Mardi 11 août 2020

La NZ prête à éradiquer toute une espèce grâce à la génétique ?

Par Alexandra Jaegy | Publié le 17/10/2019 à 04:45 | Mis à jour le 17/10/2019 à 11:23
prédateur nouvelle zélande

Si ce projet n’était qu’une utopie il y a quelques années, il devient réel en Nouvelle-Zélande. Des scientifiques ont en effet mis à l’étude une technologie révolutionnaire pour se débarrasser des prédateurs qui déciment les espèces protégées du pays. 

La Nouvelle-Zélande envisage désormais le recours à une manipulation génétique appelée le "forçage génétique" pour se débarrasser des prédateurs qui déciment les espèces protégées du pays et en grande partie les oiseaux endémiques de Nouvelle-Zélande.

Ce processus, qui vise notamment à modifier génétiquement les animaux nuisibles, transforme tout simplement les nouveaux-nés en femelle. Et les empêche donc de se reproduire.

Si cela pose évidemment des questions éthiques, de nombreux risques sont également au coeur des discussions pouvant mettre en péril un écosystème tout entier. Le projet quant à lui est toujours au stade de projet... 

 

Nous vous recommandons

47384050_520622831768997_2784234621468934144_n

Alexandra Jaegy

Catalane de Paris, Alexandra vit en colocation avec Didier, son cochon d’inde. Elle essaye d’écrire autant qu’elle sourit, en passant par plusieurs rédacs : web, papier, carton, peu importe tant qu’il y a de la passion.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

grugoulde ven 01/05/2020 - 05:23

Une abomination. Mais vu les risques, ça n’est j’espère pas applicable en l'état. TOI qui lit ce message, déjà tu t’es aventuré ici, tu as été plus loin que ton réseau social de flémard. Mais bon… Voilà c’est pas simple si quelqu'un a d'autres solutions pour « buter » localement les espèces invasives introduites par l'homme qui détruisent les écosystèmes locaux jusqu'à disparaître d'elles-mêmes faute de nourriture, à part bien sûr buter l'homme lui-même qui est le véritable fléau. Je crois que malgré le scepticisme, dorénavant vu les dégâts anthropiques seule une science ultra poussée technologiquement pourra permettre de sauver une partie de la biosphère. Mais je pense que peu de personnes acceptent d'affronter ce constat de manière pragmatique. L'écolo à deux balles qui pense que si tout le monde fait sa petite permaculture dans son jardin, tout est sauvé. J'aime cette foi, (d'ailleurs la permaculture est une science hautement respectable et passionnante), qui est une attitude certes indispensable mais c'est insuffisant et inconscient comme tout le reste. Déjà quand on pense que le cycle de circulation océanique vertical est de 400 ans... exemple parmi d'autres. Autant dire qu'une toute petite partie des dégâts enthropiques est actuellement visible. Ce n’est pas parce que t'as trois piafs qui chantent pendant le confinement, que la nature reprend le dessus ! Quelle blague ! Le temps de latence de certains cycles naturels est énorme. Et seule une technologie ultra poussée pourra permettre de peut-être sauver 5 pourcents des espèces pour les siècles à venir. Je dis ça au pif ceci-dit. Ce n’est pas gagné. Et on ne va pas craché sur les OGM en dehors de toute perspective capitaliste, si c'est utilisé à bon escient. Je ne vais pas écouter l'indigné de base si c'est un inculte qui n'y connaît rien. En tout cas c'est pas avec l'ignorance et cette bonne conscience écolo (déjà l'écologie est une science, est non pas de la soupe "idéologique" spirituelle pour bobo de merde) en forme de renoncement qu'on va avancer, mais avec une haute connaissance scientifique si tout le monde décide de creuser les connaissances et de travailler dur dans un unique but scientifique. Toi le politicard ambitieux détestable, toi le business man qui pue ou toi le petit militant qui croit être tellement différent : Déjà votre culture générale en science est à chier, donc ça devrait être suffisant pour fermer sa grande gueule de merde sur certains domaines bien précis ! Va travailler sale cancre de merde, et pas que pour ta gueule ou ton ego boursouflé de fils de . ça c'EST UN VRAI CONSEIL. Le seul but acceptable et le seul possible : réparer toute cette merde qu'on a fait !

Répondre

Expat Mag

Chennai Appercu
SOCIÉTÉ

Être « maid » en Inde

En Inde, il est chose courante de voir travailler dans les foyers aisés ou étrangers des employés de maison, « maid » en anglais ou « bai » en Hindi. Un métier intense de millions de personnes...

Sur le même sujet