Lundi 24 septembre 2018
République Dominicaine
République Dominicaine
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

JOSE GOMEZ – Interview du nouvel ambassadeur de France

Par Lepetitjournal République Dominicaine | Publié le 12/11/2015 à 23:00 | Mis à jour le 13/11/2015 à 07:40

 

José Gomez a pris ses fonctions en tant qu'ambassadeur de France en République Dominicaine en septembre dernier, succédant à Blandine Kreiss qui occupait cette fonction depuis 2011. Lepetitjournal.com l'a rencontré il y a quelques jours, lors de sa rencontre avec les Français de Las Terrenas. Un long entretien au cours duquel il évoque son parcours, ses ambitions, les relations franco-dominicaines, la présence économique française dans le pays…



Lepetitjournal.com de République Dominicaine : Quel a été votre parcours ? Connaissez-vous déjà cette zone géographique ?  
José Gomez : Après des études de philosophie, j'ai enseigné cette discipline durant une dizaine d'années en France et à l'étranger. Un an à Singapour, puis cinq ans au Liban. Attiré par les affaires étrangères, la découverte de nouveaux pays et la grande diversité du métier de diplomate,  j'ai ensuite rejoint le ministère des Affaires étrangères en 1991. Dès lors, je me suis largement consacré à l'Amérique latine, une zone pour laquelle j'ai un goût particulier, où je me sens bien, et où nous avons, je pense, encore pour beaucoup à faire pour renforcer les liens avec la France. J'ai été premier secrétaire à la Havane de 1993 à 1996, conseiller culturel et de coopération à Bogota de 1993 à 1996, puis premier conseiller de 2004-2007 à Caracas. De retour à Paris, au Quai d'Orsay, j'ai continué à travailler sur cette zone. J'ai été sous-directeur pour le Mexique, l'Amérique centrale et les Caraïbes, puis inspecteur des Affaires étrangères et enfin, directeur-adjoint des Amériques et des Caraïbes.


C'est donc votre premier poste d'ambassadeur. La République dominicaine était-elle un choix ?
Tout à fait, c'était un de mes souhaits. Je connais bien la région et je pense qu'il y a ici en République dominicaine une marge de progression assez forte. Le dialogue de haut niveau doit être relancé. Il était assez fort sous le président Leonel Fernandez, j'aimerais retrouver cette dynamique. C'est l'un de mes principaux objectifs, avec le développement des relations économiques et des échanges universitaires. Les Dominicains qui viendront étudier en France seront en effet nos meilleurs ambassadeurs dans le futur.


Les rebondissements de l'affaire Air Cocaïne ne risquent-ils pas, justement, de mettre à mal  les relations diplomatiques franco-dominicaines ?
L'affaire des pilotes aura occulté les autres sujets durant un certain temps, mais non, elle n'entachera pas les relations bilatérales. Je rappelle que leur fuite est une décision purement individuelle, dans laquelle les autorités françaises n'ont rien à voir, ni de près, ni de loin. Aujourd'hui, les deux pilotes sont en prison en France, c'est l'affaire de la justice. La coopération judiciaire et juridique est très intense entre les deux pays, elle se poursuit, toujours dans un climat de confiance. D'ailleurs,  le président Danilo Medina a accepté de se rendre à Paris le 30 novembre pour la COP21, un événement majeur pour la France et pour lequel l'ambassade s'est largement mobilisée.

Quel a été le rôle de l'ambassade pour la COP21 ?   
L'objectif de la Conférence sur le Climat qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre à Paris est de parvenir à un accord pour maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. La France, qui accueille et préside l'événement joue donc un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d'un consensus autour duquel devront s'engager 195 pays ! Pour cela, comme toutes les autres ambassades de France,  nous avons multiplié depuis plusieurs semaines les actions de sensibilisation auprès des acteurs privés, des jeunes, des ONG et des autorités concernées dans notre pays d'accueil. L'enjeu est majeur pour la République dominicaine car elle serait, selon les études, parmi les huit pays les plus touchés par les conséquences d'un trop important réchauffement climatique : violence des ouragans, grave sécheresse mettant en péril l'agriculture, multiplication des algues sargasses sur les côtes nuisant au tourisme… La présence du président Danilo Medina sera un acte fort.

Vous représentez la France en République dominicaine. Quelle est la présence française dans le pays ?
Les Français aiment la République dominicaine, ils sont 230.000 à y venir chaque année en tant que touristes. Cédant à ses charmes, plusieurs milliers s'y sont installés. Il y a environ 4.000 inscrits au consulat, et nous estimons qu'il y a quelque 3.000 non-inscrits, soit environ 7.000 ressortissants français. Le pays attire de plus en plus. Bien qu'accueillant, je conseillerais néanmoins aux futurs candidats de bien préparer leur projet en amont. Il ne faut pas s'imaginer qu'il n'y a pas de problème sous le soleil. Sécurité, emploi, scolarité, il faut bien se renseigner. Se mettre en règle au niveau de l'immigration également, ne pas oublier qu'il faut désormais obtenir un premier visa en France avant de pouvoir solliciter la Résidence une fois sur place. Aujourd'hui, le pays met en place une vraie politique migratoire, un étranger en situation illégale peut désormais être expulsé.

