Dimanche 19 août 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FEUILLETON – EPISODE 4, Antoine, ou le rêve singapourien

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 21/05/2017 à 11:14 | Mis à jour le 21/05/2017 à 23:02

Résumé de l'épisode précédent : Quand il revient à Singapour, Antoine constate que percer dans le football sera plus difficile que prévu. Il finit par s'entraîner avec l'équipe de Geylang International et pénètre avec émotion sur le gazon du Jalan Besar Stadium. Mais le rêve s'interrompt quand on lui dit qu'il n'y a pas de place pour lui dans le club. 

 

 

Episode 4 : Je me cramponne

(?) Difficile à avaler, j'ai l'impression que tout est joué d'avance, que j'ai beau faire des pieds et des mains aux entrainements, cela ne sert à rien.?Pas le temps de gamberger, le début de la saison arrive à grands pas, il faut trouver un club au plus vite.

Chaque équipe de S League possède son équipe réserve composée de joueurs de moins de 22 ans et qui évolue dans un championnat appelé « prime league ». Les équipes de prime league peuvent engager un étranger en plus des trois étrangers de l'équipe professionnelle.

Après un debrief avec Richard, nous concluons que j'aurais plus de chance en commençant en prime league. Même si jouer dans une équipe réserve ne garantit pas un revenu suffisant pour vivre à Singapour, c'est le tremplin vers une équipe de S League. Quitte à prendre un job à coté, je suis prêt à relever le défi.

La semaine suivante je commence donc l'entrainement avec la prime league de Home United, un des plus grands clubs à Singapour.

Le centre d'entraînement de Home United

Les infrastructures de ce club sont très professionnelles avec notamment une académie pour les jeunes joueurs et un des plus beaux stades du championnat.

Je m'intègre très rapidement à cette nouvelle équipe. Il suffit d'un coup d'oeil pour se rendre compte que le niveau en Prime League est loin de celui de la S League. Les joueurs sont jeunes et petits pour la plupart, pas encore développés physiquement. J'ai donc vraiment le sentiment d'avoir une carte à jouer dans cette équipe.

Un soir, à l'occasion d'un match d'entrainement, nous affrontons l?équipe de S League avec notre équipe de Prime League. Lors de cette rencontre a priori déséquilibrée, je marque trois buts et permet à mon équipe d'arracher un match nul. Je pense avoir marqué les esprits avec une telle prestation mais hormis les compliments de mes coéquipiers, je ne reçois aucun retour de la part des entraîneurs.

Finalement après deux semaines d'entrainements, voyant que la situation n'évolue pas, j'ai besoin de parler au coach. De savoir si oui ou non je peux signer dans ce club. Le coach me fait comprendre que la décision ne vient pas de lui mais le club a déjà prévu de recruter un autre étranger pour la prime league.

Cette réponse me déçoit et me frustre. Plus encore que lors de mon premier essai. J'ai l'impression d'avoir tout fait comme il faut, en vain. Je commence à me demander si le fait de ne pas avoir d'agent ne me fait pas défaut.

A suivre ...

 

Antoine Lemarié (www.lepetitjournal.com/singapour), le lundi 22 mai 

« Antoine, ou le rêve singapourien » est la chronique vraie d'un rêve singapourien en devenir. Ecrite à la première personne, elle décrit le parcours d'obstacles, les espoirs fous et les déceptions d'un jeune français, Antoine Lemarié, qui rêve de devenir un footballeur professionnel. Singapour sera-t-elle l'eldorado où Antoine réalisera ses ambitions sportives ? Lepetitjournal.com/singapour vous donne rendez-vous chaque lundi pour le découvrir. 

0 CommentairesRéagir
Sur le même sujet