Lundi 14 octobre 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

10 MOTS POUR… – Aller au marché en Espagne

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 05/11/2015 à 23:00 | Mis à jour le 30/11/2018 à 14:08
Marché Espagne

Pas toujours facile de se faire comprendre auprès des commerçants espagnols lorsque l'on ne connait pas le vocabulaire spécifique à sa demande, ni les usages locaux, surtout si cela fait peu de temps que vous êtes en Espagne. Voici une liste de mots qui vous donneront un petit coup de pouce dans vos aventures quotidiennes.

 

Les marchés couverts sont les viviers de la gastronomie d'un pays. On y trouve les produits typiques à la base de l'alimentation nationale, mais aussi ceux qui les vendent, les aiment et vous les font aimer. En Espagne, le mercado constitue une visite incontournable pour découvrir la cuisine traditionnelle ibérique. Avec les couleurs vives des fruits sur les étalages, les odeurs qui émanent des stands d'olives marinées et les cris chantants des vendeurs pour attirer le client, le passage dans le marché devient un véritable voyage pour vos sens. Voici quelques mots de vocabulaire qui vous aideront à faire vos courses au marché et à en comprendre les bonnes pratiques :

Les produits sont répartis par stands appelés puestos : frutas y hortalizas (primeur), carnicería (boucherie), pescaderías (poissonnerie), jamonerías (vendeur de jambon). Surtout n'oubliez pas votre cesta (panier) pour transporter tous vos achats.

  • Il est coutume d'y prendre l'apéritif dans le bar installé au milieu des stands, généralement à côté de celui qui vend les encurtidos, les olives et autres produits marinés au vinaigre pour faire des tapas. Pour accompagner son apéritif, on déguste les traditionnelles banderillas : ce sont des tapas formées par une sardine, une olive, un cornichon, de l'oignon et même du poivron, le tout mariné et piqué sur une pique en bois. Et si un ?uf de caille est ajouté à cette brochette, il s'agit alors d'un cohete.
     
  • Vous pourrez également trouver des lagartos. Pas de panique, hors de question de manger des reptiles ("lagarto" signifiant "lézard" en espagnol). Les lagartos sont ici des tapas réalisées avec un cornichon fendu en deux fourré de saumon ou de thon, et décoré d'olives et de petits oignons.
     
  • Mais peut être préférerez-vous tester des bombas ? Cette fois-ci ce sont des olives (de grosses olives) fourrées au poulpe, aux moules, à l'anchois, au thon ou encore à la tomate, piquées sur un cure-dent avec un bout de poivron.
     
  • Le marché espagnol est vivant, et les vendeurs s'emploient tous à égayer leurs stands en donnant de la voix pour attirer le client. Entre les cris et le brouhaha général, vous entendrez par exemple, sur des tons de slogans publicitaires, "¡Melones, meeeeeelones dulces como la miel!" ("melon sucrés comme le miel") ou encore "¡Corran, que me los quitan de las manos!" ("dépêchez-vous, on me les arrache des mains!"). Bien que certains personnages hauts en couleurs se distinguent avec leur propre répertoire, acquis grâce à une longue expérience dans les marchés.
     
  • ¿Quién es el último? Retenez bien cette phrase elle vous sera très utile pour ne pas vous faire passer devant dans la file d'attente d'un commerçant. Il faut savoir que dans les marchés, le dépassement dans les queues d'attente constitue un sport national chez les ménagères de moins (et généralement, de plus) de 50 ans. C'est donc la question à poser (qui est le dernier ?) lorsque vous arrivez sur un stand afin de vous positionner clairement dans la file.
  • Dans le même esprit, le commerçant va demander ¿A quién le toca? afin de savoir à qui le tour. Si c'est enfin le votre, il vous faudra réponde "Me toca a mí". Et si une ménagère tente de vous passer devant à ce moment là, n'hésitez pas à lui lancer le célèbre ¡A la cola! ("à la queue").
     
  • Dans les marchés espagnols, vous pouvez encore trouver des ultramarinos. Il ne s'agit pas de poissonneries, mais de petites boutiques d'alimentation générale. Dans ces épiceries à l'ancienne où l'on trouve de tout (absolument de tout!), le vendeur vous déniche toujours ce que vous recherchez en fouillant au fond de son bric-à-brac. Les ultramarinos tendent à disparaitre aujourd'hui.
     
  • Si un commerçant vous dit "está rico" à propos de l'un de ses produits que vous hésitez à acheter, cela signifie qu'il est particulièrement savoureux. Evidement, le vendeur peut vanter exagérément les qualités de ses produits. A vous d'en juger. Néanmoins son intérêt est de capter des clients fidèles et que vous deveniez un habitué du marché.
     
  • A la casquería, on ne vend pas de casques bien entendu, mais des entrailles d'animaux, autrement dits des abats. Vous trouverez sur ces stands des criadillas (testicules), des tuétanos (os à moelle), sesos (cerveaux) ou encore du bazo (rate), pour vous essayer à une cuisine des plus? authentiques.

 

 

Perrine LAFFON

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Madrid Appercu
PORTRAIT

Marion Mesnage (Amadeus): "Combattre les clichés qui ont la peau dure"

Marion Mesnage, responsable de la division "Research, Innovation & Ecosystems" chez le géant de la technologie pour l’industrie du voyage Amadeus, a toujours travaillé dans le monde de l’innovation

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Je suis atteint du virus de l’expatriation, c’est grave ?

Rentrer en France ? Pour certains expatriés, cette perspective n’est pas une option, tant ils ont pris goût à la vie à l’étranger et à son lot de découvertes et opportunités professionnelles. 

Sur le même sujet