Et sur le plan économique ?
La France est présente à travers une trentaine de filiales de société françaises dans les secteurs de l'industrie (Air Liquide, Arcelor-Mittal), l'hôtellerie (Accor, Club Med), les transports (Air France, Air Caraïbes, Corsair, XL Airways, Air Antilles Express, CMA-CGM), la distribution (Carrefour, qui va encore développer sa présence), ou encore  la pharmacie (Sanofi Aventis, Pasteur). Elle participe également à des projets majeurs  à l'image de la construction du métro de Saint-Domingue dans laquelle Thales, Alstom et CIM-TSO sont fortement impliquées.
Ce premier métro des Caraïbes qui fait la fierté des Dominicains était un pari risqué, mais il fut relevé de manière magistrale par nos entreprises. Et c'est aussi une société française, Poma, qui vient de décrocher le contrat pour le prochain téléphérique urbain de Saint-Domingue ! Dans un autre domaine, citons le groupe Vinci, qui est investi dans un vaste programme national d'assainissement de l'eau. Un marché au potentiel immense au vu des besoins que connaît le pays en la matière. Tout comme le secteur des énergies renouvelables (solaires et éoliennes) qui offre lui aussi, à mon avis, de larges possibilités aux acteurs économiques français.
Enfin, il faut savoir que la République dominicaine et l'Union Européenne ont signé un accord de libre-échange, ce qui est aussi favorable aux échanges commerciaux bilatéraux (222 Millions EUROS en 2014). Mais il faut encore faire connaître ce marché dominicain potentiel en France. Je vais m'y attacher avec l'aide du service économique de l'Ambassade et de  la Chambre de commerce et d'Industrie Franco-Dominicaine. De manière générale, je voudrais développer  la présence des entreprises françaises. Il y a en République dominicaine une croissance très forte, une économie dynamique intéressante pour nos entrepreneurs.

Une présence française non négligeable. Pouvez-vous nous rappeler quel est le rôle de l'ambassade pour tous ces Français de République dominicaine ?
Il est très varié. La section consulaire s'occupe de délivrer des documents d'identité, de légaliser des actes, de tout ce qui relève de l'état civil : mariages, naissances, décès, divorce… Pour les élections, nous pouvons délivrer des procurations, comme pour les prochaines élections régionales de décembre. Mais les Français de l'étranger ne peuvent voter que pour les élections présidentielles, le référendum, les élections législatives (députés des Français de l'étranger) et l'élection des Français de l'étranger. Pour cela, il faut être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre. Si vous êtes inscrit au consulat ce devrait être le cas mais vous pouvez vérifier sur monconsulat.fr. Nous instruisons également les demandes de bourses, 137 élèves français en bénéficient actuellement. Nous avons aussi un rôle d'assistance et de conseil en cas de grande difficulté d'un ressortissant : contacter des proches, faciliter un rapatriement en urgence… Nous sommes relayés par quatre consuls honoraires qui assurent un lien de proximité avec nos ressortissants à Las Terrenas, Bavaro-Punta Cana, La Romana et Santiago. Nous travaillons également sur la sécurité, notamment en cas de catastrophe naturelle. Nous avons publié un mémento dédié à cette question avec une multitude de conseils aux ressortissants. Des plans d'urgence sont également élaborés avec un système d'îlotiers, des lieux de regroupement…En cas de force majeure, les Français inscrits au consulat recevront les directives à suivre.

Et en cas de problème judiciaire ?
En cas de problème judiciaire, nous sommes également présents pour nous assurer que le ressortissant français est bien traité conformément aux lois du pays d'accueil, pour le conseiller, l'orienter vers un avocat. Nous rendons aussi visite aux Français en prison, une dizaine actuellement, notamment pour des affaires liées au narcotrafic. Attention cependant, à ne pas confondre avec ce que pourrait être la préfecture en France. A l'inverse du Préfet, l'ambassadeur n'a aucun pouvoir de police. La loi qui s'applique est toujours la loi dominicaine, nous sommes seulement là pour vérifier que celle-ci est bien appliquée…  

Pour revenir à votre mission d'ambassadeur, quels seront les prochains temps forts de votre agenda ?
Je suis arrivé il y a seulement deux mois et les choses se mettent encore en place. Nous sommes notamment en train de fixer un certain nombre de rendez-vous pour rétablir, comme je vous le disais, un dialogue de haut niveau entre les deux pays. Le planning risque d'être chargé.
Florence Buades / Photos ABJ (www.lepetitjournal.com/republique-dominicaine), vendredi 13 novembre 2015

Pour toutes les informations et suivre l'actualité de l'ambassade : www.ambafrance.org.do Adresse : Calle las Damas n°42, Zone coloniale, BP 780 - Saint-Domingue. Tél. : (+1809) 695 43 00.

 

L'ambassadeur et le consul honoraire Gérard Prystasz à Las Terrenas

 

Pour recevoir nos informations du lundi au vendredi, cliquez ici et abonnez-vous à la newsletter, c'est gratuit

                                                                        L
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en République Dominicaine

Buenos Aires Appercu
SOCIÉTÉ

L’épineuse problématique de l’IVG en Amérique latine

En Amérique latine, la légalisation de l'avortement demeure une position marginale. L’avortement clandestin, souvent le seul choix, est responsable d’au moins 10% des décès maternels.

Sur le même sujet