Mardi 22 juin 2021
Le Caire
Le Caire

MUSIQUE - Hakim, "The Lion", rugit encore

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 09/07/2007 à 02:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:09

Hakim sera au Zénith le 13 septembre pour présenter best-of et nouvel album. Ses fans se font une joie de le retrouver lors de ce cinquième rendez-vous dans cette salle. Mais d'ici là, il fait sa petite tournée européenne annuelle entre Berlin, Hambourg, Vienne, Stockholm, Oslo

Depuis bientôt plus de 15 ans, Hakim, ambassadeur musical de l'Egypte porte la musique populaire égyptienne, le Shaabi, aux quatre vents. Innombrables festivals ainsi grands galas comme celui du World Economic Forum, Natale al Vaticano, Radio Music City Hall sous le haut-patronage de Nelson Mandela et cérémonie de fête du Prix Nobel.
Chez lui, en Egypte, aucune fête ne se passe de ses chansons qui font danser et chantent le c?ur et la dérision des amoureux tous sexes confondus. Pour plus de précision, il faut savoir que les melopées arabes sont toujours chantées au masculin singulier pour mieux transgresser les tabous ambiants. Hakim est d'ailleurs un expert du sous-entendu et son public adore.

Vous ne voyez pas qui est-ce ?
Hakim est la vedette la plus internationale du monde arabe. Internationale dans le sens large du terme parce qu' il n'est pas uniquement apprécié par les arabophones. Ce n'est pas une mince affaire alors que l'oreille musicale occidentale a bien du mal à s'adapter au quart de ton de la musique arabe.

Son public ?
Expatriés du Moyen-Orient, fêtards d'été des Cyclades aux Baléares, amateurs de fusion et de ?dance', ainsi que les rues et palaces du monde arabe.

Son style ?
Une formidable énergie sur scène, la vitalité frénétique des morceaux musicaux interprètes par un orchestre d'une vingtaine de musiciens avec instruments traditionnels, et un timbre de voix unique. Justement, c'est ce timbre qui en fait aussi un des plus extraordinaires chanteurs de mawals;improvisations vocales typiques de la tradition du chant arabe qui font un peu penser aux exploits des 'cantos jondos' andalous. Sa voix peut porter et faire vibrer sans micro dans des salles accueillant 2000 spectateurs.  

Son apport ?
Tout en restant fermement attaché au Shaabi, il a innové en intégrant, associant, voir superposant, ses chants et cette musique aux rythmes d'autres tendances. C'est le premier artiste arabe qui s'est 'mixé' avec les reines et rois de la Soul, du Reggaeton, du Mérengue. Les résultats de ces duettos sont 'chauds'.

Son attitude?
Il serre la main des fans, du Gotha et hommes d'état, des grandes et petites stars avec le même charme et la même simplicité que quand il serre celle de ses amis et des plus simples gens de son pays.

Son engagement ? Il ne manque pas à l'appel d'un concert caritatif en Egypte et chante aussi bien les causes globales que régionales. Chaque album contient une chanson à message depuis le '9/11'.

Son rêve ?
Créer un vrai et nouveau music-hall au Caire qui donnerait la possibilité aux artistes arabes de mieux partager leurs particularités et leur héritage, tout en s'ouvrant sur les musiques du monde.

Texte et photos : Suzanne PALLIN. (www.lepetitjournal.com - Le Caire) lundi 9 juillet 2007

Pour plus d'informations sur son parcours, ses concerts et sa musique, visitez le site : www.hakim-online.com (remis à jour à partir du 15.07)


0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet