TEST: 2238

MANIFS 2010 - Le FBI thaïlandais fait appel aux chasseurs de prime

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 19/10/2012 à 00:00 | Mis à jour le 20/11/2018 à 17:17
--

LIRE AUSSI

Notre article du 17 octobre 2012 - Les hommes en noir reviennent au service de la polémique

Notre article du 12 juillet 2012 - Le DSI écarte la thèse des mystérieux "hommes en noir"

Notre article du 20 mai 2010 – Ratchaprasong dévasté, les manifestants en pleurs ont peur de rentrer chez eux

Notre article et vidéo du 19 mai 2010  – Les militaires dispersent les manifestants (vidéos)

Notre vidéo des affrontements violents du 10 avril 2010 dans le centre de Bangkok

Notre rappel des faits de la crise politique

Le Département des enquêtes spéciales (DSI), homologue du FBI nord américain, offre une récompense d'un million de bahts à quiconque fournira des informations susceptibles d'élucider sept dossiers liés à la répression des manifestations de mai 2010. Si les causes des décès sont connues, il reste à identifier clairement les responsables. Tarit Pengdith, directeur général du DSI, assure que l'anonymat des informateurs sera respecté. Ils n'apparaîtront à aucun stade des éventuelles procédures judiciaires à venir. Sur la sellette: la mort du Colonel Romklao Thuwatham et des cinq soldats fauchés avec lui par une grenade (voir notre vidéo du 10 avril 2010) ainsi que l'exécution du Maj General Khattiya "Seh Daeng" Sawasdipol. Moins médiatisés : les cas des policiers Witthaya Phromsamlee devant l'immeuble U-Chuliang et Kannupat Lertchanpen sur Silom ainsi que du soldat Narong Sara. Le DSI veut aussi faire la lumière sur la mort des reporters d'images Fabio Polenghi et Hiroyuki Muramoto. Les enquêtes de police ont jusqu'à présent tiré des conclusions divergentes au sujet de la mort de ce dernier. Avec des moyens d'investigation limités la Commission pour la vérité et la réconciliation (TRCT) n'a pas non plus établi clairement les responsabilités. Ainsi le doute continue d'empoisonner la vie politique du royaume, sur fond de polémique médiatico-judiciaire au sujet des "hommes en noir" dont les silhouettes floues ont focalisé récemment accusations précises et dénégations outragées.
E.D. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) vendredi 19 octobre 2012
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale