VENEZUELA : la Nouvelle-Zélande refuse de prendre parti

Par Alexandra Jaegy | Publié le 31/01/2019 à 02:16 | Mis à jour le 31/01/2019 à 02:41
Photo : BBC
Le Petit Journal Auckland

La semaine dernière, le chef de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaidó, s'est auto-proclamé président par intérim du Venezuela et a rapidement obtenu le soutien des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada et de certains pays d'Amérique latine. 

À la différence de ses alliés, dont l’Australie lundi dernier, le gouvernement néo-zélandais refuse de prendre parti dans la crise des dirigeants vénézuéliens et ne reconnaît pas officiellement l'un ou l'autre de ces dirigeants.

Le ministre des affaires étrangères, Winston Peters, a d’ailleurs  déclaré cette semaine que le pays doit "décider de son avenir par le biais d'élections libres et équitables” avant que Jacinda Arden ne lui emboîte le pas : 

Ce que nous faisons en tant que pays, et à juste titre, est de dénoncer les violations des droits de l’homme or il est absolument clair que les personnes souffrent sous le régime actuel et qu'elles méritent l'accès à leurs droits et libertés démocratiques 

 

(Sources : TheGuardian.com)

 

47384050_520622831768997_2784234621468934144_n

Alexandra Jaegy

Catalane de Paris, Alexandra vit en colocation avec Didier, son cochon d’inde. Elle essaye d’écrire autant qu’elle sourit, en passant par plusieurs rédacs : web, papier, carton, peu importe tant qu’il y a de la passion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale