TEST: 2290

Le vent souffle sur Sydney…

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 22/11/2018 à 23:55 | Mis à jour le 23/11/2018 à 00:17
windy

La tempête de poussière qui se préparait dans l'extrême ouest de l'État a atteint Canberra au milieu de matinée jeudi 22 novembre et a culminé à Sydney vers 11 heures, selon le météorologue principal du Bureau de Météorologie, Simon Louis.

La qualité de l’air a atteint des niveaux dangereux à Sydney et dans d’autres parties de l’État, ce qui a incité les autorités sanitaires à avertir les habitants de prendre des précautions à l’extérieur et d’éviter les exercices ardus.

Le Dr Richard Broome, directeur de la santé environnementale à NSW Health, a répété jeudi après-midi que les gens devraient continuer à faire preuve de prudence pour le reste de la journée. "La qualité de l'air à Sydney est actuellement classée comme dangereuse", a-t-il déclaré. "C’est potentiellement malsain pour tout le monde, mais particulièrement pour les personnes ayant des problèmes cardiaques et pulmonaires."

Bien que la poussière semble s’être quelque peu apaisé "la qualité de l'air est toujours médiocre à Sydney, il est donc important que les gens restent prudents le reste de la journée", a déclaré le Dr Broome.
Les niveaux de particules ont été environ 2,5 fois supérieurs à la norme nationale, selon un porte-parole du Bureau de l'environnement et du patrimoine.
La pollution par particules la plus grave dans l’État a été enregistrée à Singleton, avec 128 microgrammes par mètre cube, alors qu’à Sydney, le pic avait atteint 102 microgrammes par mètre cube à Parramatta.

Les aéroports touchés par les vents violents

Les vents violents ont également affecté les vols au départ de l'aéroport de Sydney, qui a été réduit à une seule piste avec des retards et annulations aux terminaux internationaux et nationaux. Virgin et Qantas ont respectivement annulé 18 et 19 vols, tandis que JetStar et Tiger en ont annulé 6 chacune.

Davantage de poussière annoncée pour les prochains jours

Le nuage de poussière qui a traversé la ville jeudi matin devrait continuer à se déplacer vers le nord-est de l'État, diminuant d'intensité au fur et à mesure, mais le bureau de la météorologie prévoit maintenant davantage de poussière.

Des vents violents soulèvent actuellement davantage de poussière dans l'ouest de la Nouvelle-Galles du Sud, ce qui devrait entraîner une deuxième "impulsion de visibilité réduite et de poussière" sur la côte d'ici jeudi soir, a déclaré M. Louis.
Bien qu'il soit difficile de prédire le moment exact de son arrivée, il a déclaré que la deuxième vague de poussière ressemblerait à venir plus tard jeudi soir et aux premières heures de vendredi matin.

"Cela commence en quelque sorte dans l'ouest, donc les habitants de Riverina verront la situation se détériorer", a-t-il déclaré.
"Nous commençons à voir cela sur l'image satellite pour le moment, et nous nous attendons à ce que cela puisse se déplacer dans l'est de l'État ce soir et dans la nuit."

Une tempête d’une moindre intensité comparée à celle de 2009

Peu de personnes ont pu oublier l’intense concentration de poussière qui recouvrait la ville de Sydney d’un épais brouillard orange en septembre 2009. Alors que la tempête de poussière actuelle a été intense dans certaines parties de l'État, à Sydney, elle n'a pas frôlé l'intensité de la tempête qui a frappé la ville il y a neuf ans.

Cela tient en grande partie au fait que la sécheresse actuelle, bien que sévère, n'a pas détruit autant de végétation dans le centre de la Nouvelle-Galles du Sud que la prétendue « sécheresse du millénaire » qui a asséché le sud-est de l'Australie au cours de la décennie qui a précédé la tempête de poussière.

La tempête de poussière de 2009 "a été un événement exceptionnel avec des niveaux bien supérieurs à ceux de tout autre événement que nous ayons jamais vu", a déclaré le porte-parole de l'OEH, Matt Riley.

Les niveaux de pollution par les particules étaient 20 à 30 fois supérieurs à la norme nationale au cours de cet événement - atteignant 15 400 microgrammes par mètre cube d’air ; alors que les niveaux observés aujourd'hui étaient plus proches de 2,5 fois la norme nationale.
C'est plus proche du type de niveaux observé lors des feux de brousse, mais il y a une différence importante, a déclaré M. Riley. Les particules provenant des feux de brousse sont plus petites et ont donc des conséquences encore plus graves pour la santé.

Source : Sydney Morning Herald
 

Le Petit Journal Sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney : Abonnez-vous gratuitement à la newsletter et suivez nous sur Facebook.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Sydney !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Sydney.

À lire sur votre édition locale