Lundi 25 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Vivre à Dakar – Jeanne, installée depuis 2 ans à Dakar

Par Lepetitjournal Dakar | Publié le 22/11/2018 à 06:24 | Mis à jour le 23/11/2018 à 10:50
jeanne expatriee dakar senegal témoignage

Rencontre avec Jeanne, installée depuis 2 ans à Dakar et qui travaille au sein des Eléments Français au Sénégal (EFS).

Quand et pour quelle raison es-tu venue au Sénégal, la première fois ?

Je suis venue pour la première fois au Sénégal en 2011 voir une amie pendant deux semaines. Cela m’a énormément plu. J’ai alors décidé de demander ma mutation au Sénégal. A cette époque, je travaillais pour le ministère des armées à Toulon en tant que personnel civil. Cela a pris un peu de temps car il n’y avait pas de poste pour moi. Mais fin 2016, un poste s’est libéré à Dakar et je l’ai eu ! 

Comment s’est passée ton arrivée ?

Les débuts ont été difficiles. Je pense que j’avais un peu idéalisé/fantasmé le Sénégal suite à ce voyage en 2011. Dès que je sortais, j’avais vraiment l’impression d’être prise pour une toubab. Et puis petit à petit, j’ai décidé de prendre sur moi pour partir à la découverte de Dakar et de ses habitants. Et là, tout s’est très bien passé. Les Sénégalais ont une bonne mémoire visuelle et, à force de me voir, ils ont compris que cela ne servait à rien de me bousculer. Par ailleurs, j’ai commencé à porter des vêtements en wax pour leur montrer que je n’étais pas seulement une touriste et que je souhaitais m’intégrer. Je marchais beaucoup à pied dans Ouakam, sur la corniche… Ainsi progressivement, j’ai réussi à dépasser mes appréhensions et à découvrir tous les quartiers de Dakar. Je me déplace régulièrement en bus ou en car boubou. Ma présence provoque des conversations ! Passionnée d’art et d’artisanat, je suis allée dans les galeries (je recommande notamment la galerie d’Ambre) et dans les petites boutiques à la rencontre des artisans. Et je me régale ! J’ai commencé à connaître plein de Sénégalais avec qui j’ai un très bon contact. Ils ressentent que j’aime ce qu’ils font et que je m’intéresse vraiment à leur travail. Je discute avec eux : « comment fais-tu cela ? », « qui t’a transmis ton art ? ».

Qu'aimes-tu particulièrement au Sénégal ?

Les échanges que j’ai avec les Sénégalais. Par exemple, j’ai sympathisé avec deux jeunes maîtres de chœur sénégalais. Je suis admirative de leurs parcours, ils se sont construits tout seuls. Ils n’ont pas bénéficié comme les jeunes Français d’autant de soutien affectif et financier de la part de leur famille mais ils veulent apprendre, se réaliser par leur travail, progresser. Nous avons une chorale sur la base des EFS, mélange de Français et de Sénégalais, cela crée des rencontres très riches. Mutuellement, on s’apprend beaucoup, à travers des repas partagés, des découvertes réciproques sur notre culture, notre cuisine, etc.

Que trouves-tu plus compliqué à Dakar ?

La saleté, le manque d’hygiène parfois. Et le fait aussi que nous n’avons pas le même rythme, le même rapport au temps. Il faut s’adapter, l’accepter.

Quel est ton endroit préféré à Dakar ?

Soumbédioune et La Médina. Ce sont des endroits très représentatifs de Dakar, je trouve. J’aime bien le marché de la Médina où l’on peut trouver à la fois du poisson, des légumes et des tissus. J’y ai rencontré beaucoup d’artisans de qualité : couturier, maroquinier, sous-verrier, ébéniste…

Ton quartier préféré ?

Ouakam ! J’aime bien les maisons, les petites rues, le marché. Et c’est nettoyé ! J’aime bien arpenter ce quartier à pied, c’est très mélangé, on y trouve un peu de tout.

Ta région du Sénégal préférée ?

Le Siné Saloum. Je garde un très bon souvenir d’un séjour où avec quelques amis, nous avons dormi sous la tente. Nous étions accompagnés d’un piroguier et d’un guide sénégalais. On allait de village en village, d’île en île. Dans cette région, on est proche de la nature.

Et pour un long week-end ?

J’aime bien l’hôtel Océan et Savane près de Saint Louis.

Quels conseils donnerais-tu à des personnes nouvellement arrivées au Sénégal ?

Prendre un car boubou pour faire le tour de Dakar, marcher, aller à la rencontre des gens. Enrichissez-vous du contact avec les Sénégalais ! Ne surtout pas rater la Biennale de Dakar, cela vaut vraiment le coup ainsi que Regards sur cours sur l’île de Gorée. Aller voir également un combat de lutte. C’est quelque chose de spectaculaire avec les grigris, les marabouts, l’ambiance !

logofbdakar

Lepetitjournal Dakar

L'édition de Dakar de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ENVIRONNEMENT

Ciprovis : la start-up dakaroise qui recycle les déchets

C’est en 2014 qu’Abdoul Mbakhy Mbacke lance sa start-up de tri des déchets sur Dakar. Aujourd’hui, l’entreprise est florissante, et sensibilise de plus en plus de dakarois aux défis environnementaux.

Expat Mag

Athènes Appercu
LITTERATURE

Raphaël Jérusalmy sauve Mozart

De passage à Athènes, Raphaël Jérusalmy a présenté son roman Sauver Mozart. L'occasion pour le Petit Journal d'écouter cet ancien agent des services secrets israéliens, aujourd'hui libraire à Tel-Aviv

Sur le même sujet