Samedi 17 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HANDICAP - De la dissemblance à la ressemblance

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 20/05/2005 à 00:00 | Mis à jour le 09/01/2018 à 12:00
Pour la première fois, des États généraux du handicap se tiennent aujourd’hui à la maison de l’UNESCO à Paris. La société française doit enfin regarder sans crainte la question du handicap

Il faut désinsulariser le handicap. (Photo : AFP)

Replacer le handicap dans l’ordinaire de la vie humaine, et faire baisser les angoisses suscitées chez les valides par les personnes handicapées : tels sont les objectifs des États généraux du handicap qui se tiennent aujourd’hui à Paris.
Le Conseil national Handicap, sensibiliser, informer, former (Cnhsif) organise à la maison de l’UNESCO des forums thématiques. Suite à un appel à idées lancé via la presse régionale, des projets novateurs seront discutés et les conclusions devraient être publiés dans un Livre blanc du handicap à la rentrée 2005. Dans l’après-midi, en présence de Jean-Louis Borloo (ministre de l’Emploi) et Anne-Marie Montchamp (secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées), Patrick Poivre d’Arvor animera une séance plénière pour faire le point sur les modalités d’un engagement concret.
Tous vulnérables
Alors que Jacques Chirac a érigé le handicap en chantier prioritaire et que la loi du 11 février 2005 pour l'autonomie et la citoyenneté des personnes handicapées est une indéniable avancée en matière d’égalité des chances, les personnes moins valides souffrent toujours du regard des valides. Or, c’est bien souvent à cause de la peur du handicap, qui véhicule des images de mort psychique ou physique, qu’on rejette les handicapés. Aussi, ces états généraux veulent changer la culture et les représentations du handicap afin de le « désinsulariser ».
Selon la psychanalyste Julia Kristeva, co-présidente du Cnhsif, la France hésite toujours à lancer un véritable débat pour intégrer le handicap au cœur de sa société. Comme elle l’explique à L’Humanité, prendre soin de l’image et de la vie ordinaire des citoyens handicapés concerne la nation toute entière, « si l’on considère que l’accueil de la vulnérabilité est une pierre fondamentale de l’édifice républicain ». Or, nous sommes tous vulnérables. Se détourner du handicap est une insulte profonde à l’intelligence.
Florence PENSONNI. (LPJ) 20 mai 2005

Voir aussi
http://www.etatsgenerauxhandicap.net/programme_etats_generaux.html
L'Humanité, Une exclusion pas comme les autres, par Julia Kristeva
Le Monde, Julia Kristeva, intellectuelle de proximité
Sur Nousvousils : Un portrait de Charles Gardou, co-président du Conseil National Handicap
0 Commentaire (s)Réagir

Voyage

Rome Appercu
HISTOIRE

Singeries et superstitions des rues romaines

Au détour de quelques rues du centre historique, au numéro 18 de la via dei Portoghesi, on peut voir s’ériger une tour aux allures médiévales : la Torre della Scimmia du Palazzo Scapucci.