Lundi 22 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RENCONTRE - Jean Baptiste Milcamps, nouveau directeur de l'Alliance française

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 04/09/2013 à 20:00 | Mis à jour le 04/09/2013 à 23:33

Jean Baptiste Milcamps est le nouveau directeur de l'Alliance Française de Sydney. Fraichement arrivé de Vannes, il a pris ses nouvelles fonctions il y a quelques semaines. Rencontre avec le petitjournal.com

Lepetitjournal.com/sydney - Bienvenue en Australie ! Comment vous êtes-vous retrouvé à Sydney et directeur de l'Alliance Française ?

Jean-Baptiste Milcamps - C'est un projet familial. Nous étions venus à Sydney il y a 13 ans à l'époque des JO avec mon épouse et notre première fille qui avait quelques mois. J'y ai effectué un stage de fin d'étude pendant 7 mois pour Australian Water Services. J'avais alors découvert l'Alliance Française de Sydney dans ses anciens bâtiments. Ce fut mon seul contact avec les Alliances Françaises de l'étranger puisqu'ensuite ma carrière s'est principalement déroulée en France. C'était un vieux désir familial donc de revenir en Australie. Même si je ne suis resté ici que 7 mois, cela a été suffisant pour tomber amoureux du pays et vouloir revenir. Et puis il y a des choses que l'on n'explique pas? j'ai toujours été attiré depuis tout petit par ce pays. C'est comme une relation sentimentale?un rêve de gosse et le bonheur de vivre cela en famille avec mes 4 enfants.

LPJ - Comment cela s'est fait ce poste à l'Alliance ?

JBM - J'ai vu qu'il y avait un poste à Sydney via le site de recrutement du Ministère des Affaires Etrangères et j'ai déposé ma candidature. On sent les signes et on y va..celui-là était pour moi. Je n'avais que 6 jours pour postuler et j'étais absolument certain qu'il y avait beaucoup de monde dessus mais j'ai tenté. Cela n'a pas été facile, j'y ai mis toute mon énergie. Il fallait vraiment montrer que l'on était très motivé. Et voilà !

Très content d'être là donc...

Ah oui ! J'ai une petite formation à Paris pour me sensibiliser au monde des Alliances mais je dois maintenant m'imprégner.

Vous arrivez avec un oeil neuf ?

Oui et je pense que c'est bien. On s'adapte toujours mieux quand on arrive avec un regard neuf sur les choses. Lorsqu'on a longtemps bourlingué, on a tendance à vouloir reproduire ce que l'on a fait ailleurs et je pense que c'est une erreur. Une Alliance en Australie, ce n'est pas la même chose qu'une Alliance en Asie ou en Afrique. Parfois cela peut être un atout d'être nouveau.

Quelles sont vos premières impressions ?

Très bonnes. J'ai rencontré tous les membres du Comité de Gestion. Je trouve que ce principe même des Alliances avec une association locale, un Comité local c'est vraiment bien. Ces personnes donnent de leur temps, de leur motivation, de leur réseau pour que cela fonctionne. C'est l'esprit d'une Alliance. Pour résumer j'utiliserai volontiers l'image du mariage pendant lequel, en signe d'amour et de fidélité, on s'échange des alliances. On est tous amoureux du pays dans lequel on est tout en restant  fidèle à notre culture.  Et le fruit de tout cela, ce sont de belles rencontres et le plaisir de parler la même langue. Echanges, rencontres, amour et fidélité ce serait les quatre mots qui selon moi définiraient une Alliance. Alors bien sur comme dans toute histoire d'amour, il y a des passions, des moments difficiles mais c'est bon signe. Je suis donc très heureux d'être là. Il y a beaucoup d'enthousiasme dans l'équipe qui comprend maintenant une dizaine de permanents et une équipe de 25 professeurs.

Quels sont vos projets ?

J'aimerais bien essayer de développer un événement musical majeur, faire découvrir des talents?J'aimerais aussi me tourner vers les entreprises de la city, monter des programmes pour eux, cela se fait déjà mais je voudrais développer cela. Ce qui m'intéresserait serait aussi d'apprendre le français en faisant du théâtre, une sorte de team building?Et puis il faut capter davantage les gens d'ailleurs, nous avons déjà notre antenne de Chatswood depuis l'année dernière. Il y a également le lycée Français avec lequel je pense qu'il faudrait remonter quelque chose? cela peut être bénéfique pour les gens que cela rebutent de venir jusqu'ici..Il faut aller vers les gens!

Que faut-il améliorer ?

Le bâtiment n'est pas assez visible de l'extérieur, c'est dommage. Le nouveau regard est surpris, il n'y a même pas un drapeau bleu blanc rouge?

Cela fait beaucoup de projets?combien de temps allez-vous rester ?

Je suis là pour deux ans renouvelables mais faire un tel bouleversement familiale  pour seulement deux ans ce serait dommage, je compte bien rester 4 ans !

Votre message à nos lecteurs

L'Alliance est là pour tout le monde, il ne faut surtout pas croire qu'elle est réservée aux non-francophones. Ce serait dommage car il faut que l'âme soit française et donc il faut des français. J'invite tous les français à devenir membres, ce n'est pas très cher et les choses bon marché sont rares à Sydney ! $100 par an pour une famille, vous avez droit à louer tous les films et emprunter tous les livres que vous voulez, c'est vraiment peu cher. Sans compter l'accès à des événements exceptionnels car c'est le privilège d'être à l'étranger, se retrouver dans une petite salle avec des personnalités, des écrivains de renom que l'on me pourrait même pas approcher en France.

Venez voir, il y a de la place pour tout le monde et la rencontre est riche quand il y a les deux cultures !

Propos recueillis par Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney), jeudi 5 septembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

lepetitjournal.com sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney: Abonnez-vous gratuitement à la newsletter quotidienne
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet