Elisabeth Moreno : « Pour la coopération entre les deux rives de la Méditerranée »

Par Lepetitjournal.com Abidjan | Publié le 24/05/2022 à 02:00 | Mis à jour le 24/05/2022 à 13:41
Elisabeth Moreno : « Pour la coopération entre les deux rives de la Méditerranée »

Dans la perspective des prochaines élections législatives (à partir du 27 mai en ligne, 5 et 19 juin 2022 dans les urnes), lepetitjournal.com est allé à la rencontre des candidats dans chaque circonscription des Français de l’étranger.
Elisabeth Moreno, candidate à la 9ème circonscription pour Ensemble!, a répondu à nos questions.

 

Pourquoi avez-vous souhaité vous présenter aux prochaines élections législatives ?

J’ai eu la chance de représenter la France, en tant que ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, pour défendre et promouvoir des causes qui me tiennent particulièrement à cœur. Ce fut pour moi un véritable engagement, dans lequel je me suis investie dès mon entrée en fonction, et je suis très fière des projets que nous avons menés au sein du Gouvernement.

Par ma candidature aux élections législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger, je voudrais continuer à porter ces causes qui me sont chères, en représentant cette fois ces Françaises et ces Français afin qu’ils se sentent comme des citoyens à part entière.

Comme vous le savez, j’ai un attachement personnel à cette circonscription, étant née et ayant vécu de nombreuses années au Cap Vert mais aussi à Casablanca dans le cadre de mes fonctions professionnelles. Je suis naturellement animée par les enjeux auxquels font face les Français établis dans ces territoires, puisque je les ai vécus moi-même.

Au-delà de ce sentiment, il s’agit d’une volonté forte de ma part de répondre à la demande du Président de la République, de contribuer à repenser la relation entre l’Afrique et la France et d’accompagner nos compatriotes de à l’étranger. Je voudrais pouvoir, à la fois, accentuer le rayonnement de la France à l’étranger et porter la richesse de ces territoires au sein de l’Hexagone.

 

Quel est votre rapport avec cette circonscription ?

La 9e circonscription couvre le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest, des territoires dynamiques, audacieux et aux ressources culturelles exceptionnelles où nos compatriotes sont de véritables ambassadeurs du savoir-faire français et de sa culture.

J’ai travaillé pendant 20 ans en Afrique et notamment au Maroc. Durant toutes ces années, je me suis nourrie de cette expérience qui n’a cessé de me convaincre de la force et des opportunités que représente la coopération entre les deux rives de la Méditerranée.

Je souhaite aussi participer à engager et mobiliser davantage ces Français, dont la voix compte autant que toutes les autres. Ils sont les ambassadeurs de notre savoir-faire ! Je voudrais surtout qu’ils sachent à quel point leur implication dans la vie politique Française est une chance pour la diplomatie économique et culturelle des deux continents.

 

En quoi votre parcours est-il marqué par les préoccupations des Français de l'étranger ?

Au-delà de mon attachement à mes racines capverdienne, je connais les problématiques et les enjeux auxquels font face les Français de l’étranger. Je les connais car je les ai vécus en tant que française de l’étranger, notamment lorsque j’étais installée au Maroc et en Afrique du Sud.

Je connais et je comprends ce sentiment d’isolement, celui d’être oublié, qui fait parfois surface. Certaines familles font face à de nombreuses difficultés pour scolariser leurs enfants ou même pour entreprendre des démarches administratives avec les consulats. Autant d’obstacles qui peuvent être extrêmement décourageants. Encore la semaine dernière, ma mère, qui réside au Cap Vert, rencontrait des difficultés pour renouveler ses papiers d’identité. Je connais donc ces préoccupations, mais je sais aussi les opportunités.

Si je me suis portée candidate dans cette circonscription, c’est d’abord parce que j’ai à cœur d’apporter des réponses à ces situations.

 

Comment voyez-vous le mandat de député ?

Je crois profondément que le mandat de député est tout simplement ce qu’on en fait. Le fait de représenter les Français et de travailler au service de tous nos concitoyens tient à la nature de la fonction.

