Mercredi 14 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FRANCO FIERTÉ – « Ce n’est pas seulement des spectacles, c’est célébrer les combats gagnés par la communauté LGBT »

Par Lepetitjournal Toronto | Publié le 08/06/2016 à 21:37 | Mis à jour le 17/06/2016 à 07:05

 

FrancoQueer est le seul organisme francophone en Ontario pour les personnes LGBTQIA (lesbiennes, gaies, bisexuelles, berdaches ou bispirituelles, transsexuelles, transgenres, en questionnement, queer, intersexuelles, asexuelles, amies et alliées). Cette année, il fête ses dix ans à travers dix évènements au mois de juin : spectacles, films, visite, parade? Magali Labé, coordinatrice de cette édition 2016, explique les motivations du festival Franco Fierté.

Lepetitjournal.com : Pourquoi avoir créé un évènement francophone alors qu'il existe une Pride à Toronto ?

Magali Labé : Il était important de créer le festival pour offrir un espace positif de diversité où les francophones pourraient célébrer leur communauté en français. Le Canada est un pays bilingue, en dehors du Québec, il est important de promouvoir la langue française et de leur permettre de se retrouver. On tenait à l'appeler Franco Fierté pour ne pas être confondu avec la Pride Toronto. Aujourd'hui, le mot fierté est entré dans les m?urs, tout le monde sait ce que c'est.

Justement, quelles différences avec l'évènement anglophone ?

Il n'y a pas vraiment de différences. On est amis, on est alliés avec la Pride Toronto, c'est pour ça qu'on fait nos évènements au mois de juin, en même temps qu'eux. On a notamment une collaboration le 3 juillet 2016 pour le défilé. La seule particularité est qu'on fait des choses en français pour les francophones et les anglophones francophiles.

Organisez-vous d'autres évènements dans l'année ?

Tous les premiers jeudis de chaque mois, on organise les apéros arc-en-ciel au Boutique Bar (506 Church St). On a un autre projet qui s'appelle le Carrefour des immigrants FrancoQueer qui aide à l'intégration et à l'arrivée des nouveaux immigrants de la communauté LGBT. On a un nouveau comité depuis la démission de Jean Rock Boutin en décembre 2016 et l'arrivée du nouveau président Arnaud Baudry : on essaye de redonner un petit coup de jeune à FrancoQueer ! C'est pour ça qu'on a essayé d'être assez variés dans nos évènements pour accueillir toutes les générations et pour être ouvert à tout le monde.

Le Canada fait partie des leaders en ce qui concerne les acceptations sociales et égalité juridique de la communauté LGBT?

Ces dernières années, il y a eu pas mal de changements. Le système a pas mal évolué pour la communauté LGBT. Maintenant, il y a aussi eu le souci des toilettes aux États-Unis pour les trans? Chaque année, il y a quelque chose de nouveau. C'est bien qu'on continue de se montrer parce que la Franco Fierté, ce n'est pas seulement des spectacles et la fête, c'est célébrer un peu les combats gagnés par la communauté. C'est aussi pour montrer que la communauté est là, elle a encore besoin de vous. Outre le côté paillettes et plumes qu'on a l'habitude de voir, il y a une vraie réalité derrière. On a rencontré certains immigrants francophones et leurs histoires sont souvent assez catastrophiques. On se demande comment ça peut encore arriver en 2016? Notamment en Afrique, certains sont vus comme possédés par le diable, ils sont rejetés par leurs familles, leurs amis, ils se cachent. Ils arrivent ici et peuvent vivre leur orientation sexuelle librement, outre le choc culturel, c'est un choc de tous les jours. En tant qu'Européens, Occidentaux, on ne s'en rend pas compte.

Comment faire pour que les mentalités continuent d'évoluer ?

Être visible sur la scène culturelle et sociale de la ville où on est, de la société en générale et de démystifier l'homosexualité. Même si les mentalités ont changé, il y a quand même une partie de la population qui considère toujours que c'est une maladie, une tare. Ce sont des choses qu'on essaye de combattre au quotidien. Je pense qu'on rêve tous de se réveiller un jour et de se dire : "On n'a rien à faire pour la communauté, tout va bien, il n'y a plus de combat !" Ce n'est pas demain la veille... mais ça avance petit à petit.

Kim Chaze (www.lepetitjournal.com/toronto) mercredi 8 juin 2016

 

Franco Fierté

9 juin 2016 à 18h30 : apéro de lancement au Boutique Bar, 506 Church St.

12 juin 2016, à 20h : soirée cabaret "Péché Mignon" par le théâtre Novo à The Revival, 783 College St. Entrée entre 20$ et 40$.

16 juin 2016, à 21h : ciné fierté Homogène au Carlton Cinema, 20 Carlton St. Entrée 10$.

19 juin 2016, à 14h : visite historique du village gai au centre de Toronto (départ de la station de métro Wellesley).

23 juin 2016 : conférence et projection "L'identité du genre et moi", suivi d'un buffet. À 15h, conférence de Françoise Susset. À 16h30, projection du documentaire Je suis trans en partenariat avec La Maison au Collège Boréal, 1 Younge St.

24 juin 2016, à 20h : théâtre forum "Migration : d'une rive à une autre en quête d'identité" par Ekin Agency, suivi d'un buffet, au Spadina Theatre, 24 Spadina Rd.

28 juin 2016, à 20h30 : veillée aux chandelles pour rendre hommage aux victimes du SIDA au 519, 519 Church St.

29 juin, à 15h : forum de discussion "Ensemble contre l'homophobie" à Oasis Centre des femmes.

30 juin 2016, à 21h : ciné fierté Les Rencontres d'après minuit (+18 ans) au Carlton Cinema, 20 Carlton St. Entrée 10$.

3 juillet 2016, à partir de 12h : présence dans la foire (street fair) du Village. À 14h, défilé de la fierté (pride parade). De 14h à 17h, "French rendez-vous", concerts et performances, scène TD Village Stage à l'angle Church / Wellesley St.

Site Internet.

Page Facebook.

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Jean-Christophe Lamy, pilote de sa vie

Malgré sa myopie, Jean-Christophe Lamy n’a jamais renoncé à son rêve d’enfant : devenir pilote de ligne. Épris de liberté, il a de son propre aveu eu un parcours atypique, franchissant un à un tous...

Sur le même sujet