Samedi 19 juin 2021
Auckland
Auckland

Nouvelle-Zélande : la mystérieuse disparition du français Éloi Rolland

Par Juliette Sbranna | Publié le 27/04/2021 à 16:12 | Mis à jour le 28/04/2021 à 09:43
Éloi Rolland,  un jeune francais disparu en Nouvelle-Zélande en 2020

Éloi Rolland est un étudiant français de 18 ans, qui a mystérieusement disparu en mars 2020 sur la plage de Piha. Il vient avant tout en Nouvelle-Zélande pour apprendre l'anglais et vivre de nouvelles expériences sans ses parents. À Auckland, Éloi vivait à Birkenhead chez sa famille d'accueil et travaillait un temps dans un bar-restaurant du Viaduct : le Headquarters.

S’il vit une vie normale d'adolescent, Éloi Rolland commence à avoir le mal du pays, ce qui le poussera à avancer son retour en France prévu en mai au 21 mars et arrête brutalement son école de langue, ce qui lui laisse encore 15 jours en Nouvelle-Zélande. À ce moment, le jeune homme a des projets pour son retour en France, comme notamment étudier l'ingénierie à Toulouse 3.

La disparition d'Éloi

Le vendredi 6 mars 2020, Éloi Rolland quitte sa famille d'accueil dans la soirée, mais personne ne sait où il passe sa nuit. Le lendemain, Éloi est aperçu à la gare Britomart pour prendre un train vers Swanson à 6 h du matin. Il descend à New Lynn une heure plus tard et se dirige vers l'intersection Scenic Drive et Piha Road à 9 h 18, sa dernière localisation. On apprendra plus tard que son téléphone a cessé de borner définitivement à cet endroit précis. Depuis cet instant, Éloi n'a donné aucune nouvelle, on suppose qu'il voulait se diriger vers la plage de Piha, un spot de surf connu, célèbre pour ses falaises.

 

Dernière localisation

 

Selon une théorie des proches d'Éloi Rolland, il était déjà venu sur cette plage avec des amis et serait venu y chercher du sable noir. Il aura fallu attendre le 10 mars pour que sa famille d'accueil lance une l'alerte et le 14 mars pour que la police néo-zélandaise lance un appel à témoin et enquête. Entre-temps, le monde entier est en crise contre le coronavirus et la France se confine le 16 mars. La Nouvelle-Zélande ferme ses frontières le 19 mars ce qui empêchera la famille d'aller sur place.

Depuis, la police a suspendu ses recherches terrestres et le dernier indice rapporté date d'avril 2020 ; un tee-shirt blanc retrouvé à Karekare, accroché dans un arbre. Le 8 mai, on apprendra que le tee-shirt était une fausse piste. Le 14 janvier 2021, soit un peu moins d'un an après sa disparition, une femme déclare avoir vu Éloi faire du vélo, avec un vélo de location à Piha, mais aucune preuve n'est vérifiée

Les scénarios envisagés autour de la disparition d'Éloi Roland

Éloi avait des projets, il allait étudier à Toulouse 3 et souhaitait tout simplement retourner en France. Sa famille était d'accord et il avait même avancé son billet de retour. L'hypothèse de la fuite volontaire est donc improbable.

La thèse du suicide, elle, n'est pas à écarter. Éloi avait le mal du pays et aurait traversé une période compliquée, mais nous n'en savons pas plus. Son ancien patron au restaurant Headquarters s'était inquiété de son attitude. Ses proches ont rappelé que si comme chaque adolescent, il avait des moments de doute, il n'était pas suicidaire. De plus, aucun mot d'adieu n'a été retrouvé. Mais sachant que la COVID-19 compromettait tous les vols, peut-être que le jeune homme aurait, lui aussi, pu être bloqué en Nouvelle-Zélande, alors qu'il voulait à tout prix partir. Mais même s'il avait effectivement sauté depuis les falaises de Piha, il est très improbable que son corps n'aurait pas été retrouvé.

 

Plage de Piha

 

La théorie de l'homicide involontaire nous vient de Lionel Camy, auteur passionné d'affaires criminelles. Pour lui, sachant qu'Éloi Rolland a disparu sur l'intersection de Scenic Drive, l'adolescent aurait été victime d'un accident de la route. Le téléphone aurait été détruit à cause de la violence du choc, ce qui expliquerait pourquoi il a cessé de fonctionner si brutalement. Le conducteur se serait débarrassé de son corps, de peur des conséquences de son acte.

La famille n'a toujours pas pu se rendre en Nouvelle-Zélande, et continue désespérément de chercher la vérité.

 

LPJ Auckland logo

Juliette Sbranna

Rédactrice web @ Le Petit Journal Auckland I Vous souhaitez faire parti de la rédaction ? Écrivez-nous à auckland@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s)Réagir