Si j’ai la chance de pouvoir exercer cette fonction, je souhaiterais d’abord les écouter attentivement et travailler avec eux, afin qu’ils se sentent impliqués et fiers de représenter la France en dehors de ses frontières. Cela signifie pour moi, créer des ponts et continuer de porter mes engagements auprès de tous les Français installés au Maghreb et en Afrique de l’Ouest.

 

Quels sont, selon vous, les défis qui attendent les Français de votre circonscription ?

Cela fait déjà plusieurs années que je suis à l’écoute des préoccupations des Français du Maghreb et d’Afrique de l’Ouest. À travers les différentes rencontres que j’ai eu la chance de faire, je me suis rendu compte du chemin qui reste à parcourir.

Le programme que je souhaite ainsi porter à l’Assemblée nationale se construit autour de chantiers prioritaires, où il est urgent d’agir, notamment, la simplification des démarches au sein des services consulaires, une meilleure accessibilité à une éducation de qualité et à coût réduit, une plus grande lisibilité des systèmes de retraite et de sécurité sociale tout en assurant une sécurité pour l’ensemble d’entre eux.

Je souhaite m’assurer que les françaises et français de l’étranger se sentent comme des citoyens à part entière et non de seconde zone.

 

Comment est organisée votre campagne et qui sont vos soutiens ?

Comme vous pouvez l’imaginer, nous nous sommes tous mis en ordre de marche très rapidement. J’ai la chance de pouvoir m’appuyer sur les équipes locales, et ma suppléante Sophie Villaume, qui effectuent un travail de terrain considérable depuis déjà de nombreuses années afin de comprendre les attentes de nos compatriotes et trouver des façons efficaces d’agir rapidement.

Bien entendu, je suis appuyée par le Président de la République, la majorité présidentielle, nos militants, le chef du parti, ainsi que des personnalités fortes de la circonscription. J’ai également eu l’honneur d’avoir reçu des soutiens prestigieux du continent comme celui d’Oulimata Sarr ou Samuel Eto'o.

 

Quels sont les axes de travail que vous souhaitez mener à bien si vous êtes élu ?

En plus des actions pour améliorer leur quotidien de mes compatriotes françaises et français de l’étranger, je porterais trois engagements forts pour eux à l’Assemblée Nationale.

D’abord sur l’éducation, je sais que les frais de scolarité des Françaises et Français de l’étranger sont importants. Il est éminemment important de garantir un excellent niveau d’éducation à un coût accessible. Pour cela, je souhaite développer et favoriser des partenariats publics-privés et permettre aux entreprises de participer aux frais de scolarité tout en recourant à des financements innovants.

Ensuite sur la santé, je veux simplifier et élargir la grille de remboursement des dépenses de santé et ainsi permettre à toutes les personnes d’accéder à une santé de qualité, quel que soit leur niveau de revenus.

Enfin, à travers la mise en place d’une diplomatie économique je souhaite favoriser les partenariats et l’entrepreneuriat. Je travaillerai en étroite collaboration avec Bpifrance et le groupement du patronat francophone pour aider les entrepreneurs français de l’étranger qui passent trop souvent sous le radar des aides publiques.

Je souhaite également participer à la construction d’une nouvelle relation entre l’Afrique et la France. C’est un véritable engagement que j’ai inscrit au cœur de toutes les fonctions que j’ai occupé.

Afin de concrétiser l’ensemble de ces projets, il est primordial de créer de nouvelles passerelles entre les deux rives de la Méditerranée.

 

Quel bilan dressez-vous du mandat du député sortant ?

Je souhaite avant tout préciser que je condamne tout acte de violence. 

Depuis mon investiture j'ai échangé avec beaucoup de mes compatriotes de la circonscription et je retiens la grande satisfaction de ces derniers pour la qualité et l'efficacité du travail de M'jid El Guerrab et de ses équipes depuis 2017.

Allez-vous voter pour les prochaines élections législatives ?
Choices
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Abidjan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale