TEST: 2290

L’école française « Et Voilà » de Danièle Caraty est à vendre

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 27/09/2018 à 00:00 | Mis à jour le 28/09/2018 à 09:06
Dans le cadre de la vente de l’école française « Et Voilà », située à Bondi, nous sommes allées à la rencontre de Danièle Caraty, propriétaire de l’école.

Dans le cadre de la vente de l’école française « Et Voilà », située à Bondi, nous sommes allées à la rencontre de Danièle Caraty, propriétaire de l’école. 

Danièle Caraty nous accueille dans la pièce principale dédiée à l’apprentissage des élèves. Des livres, des jeux et des posters ornent les étagères et les murs de la pièce. Tout son matériel pédagogique pour les étudiants de tous âges et pour tous les besoins, a été ramené lors de ses nombreux voyages en France, pendant 44 ans. 

Nous nous installons au bureau du professeur et commençons l’interview afin d’en découvrir davantage sur l’histoire de l’école et sa mise en vente.

  • L’histoire de « Et Voilà French School » 

Danièle Caraty est arrivée fin janvier 1974 en Australie, initialement pour y passer des vacances et découvrir le pays. Elle ne rentrera finalement pas en France. A l’époque, s’installer en Australie durablement était plus facile qu’aujourd’hui.

Elle fait des études pour obtenir son diplôme d’éducation (Dip Ed.). Puis elle enseigne en tant que professeur de français dans des écoles publiques et privées, comme par exemple au Vaucluse High School à Rosebay (aujourd’hui Rose Bay Secondary College). Après l’école, elle donne des cours particulier de français directement chez les gens. C’est ainsi qu’elle se rend compte du potentiel de ce marché. Elle nous confie alors « j’adore enseigner, j’adore les enfants mais je déteste la hiérarchie ». 

L’ouverture officielle de son école se fait alors en 2000 mais déjà en 1995 le nom « Et Voilà » avait été choisi. Totalement autonome et indépendante, Danièle Caraty reçoit ses élèves chez elle et leur donne des cours personnalisés, en one-to-one ou très petit comité (2 à 3 élèves). Le profil de ses élèves va des tout-petits (moins de 5 ans) à qui elle enseigne après 08h30 du matin, les élèves scolarisés avant l’école à partir de 07h15 et après l’école (à partir de 15h15) ainsi qu’aux adultes dans la journée, du lundi au vendredi.

Elle avait alors le monopole du marché, ses clients venaient même de Cronulla pour assister à ses cours ! Le bouche à oreille a extrêmement bien marché pour son business. Si bien, qu’elle ne fait plus de publicité depuis 10 ans. 

Pourquoi s’établir à Bondi ? Elle nous répond naturellement « car c’est ici qu’est concentré une majorité de francophones et francophiles ». Ce qui est toujours le cas aujourd’hui. 

  • A propos de la vente 

Son business l’a toujours suivi où elle habitait, avec une salle ou 2 à disposition, mais ne peut la suivre pour son retour en France. Aujourd’hui Danièle Caraty souhaite passer la main et transmettre cette  école. La vente comprend une liste de tous les étudiants actuels (et passés) ainsi que le matériel éducatif.

C'est une entreprise idéale pour une personne francophone avec une certaine expérience de tutorat et un grand amour pour l’enseignement, et souhaitant s'investir dans un marché porteur. 

Si vous pensez que cette opportunité est faite pour vous, vous pouvez contacter Danièle Caraty par mail dcaraty@hotmail.com ou sur la page Facebook  « Et Voilà, French School in Bondi ».

Sur le même sujet
Le Petit Journal Sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney : Abonnez-vous gratuitement à la newsletter et suivez nous sur Facebook.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Sydney !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Sydney.

À lire sur votre édition locale