SOCIETE - De l’arnaque moderne

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 25/02/2008 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:20

Fut un temps où les méthodes de vol étaient simples et traditionnelles : soutirer un porte-monnaie d'un sac à main ou une carte de crédit d'une poche. Aujourd'hui, avec la technologie, l'escroquerie a évolué. En voici une par téléphone

Témoignage
Tôt le matin. Mon portable sonne. Je décroche. Ahmed Abdel Raouf se présente. C'est un téléopérateur de Vodafone. Il me félicite : "Mabrouk ! Vous avez gagné 5.000 LE !"
Gagner comme ça, c'est sympa ! Pourtant, je doute un peu et je lui demande s'il ne se moque pas de moi, s'il ne plaisante pas ?
"Non, non", affirme-t-il. "Vous pouvez même passer prendre votre prix tout de suite", ajoute-t-il avant de me donner l'adresse du siège de Vodafone à Mohandessin. Tellement convaincant. Je le crois.
Juste une petite chose : Je dois acheter sur le champ une carte pour recharger mon téléphone, la somme que j'ai n'est pas suffisante, comme me l'a dit Ahmed.
J'achète une carte de 100 LE, j'attends son coup de fil. Comme il m'a prévenu : "Je dois être au téléphone avec vous en faisant entrer le code, sinon vous ne gagnez rien."J'obéis.
Je vois deux de mes amis. Je leur raconte mon histoire en attendant le temps qu'il m'appelle. Ils éclatent de rire et me disent : "Mais tu es trop naïve, il va te demander le code de ta nouvelle carte pour recharger la sienne !"
A la fois embarrassée et énervée, je commence à mieux saisir la situation. Il a bien joué son jeu, et c'est à moi de prendre la main maintenant.

Quand l'escroc devient furieux
Il m'appelle. Et dès qu'il apprend que j'ai déjà rechargé ma carte, chose que je n'ai pas réellement faite, il s'énerve et il me dit qu'il me rappellera.
Son style est unique et ne manque pas de confiance, sans les conseils de mes collègues, j'aurais suivi toutes ses explications. Heureusement, j'ai évité de me sentir toute bête.

Quand l'escroc est tenace
Il me rappelle et me demande d'appeler le service électronique de Vodafone. Puis d'appuyer sur le 2 dès qu'une voix me dit "Marhaba"sans même attendre les consignes.
Et là, mon ami rigole pour la deuxième fois, en me demandant d'oublier cette histoire là. Tellement rusé, Ahmed veut que je lui transfère la somme récemment mise sur ma carte. Intelligent, mais moins que moi, surtout après les conseils de mes copains.
Furieux, il m'appelle pour la énième fois ce jour-là. Et me demande de suivre les étapes suivantes immédiatement. Je réponds en toute confiance cette fois-ci : "J'ai tout fait, exactement comme vous me l'avez dit. Mais quand j'appuie sur le 2, la dame me demande d'insérer le numéro pour lequel je veux transférer le crédit. Chose que je ne veux pas faire.
Il me répond : "Mais vraiment t'es une fille maline."Je raccroche finalement, très fière.
Nora DARDIR. (www.lepetitjournal.com - Le Caire) lundi 25 février 2008

{mxc}
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Le Caire !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com