un cadre législatif commun, la Commission européenne a lancé une feuille de route pour que les Etats réduisent de moitié les pertes alimentaires d'ici 2025. Chiffres à l'appui, l'Union tente de sensibiliser : 1,3 milliards de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année, ce qui correspond à un tiers de la production mondiale, dont 89 millions de tonnes le sont dans l'UE. La FAO précise dans son dernier rapport sur le sujet que les pertes et gaspillages représentent annuellement 30% de la production de céréales, 40?50 % des tubercules, fruits et légumes, 20% des oléagineux, des viandes et produits laitiers, et 35 % des poissons.

Des initiatives et des campagnes de sensibilisation
En Catalogne, une nouvelle initiative solidaire pour lutter contre le gaspillage alimentaire vient de voir le jour. Le "Pont alimentaire", comme son nom l'indique, sert à créer des ponts entre les entreprises ou restaurateurs qui ont des excédents de nourriture et les associations qui collectent des aliments pour les personnes dans le besoin. Lancé par la Fondation "Prevencio de residus i consum" et la Fondation "Banc de recursos", le projet compte sur le soutien du département Territoire et Développement durable de la Generalitat. Les professionnels donnent des aliments propres à la consommation mais qui ne peuvent être commercialisés car l'emballage est cassé, la date de péremption est proche ou bien parce que les fruits et légumes n'atteignent pas le calibre exigé par le commerce. La nourriture ainsi récupérée est distribuée ou utilisée au quotidien dans les cantines sociales qui offrent des repas aux sans-abri.
De plus, de nombreuses campagnes de prévention sont organisées pour sensibiliser le consommateur final, qui est celui qui gaspille les plus grandes quantités de nourriture. La confédération espagnole de coopératives de consommateurs par exemple a lancé la campagne "Sin desperdicios : aprovecha la comida". De même, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a profité de l'exposition Milan 2015 pour présenter dans le pavillon espagnol les mesures prises avec les entreprises telles que le programme "zéro gaspillage".

Perrine LAFFON (lepetitjournal.Com ? Espagne) Jeudi 8 octobre 2015
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale