Les auberges de jeunesse (et leurs backpackers) montrés du doigts

Par Amandine Brugier | Publié le 30/03/2020 à 02:40 | Mis à jour le 30/03/2020 à 06:43
Photo : Les backpakers de l'hostel Deco Backpackers
coronavirus backpackers nz

Depuis mercredi soir, la Nouvelle-Zélande est en niveau d'alerte 4 du Covid-19, autrement dit en confinement, avec de sévères restrictions sur les déplacements et les rassemblements notamment. Cela n'a pourtant pas empêché quelques groupes de backpackers d'enfreindre la loi...

Une fête à Queenstown

La police a été appelée, dimanche soir aux alentours de 17h45, au sujet d'un rassemblement d'environ 60 backpackers de l'auberge de jeunesse Deco à Queenstown. En pleine fête, des images prises par le New Zealand Herald montrent plusieurs jeunes sortant du backpack l'air plutôt amusés avant que la police n'interviennent.

 

 

Un rassemblement sur un toit à Auckland

À Auckland, des voisins de l'auberge de jeunesse Nomads cette fois-ci, en plein centre-ville, se disent alarmés par les rassemblements sur le toit du bâtiment depuis le premier jour du confinement : "Ils ont se sont rassemblés toute la journée, littéralement, sans aucune distanciation sociale ou masque facial, ou toute sorte de mesure de santé", a déclaré jeudi l'un des voisin au média Stuff.

 

backpackers toit
Photo du toit de l'hostel Nomdads prise par les voisins

 

Selon les règles du gouvernement, l'hébergement des backpackers est considéré comme un service essentiel et peut rester ouvert. Toutefois, le gouvernement a précisé qu'elles doivent fonctionner selon des protocoles très stricts. Notamment, le maintien du contact uniquement entre les personnes d'une même chambre, la fermeture pièce communes récréative et l'accès aux pièces communes essentielles (cuisine, salle de bain) par équipes séparées.

 
Amandine Brugier Le petit journal auckland

Amandine Brugier

Spécialisée en communication événementielle et RP à l'ISCOM Paris, je suis actuellement stagiaire en tant qu'Event Manager / Rédactrice Web
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale