Lundi 26 février 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MY MAJOR COMPANY - "Fier d’avoir fait reconnaître le talent de tant d’artistes"

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 22/01/2013 à 00:00 | Mis à jour le 28/01/2013 à 07:30

My Major Company est le site de financement participatif qui rencontre le plus de succès en Europe. Le major a co-produit, avec l'aide d'une communauté de 300.000 Internautes contributeurs, des artistes comme Grégoire, Irma et Joyce Jonathan. Le directeur général de société, Stéphane Bittoun, dresse un bilan des cinq premières années d'existence de My Major Company qui ouvre désormais ses portes à tous les projets dans tous les domaines.

Passé par NextradioTV (RMC, BFM) et Endemol, Stéphane Bittoun est directeur général de My Major Company depuis 3 ans. Le major compte une communauté de près de 300.000 membres, a produit plus d'une cinquantaine d'artistes et a réussi à lever 13,2 millions d'euros depuis sa création.

LePetitJournal.com : 5 ans après le lancement de My Major Company, quel bilan global faites-vous ?
Stéphane Bittoun : My Major Company, a produit en cinq ans 56 artistes, parmi lesquels de très belles réussites. Grégoire avec 1 million d'albums vendus pour son premier opus, a été le plus gros vendeur de disques en 2009. Irma est disque de platine avec plus de 150.000 albums vendus, Joyce Jonathan est double disque de platine avec 200.000 albums vendus, et Baptiste Giabiconi est disque d'or. Le dernier succès en date, est l'album Génération Goldman, disque de diamant produit par le label My Major Company. En cinq ans, My Major Company confirme sa place de leader du financement participatif avec plus de 13 millions d'euros levés, et un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en 2012. Il y a six mois, MMC ouvrait ses portes à tous porteurs de projets, pour tous les domaines, s'appuyant sur le système vertueux du financement participatif.

Y a-t-il certains artistes ou certaines ?uvres produits dont vous êtes plus particulièrement fiers ?
Nous sommes fiers d'avoir produit autant d'artistes et d'avoir fait reconnaître leur talent. Nous sommes fiers de tous, et de tous nos projets de crowdfunding (ndlr : le financement participatif).

Quels sont les projets actuellement en cours de financement auxquels vous croyez beaucoup ?
Puisque vous me demandez de citer quelques projets actuellement en ligne alors permettez moi de parler de Paulette (titre de presse qui veut envahir les kiosques), ou encore la co-production de la Carte Blanche à François Morel au théâtre de la Pépinière et le projet de financement de la scolarité de 4 élèves dans la nouvelle école de boulangerie de Thierry Marx.

Êtes-vous satisfait de la diversification du Major entamée en 2007 ?
L'histoire de My Major Company commence en 2007 pour répondre à la crise du disque, et permettre à de jeunes artistes d'être produits par le public. En 2010, MMC étend son modèle au livre, puis à la bande dessinée ainsi qu'au cinéma en 2011. Fort de ces expériences, de ses succès et de son statut de pionnier dans le financement participatif, MMC a décidé d'ouvrir son site à tous les porteurs de projets ! Qu'il s'agisse de musique, de BD, de livre mais aussi de technologie, de jeux vidéo, de patrimoine, de photographie, de cinéma etc ..., n'importe quel créateur peut s'appuyer sur la puissance de la communauté et du modèle MMC pour trouver le financement et la notoriété qu'il mérite.

Pouvez-vous nous expliquer comment se partagent les rôles entre vous et les maisons d'édition de livres ou BD avec qui vous êtes partenaires comme Dupuis et Dargaud par exemple ?
Pour faire simple et répondre de manière schématique, chacun son métier, aux éditeurs professionnels incombe la responsabilité de sourcer, éditer, produire les bons projets, et nous de notre coté apportons l'outil de financement participatif, et notre expertise marketing nécessaire à son bon fonctionnement.  

