Mardi 22 juin 2021
Le Caire
Le Caire

MUSIQUE - Cocoon, ou la passion du jazz

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 22/08/2008 à 02:00 | Mis à jour le 09/01/2018 à 20:15

Jazz et musique afro-cubaine à l'affiche du Cairo-Jazz Club dimanche 10 Août. Sur scène le groupe Cocoon et la chanteuse américaine Yael Lempert ont offert leur rythme jazzy et personnel. Ambiance côté coulisses, et côté salle?

A la fin du concert, le groupe Cocoon n'hésite pas à inviter sur scène les musiciens présents dans la salle (photo LPJ)

"Leur musique ne peut pas laisser indifférent, ils sont tellement énergiques". Comme cette touriste allemande, les amateurs de jazz n'ont pas été déçus du spectacle dimanche soir.
Pour accompagner Hesham Galal, pianiste et actuel leader, on pouvait compter sur les percussions de Chams Diaa Badr, sans oublier la basse d'André Segong.
Au Cairo Jazz Club, le groupe Cocoon se sent comme à la maison, puisqu'il s'y produit une à deux fois chaque mois. Créé il y a un an par Hesham Galal, le groupe se déplace également à Alexandrie ou à l'Opéra du Caire.
 
Yael Lempert : diplomate le jour, chanteuse le soir 
Habituellement, une chanteuse russe accompagne cette équipe, mais pour cause de vacances, elle était ce soir là remplacée par son homologue américaine, Yael Lempert : diplomate le jour et chanteuse débordante d'énergie le soir. 
Voix féminine différente, mais mot d'ordre identique : faire plaisir et se faire plaisir ! Avec "Cocoon", pas de programme fixe, le contenu se décide à l'envie. "On change tout le temps de programme, rien n'est jamais figé avec nous, ça évite la routine !"se réjouit le bassiste de la bande. La liberté, c'est d'ailleurs ce qu'ils viennent chercher au Cairo Jazz Club : "Ici, nous pouvons jouer ce que nous souhaitons, et l'ambiance est vraiment bonne !"explique le leader.
Un plaisir qui se voit, et qui s'entend. Sur scène, cette bande d'amis ne boude pas sa satisfaction. Leur complicité est incontestable, et leur enthousiasme se propage dans la salle. Malheureusement comme souvent les soirs de jazz, seule une quarantaine de personnes profite du concert.

(photo LPJ)

Un peu d'improvisation pour prolonger le plaisir
Après deux heures de musique, la chanteuse tire sa révérence. Pour les musiciens, pas question d'en rester là : ils enchaînent avec un "jam's", plus connu en France sous le nom de "b?uf"(traduction pour les non-initiés : morceaux improvisés.)
Des musiciens présents dans la salle se joignent au groupe, dont un guitariste hollandais qui n'espérait que ça : "C'est génial de pouvoir partager ce genre de moment avec des inconnus. Notre point commun c'est notre passion. La musique, c'est la seule langue au monde qui n'est pas source de conflit". 
Jessica BISSAY. (www.lepetitjournal.com - Le Caire ? Alexandrie) vendredi 22 août 2008

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet