Mardi 4 août 2020

La NZ détient le meilleur complexe de vente de chevaux au monde

Par Sarah Nicoud | Publié le 20/02/2019 à 23:12 | Mis à jour le 21/05/2020 à 04:13
Karaka Complexe Nouvelle-Zélande Chevaux

La Nouvelle-Zélande serait-elle "The place to be !" pour l’achat de chevaux d’exceptions ? Chaque année, des acheteurs du monde entier font le déplacement jusqu’à Karaka près d’Auckland pour participer aux ventes organisées par la New Zealand Bloodstock, reconnue comme étant le meilleur complexe au monde. 

« Les premières ventes officielles de chevaux sur le ring ont démarré en Nouvelle-Zélande  il y a 70 ans, dans la capitale Wellington, ce qui était beaucoup trop loin du centre névralgique de notre élevage qui est tout près d'Auckland. Nous avons donc acheté en décembre 1996 un complexe à Karaka et avons fait notre première vente dès le mois  janvier », déclarait Sir Peter Vela, propriétaire de l’agence néo-zélandaise. Aujourd’hui, des acheteurs du monde entier, asiatiques, européens, américains et même australiens accourent tous les ans à Auckland pour la vente de yearlings organisée par la New Zealand Bloodstock, la seule et très puissante agence du pays.

Malgré la construction récente et pharaonique d'Inglis en Australie et de la crise du marché intérieur des courses, la New Zealand Bloodstock jouit encore d’une attractivité internationale, expliquée par le talent de ses vendeurs, la qualité de ses produits mais aussi et surtout grâce à cette capacité d’accueil reconnue comme la meilleure au monde. Sir Peter Vela, a ainsi révolutionné le marketing du cheval de course en Nouvelle-Zélande en  misant principalement sur “l’hospitality" et en proposant depuis plus de 70 ans un accueil d’exception alliant convivialité et générosité.

Avec un prix moyen de 84 000 € par yearling et un « Top Price » à 840 000 € en 2019, la New Zealand Bloodstock se positionne encore une fois comme le meilleur complexe de vente de chevaux de course au monde.

 

44495340_10215115051863043_5136023541547794432_o

Sarah Nicoud

Après son aventure Australienne il y a deux ans, Sarah part à la conquête de la Nouvelle-Zélande pour une expérience de vie enrichissante. Elle est heureuse de partager avec les lecteurs du Petit Journal Auckland sa curiosité vis-à-vis de l’actualité.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

GASTRONOMIE

Julien Sebbag, un chef engagé qui inspire

Chef autodidacte et confirmé, à 28 ans Julien Sebbag est déjà à la tête de deux restaurants à Paris et prévoit deux nouvelles ouvertures à la rentrée.

Sur le même sujet