Quel rôle joue Stéphane Courbit (ex-président d'Endemol) dont la holding fait partie du capital de MMC ?
Stéphane Courbit a très vite cru en MMC, une entreprise à fort potentiel, et quelques mois après notre création, il est devenu actionnaire dans le capital à hauteur de 50%. Il est présent pour nous accompagner dans toutes nos grandes décisions stratégiques.

Les activités de MMC à l'étranger sont-elles un succès ? Prévoyez vous de continuer cette internationalisation dans le futur ?
Notre actualité chaude c'est l'Espagne qui s'est très bien passée. Nous y sommes présents depuis un mois maintenant, et avons déjà financé nos trois premiers projets et levé plus de 100.000 euros. Nous sommes particulièrement fiers de cette implantation qui nous ouvre avec notre associé Prisa, plus grand groupe media en Espagne, toute la perspective dans l'Amérique Latine. En Allemagne, il y a quelques temps nous avons proposé au public local de co-financer un film pour lequel nous sommes parvenus à collecter 1 million d'euros en à peine cinq jours ce qui constitue à ma connaissance le record d'Europe dans notre domaine : le crowdfunding. Nous visons pour les trimestres à venir le développement sur des marchés émergents tels que le monde arabe, la Turquie ou encore la Pologne.

Quelle est la mise moyenne des Internautes et certains d'entre eux sont-ils déjà devenus riches grâce à MMC ?
L'Internaute MMC est avant tout une personne désireuse d'apporter sa collaboration à un projet et de participer à sa réalisation, à hauteur de ses moyens. Nombreux à être satisfaits, ces e-acheteurs constituent ainsi la deuxième richesse de My Major Company : une audience qualitative, attentive et fidèle qui passe en effet, 11 minutes en moyenne par session sur le site et visite environ 10 pages à chaque visite. Selon une enquête interne, 77% des ces contributeurs ne misent que sur un projet, on en jugera donc qu'il s'agit de leur "coup de c?ur". La communauté est composée de près de 300.000 membres, au panier moyen de 50 euros et 4,5 millions de pages vues par mois.

Comment avez-vous réagi à l'exclusion de Baptiste Giabiconi, l'un de vos artistes, des classements des ventes (ndlr : l'artiste a été exclu car de nombreuses ventes de son album Oxygen venait du site vente-privees.com où il était vendu, grâce à un partenariat, à un prix bas) ?
Nous regardons tout cela d'assez loin. Il s'agit de combat d'arrière garde sur lesquels nous nous sommes peu exprimés et dont nous ne souhaitons plus parler.

Comment voyez-vous MMC dans 5 ans ?
Bien malin celui ou celle qui pourra prédire ce à quoi ressemblera Internet dans 5 ans, plus que ma vision c'est donc mon voeu dont je voudrais vous faire part. Notre pari c'est que le financement participatif continue de prendre une part de plus en plus importante dans les habitudes de consommation des Français et à l'instar de ce qui se passe Outre-Atlantique une part significative du financement de la création en Europe soit directement apportée à travers notre système par le grand public.
Propos recueillis par Yann Fernandez (www.lepetitjournal.com) mardi 22 janvier 2013

0 CommentairesRéagir

Société

Luxembourg Appercu

Luxembourgeois : langue « vulnérable » en plein essor 

Parlé par environ 400.000 personnes dans monde selon l’UNESCO et considéré comme « vulnérable », le lëtzebuergesch, langue nationale du Luxembourg, est pourtant en forte progression. 

Ma Vie d'Expat

BLEU BLANC BOX

5 raisons pour lesquelles la Bleu Blanc Box sauve votre expatriation

Plus qu’une simple boîte surprise, Bleu Blanc Box apporte la touche de réconfort qu’on ne trouve nulle part ailleurs, et devient le kit de survie indispensable de tout expat.

Voyage

Buenos Aires Appercu
VIE ÉTUDIANTE

Vous partez étudier à l'étranger ? Pauline vous donne ses bons plans

Pauline est une inconditionnelle du voyage. Ses expérience l’ont amenée à écrire un guide humoristique, rempli de bons plans et de conseils pour les étudiants français à l'étranger