Jeudi 2 juillet 2020
Francfort
Francfort

Scandale autour de l’affiche "Le marché aux esclaves” en Allemagne

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 27/04/2019 à 21:23 | Mis à jour le 27/04/2019 à 21:47
Photo : "Le marché aux esclaves" de Jean-Léon Gérôme, Creative commons, public domain
Marché esclaves AfD Scandale affiche campagne européenne

L’utilisation détournée en Allemagne par l’AfD du tableau de l’artiste peintre français Jean-Léon Gérôme, datant de 1866 « Le marché aux esclaves », a fait réagir.

La section berlinoise du parti politique d’Alternative pour tous a utilisé le tableau comme référence pour son affiche de campagne européenne mentionnant « Les Européens votent pour l’AfD » et « pour que l’Europe ne devienne pas ‘Eurabe’».

Sur le tableau qui représente la vente d’une esclave, des hommes portant une barbe et coiffés de turbans entourent une femme nue.

L’huile sur toile est en possession du Clark Art Institute dans le Massachusetts aux Etats-Unis qui a immédiatement souhaité condamner cette initiative découverte via twitter et demandé à l’AfD de faire preuve de respect même si l’œuvre est tombée dans le domaine public et qu’aucun contrôle sur l'utilisation qui en est faite ne peut être exercé.


VK (www.lepetitjournal.com/francfort)

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Pierre lun 29/04/2019 - 09:11

Je trouve honteux d‘utiliser ce magnifique tableau pour une campagne électorale, pour montrer un soit-disant danger de l‘Islam.

Répondre
Commentaire avatar

baba mer 01/05/2019 - 09:43

je suis tout à fait d'accord avec vous!

Répondre

Communauté

TÉMOIGNAGES

L’expatriation LGBT : orage ou arc-en-ciel ?

La clé d’une expatriation réussie passe par une bonne intégration dans son pays de résidence. Mais les choses se compliquent pour les expatriés LGBT qui doivent préparer leur mobilité internationale