Le gouvernement néo-zélandais engage une série de mesures contre la Russie

Par Nicolas Roger | Publié le 27/02/2022 à 03:51 | Mis à jour le 27/02/2022 à 05:11
Photo : La capitale de Kiev en Ukraine
Vue aérienne de Kiev

Le gouvernement néo-zélandais a déclaré qu’il allait mettre en œuvre une série de mesures contre la Russie en réponse à l’invasion de l’Ukraine, notamment une interdiction de voyager pour les responsables russes et des limites aux engagements diplomatiques.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern et la ministre des Affaires étrangères Nanaia Mahuta ont publié une déclaration commune condamnant à nouveau l’invasion russe et appelant la Russie à cesser ses opérations militaires en Ukraine.

« Il s’agit d’une attaque non provoquée et inutile de la part de la Russie », a déclaré Mme Ardern. Il a ajouté : « En choisissant de suivre cette voie totalement évitable, un nombre impensable de vies innocentes pourraient être perdues à cause de la décision de la Russie ».

 

Il s’agit d’une attaque non provoquée et inutile de la part de la Russie

« Nous demandons à la Russie de faire ce qu’il faut et de cesser immédiatement ses opérations militaires en Ukraine, et de se retirer définitivement afin d’éviter la perte catastrophique et inutile de vies innocentes », indique la déclaration, telle que rapportée par RNZ News.

La Nouvelle-Zélande n’autorisera pas l’entrée sur son territoire de responsables du gouvernement russe et d’autres personnes associées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, interdira l’exportation de biens destinés aux forces militaires et de sécurité russes et suspendra l’engagement bilatéral du pays avec le ministère des Affaires étrangères.

 

Nous demandons à la Russie de faire ce qu’il faut et de cesser immédiatement ses opérations militaires en Ukraine

M. Mahuta a également souligné que la Russie a repoussé les efforts internationaux continus en faveur d’une désescalade diplomatique de la crise ukrainienne et « doit maintenant faire face aux conséquences de sa décision d’envahir ».

« Les responsables ont contacté les entreprises concernées au sujet de l’impact économique et commercial potentiel qu’un conflit militaire pourrait avoir sur elles. La Russie est notre 27e marché d’exportation, et les produits laitiers représentent environ la moitié de ces exportations », a ajouté M. Mahuta.

M. Mahuta a également demandé aux responsables de donner leur avis sur la manière dont la Nouvelle-Zélande pourrait contribuer à d’éventuelles options de réponse humanitaire, étant donné la « grave préoccupation » suscitée par le conflit militaire, car ses « pensées vont au peuple ukrainien touché par ce conflit aujourd’hui ».

 

 

Nicolas Roger en plein discours

Nicolas Roger

Responsable des éditions Australie et Nouvelle-Zélande @ lepetitjournal.com I Co-fondateur @ KIWIFRENCH.co.nz
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Wellington !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Wellington.

À lire sur votre édition internationale