Samedi 26 septembre 2020

Retour sur l’ultra marathon de Tarawarera avec un coureur français

Par Lucas Morlier | Publié le 07/04/2020 à 01:53 | Mis à jour le 07/04/2020 à 02:20
Photo : Retour sur l’ultra marathon de Tarawarera 2020 avec un coureur français
Ultramarathon Tarawera Course Français

Le Tarawera Ultramarathon est un ultra-trail disputé chaque année en février sur un parcours de 100 kilomètres entre Rotorua et Kawerau, en Nouvelle-Zélande. Cette année, il avait lieu le 8 février. Retour sur l’une des courses les plus difficiles du pays avec Benjamin Vallat, participant français, que Le Petit Journal Auckland a interviewé.


Lepetitjournal.com - C’est la première fois que tu fais un trail aussi long ?

Benjamin Vallat - Oui, j’ai commencé le trail en Mai 2019 par la série Xterra. Ça consiste en 6 courses de 16 à 20km dans la région d’Auckland.  Avec l’entraînement j’avais couru sur une distance maximum de 60km. Ma course officielle la plus longue auparavant était un Marathon sur route (Marathon de Tauranga et Marathon d’Auckland)


En quoi consiste cet ultramarathon ?

Cet ultra marathon est un trail dans le centre de la Nouvelle Zélande, dans la forêt de Tarawera a l’Est de Rotorua. Il y a plusieurs distances: 21, 50, 102km et 100miles (165km). Celle à laquelle j’ai participé était 102kms. Le profil est ce que l’on appelle ‘roulant’ c’est à dire qu’il y a 3000m de dénivelé positif, mais peu de longues montées difficiles (comme il peut y avoir dans les courses en montagne par exemple). Le trail commence à Kawerau, et longe un tas de rivières et lacs absolument magnifiques, avant d’arriver dans les Redwood (une forêt de Séquoia géants). Les derniers kilomètres traversent des champs d’activité géologique importants avant d’arriver à Rotorua.


Tu te sens comment après un effort pareil ? Tu as besoin de beaucoup de récupération ?

C’est très compliqué de décrire comment on se sent après son premier ultramarathon. Honnêtement, je suis vraiment content d’avoir pu terminer la course malgré un problème au genou au 74km. Le sentiment le plus fort en ce moment est qu’avec le bon entraînement, de l’enthousiasme et de la patience tout devient possible et que finalement le corps n’a pas de limite. Je compte prendre deux semaines de repos pour reposer mon genou, et reprendre une vie sociale plus active. Je pense que ça me permettra également de commencer à réfléchir au prochain(s) objectif(s), comme par exemple un semi-Ironman ou à plus long terme l’Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB).
 

Arrivée Ultramarathon


Tu as combien d’heures d’entraînement derrière toi avant d’effectuer ce genre de trail ?

J’ai essayé d’adapter mon entraînement avec un travail à temps complet, une vie sociale et d’autres activités. Je dirais que dans les périodes les plus calme, je m’entraînais 3-4h (30-40km) par semaine, et dans la période la plus intense jusqu’à 12-14h par semaine (95-115km). Il faut noter aussi que pour des trails de longue distance, il est très important de ne pas se concentrer que sur la course, mais aussi inclure des activités qui renforcent la ceinture abdominale, le bas du dos et les hanches. Au total, j’ai fait environ 2000kms en courant, plus ou moins 400kms à vélo et 10kms en nageant.


Tu as fait d’autres courses en Nouvelle-Zélande ?

J’ai fait peu de courses en Nouvelle-Zelande, en tout cas pas autant que je l’aurais souhaité, mais j’ai participé a la série longue Xterra, au Marathons d’Auckland et de Tauranga, au BDO Huka Steamer challenge (course VTT à Taupo) et à un Sprint triathlon au Xterra festival Rotorua. Je suis également inscrit au Off-road Triathlon (Partners Life Dual) sur Motutapu et Rangitoto fin Mars, en espérant avoir pu récupérer correctement. Pour ceux qui sont intéressés à suivre mes prochaines aventures, ou veulent en savoir plus sur mon entraînement (https://www.strava.com/athletes/43029391)

 

Lucas Morlier

Lucas Morlier

De La Rochelle à Paris pour conquérir la capitale. J’aime l’humour et le PSG, que je place volontairement dans la même phrase. Actuellement à Auckland pour découvrir la Nouvelle-Zélande. Diplômé de l'école W.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien

Sur le même sujet