Jeudi 20 septembre 2018
République Dominicaine
République Dominicaine
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VISITE - Sur les traces des sœurs Mirabal

Par Lepetitjournal République Dominicaine | Publié le 19/06/2015 à 00:00 | Mis à jour le 19/06/2015 à 01:17


La semaine dernière, l'association Saint-Domingue Accueil proposait à ses membres de découvrir à Conuco, la maison-musée dédiée aux s?urs Mirabal, célèbres résistantes dominicaines. Lepetitjournal.com a suivi la visite?

 


La maison devenue musée se trouve à Conuco, dans la province du Cibao, au nord-est du pays. Symbolique, elle a accueilli les s?urs Mirabal les derniers mois de leur vie. Surnommées les « Mariposas » (papillons), les trois s?urs, Minerva, Patria et María Teresa, ont marqué de leur empreinte l'histoire dominicaine. Membres du mouvement de résistance contre le régime de Rafaël Leonidas Trujillo, elles furent assassinées le 25 novembre 1960 alors qu'elles rendaient visite à leurs maris emprisonnés. Un assassinat qui aurait renforcé la motivation des conspirateurs à l'origine du meurtre de Trujillo, six mois plus tard.

C'est leur s?ur survivante, Dédé, qui eut l'idée de faire de cette dernière demeure un musée, inauguré en 1994, avec pour ambition d'immortaliser leur mémoire et le souvenir de la lutte pour la liberté et les droits de l'homme en République dominicaine.

Cinquante-cinq ans après leur disparition, la maison n'a quasiment pas bougé. Seuls certains planchers et le toit ont été refaits et les peintures rafraichies. A l'intérieur, la minutie avec laquelle les détails sont reconstitués est frappante. On découvre ainsi dans la salle à manger, la table dressée pour le dîner comme elle l'était le soir de la disparition des trois s?urs, semblant attendre leur retour.

 

 

Les murs sont tapissés de photos souvenirs ainsi que de peintures de Minerva et de dessins au fusain de Patria. Dans les chambres, les affaires personnelles des trois s?urs témoignent de leur vie de l'époque. On retrouve par exemple  dans celle de Minerva, un tee-shirt aux couleurs du drapeau dominicain qu'elle prévoyait de porter le jour de la révolution?

Les traces du drame sont également bien présentes comme un reliquat du tissu, couvert de sang, qui servit à nettoyer leurs corps ou encore la natte de cheveux de María Teresa, célèbre car elle lui servait à cacher des messages lors de son séjour en prison.

 

 

Un symbole international

La visite se poursuit dans le jardin où sont rassemblées les tombes des trois s?urs ainsi que celle de Manolo, le mari de Minerva, leader du groupement de résistance du « 14 juin ». Ce lieu a été décrété depuis, extension du Panthéon national. Un peu plus loin, les bustes des quatre résistants s'élèvent à l'ombre d'un grand arbre accueillant de majestueux « papillons ».

Depuis la mort de Dédé qui avait consacré sa vie à entretenir la mémoire de ses s?urs, c'est Noris Gonzàlez Mirabal, la fille de Patria, qui a repris le flambeau. A la tête de la fondation « Hermanas Mirabal » et du Musée de la Résistance de Saint-Domingue, elle est fière de son héritage et souligne l'importance de la transmission aux générations futures.

Aujourd'hui, le parcours des s?urs martyrs, retracé dans la nouvelle En el tiempo de las mariposas de Julia Álvarez et adapté sur grand écran en 2001 avec Salma Hayek, est devenu un symbole bien au-delà des frontières dominicaines. En 1999, l'Assemblée Générale des Nations Unies a d'ailleurs proclamé le 25 novembre, jour anniversaire de leur mort, comme « Journée internationale pour l'élimination de la violence faite aux femmes ».  
Ce jour là, chaque année, le musée atteint des pics de fréquentation.

Casa Museo Hermanas Mirabal
Carretera Salcedo, Conuco, Salcedo, République dominicaine
Telefono : +1 809-587-8530
Ouvert du mardi au dimanche, de 9h am à 5h pm
Entrée : adultes 100 pesos / enfant 25 pesos


Reportage Gaëlle Le Gall Nicolas (www.lepetitjournal.com/republique-dominicaine), vendredi 19 juin 2015

Inscrivez-vous à la newsletter : ici

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en République Dominicaine

Buenos Aires Appercu
SOCIÉTÉ

L’épineuse problématique de l’IVG en Amérique latine

En Amérique latine, la légalisation de l'avortement demeure une position marginale. L’avortement clandestin, souvent le seul choix, est responsable d’au moins 10% des décès maternels.

Sur le même sujet