Mardi 25 septembre 2018
République Dominicaine
République Dominicaine
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VISITE - A la découverte de Santa Barbara de Samanà

Par Lepetitjournal République Dominicaine | Publié le 07/07/2015 à 00:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 15:48


Posée en bord de mer, au sud de la péninsule de Samanà, Santa Barbara de Samanà est la capitale de la province environnante. Sa baie est caractérisée par de petits ponts énigmatiques qui relient notamment la terre ferme à l'îlot Cayo Vigia. La légende raconte que l'ouvrage, aujourd'hui colonisé par de majestueux pélicans bruns, devait être piétonnier et relier les différents îlots de la baie  jusqu'à un somptueux restaurant avec vue.


Mais le projet n'a pas abouti. Celle qui se fait appeler tout simplement Samanà n'a pas vu les grands espoirs touristiques un temps fondés sur elle se réaliser. Unique marina de la péninsule, elle ne s'agite au final que lorsqu'elle accueille des bateaux de croisière en escale, ou quand elle sert de point de départ pour l'observation des baleines, de janvier à mars.

Seul le marché quotidien, typiquement dominicain, crée l'animation tout au long de l'année, tandis que sur le Malécon aménagé, une jolie enfilade de casitas créoles et colorées joue les stars sous l'objectif des photographes, nombreux à utiliser cette image pour représenter la péninsule. Des locaux commerciaux créés notamment pour distraire les touristes du Gran Baya Principe Cayacoa, le grand hôtel de luxe qui surplombe la baie et la ville…

Un peu plus à l'intérieur, il reste peu de traces du passé architectural colonial, celui-ci ayant été détruit par le vaste  incendie qui ravagea la cité en 1946. Seule la Churcha de Samanà, église en bois expédiée pièce par pièce d'Angleterre en 1823 et qui jouxte aujourd'hui une église plus moderne (l'église méthodiste wesleyenne africaine de Samana), rappelle l'histoire de Samanà. C'est ici en effet que se retrouvaient les  esclaves affranchis arrivés  massivement des États-Unis durant l'occupation haïtienne du pays de 1822 à 1844. Aujourd'hui encore, dans certains quartiers, on retrouve des patronymes, des traditions et quelque vocabulaire d'origine anglo-saxonne chez leurs descendants…

La suite de la visite en images :

 


Flo.Buades / Reportage Photos ABJ (www.lepetitjournal.com/republique-dominicaine), mardi 7 juillet 2015
Inscrivez-vous à la newsletter : ici

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en République Dominicaine

Buenos Aires Appercu
SOCIÉTÉ

L’épineuse problématique de l’IVG en Amérique latine

En Amérique latine, la légalisation de l'avortement demeure une position marginale. L’avortement clandestin, souvent le seul choix, est responsable d’au moins 10% des décès maternels.

Sur le même sujet