Mardi 23 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'Indonésie s'apprête à libérer une trafiquante australienne

Par AFP | Publié le 27/11/2018 à 03:31 | Mis à jour le 27/11/2018 à 03:35
L'Indonésie s'apprête à libérer une trafiquante australienne

La première membre du gang de trafiquants d'héroïne dit des "Neuf de Bali" à être libérée doit sortir de prison mercredi 21 novembre après 13 années derrière les barreaux, une affaire à l'origine d'une crise diplomatique entre l'Indonésie et l'Australie.

Renae Lawrence, une Australienne de 41 ans, la seule femme de la bande, avait été arrêtée en 2005 au moment où elle tentait de prendre l'avion à l'aéroport international de Bali,destination touristique privilégiée de l'Indonésie. Elle avait 2,6 kilogrammes d'héroïne dissimulés sur sa personne. Elle avait été condamnée initialement à la perpétuité mais sa peine avait été ramenée à 20 ans de réclusion pour cause de bonne conduite. On ignorait l'heure exacte de sa libération. "Renae Lawrence est en bonne santé. Elle a l'air heureuse mais également un peu nerveuse", a déclaré à l'AFP le directeur de la prison de Bangli, Made Suwendra. Il est vraisemblable qu'elle sera expulsée après sa sortie. La police de l'Etat australien de Nouvelle-Galles du Sud a déclaré qu'elle faisait l'objet de deux mandats d'arrêt dans son pays. D'après les médias australiens, elle est recherchée pour une course poursuite à bord d'un véhicule volé.

Les meneurs australiens des Neuf, Andrew Chan et Myuran Sukumaran, avaient été exécutés en 2015, malgré de vives critiques de l'Australie et de multiples appels à la clémence. Le Français Serge Atlaoui, condamné en 2007 à la peine capitale pour trafic de stupéfiants, devait être exécuté en même temps qu'eux mais avait bénéficié d'un sursis. En juin dernier, un autre membre des neuf, Tan Duc Thanh Nguyen, est mort en prison d'un cancer de l'estomac. Les cinq membres restants purgent des peines de réclusion à perpétuité.

La législation antidrogue de l'Indonésie est l'une des plus dures du monde.

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

"Pires que la prison": les centres pour mineurs philippins sont le théâtre d'abus

Le crime de Jerry, un Philippin de 11 ans? Avoir violé les lois sur le couvre-feu des mineurs après avoir fui la violence à la maison. Son châtiment? Un séjour en centre de détention pour la ...