PERSONNAGES DE LA REGION – Justus Liebig : le célèbre chimiste allemand du 19ème siècle a cotoyé les plus grands maîtres à Paris

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 09/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 17/02/2016 à 00:47

Surtout connu comme ?celui qui a inventé le bouillon cube? ? ce qui n'est ni totalement vrai, ni tout à fait faux*, Liebig est avant tout un grand chimiste du 19ème siècle. N'importe quelle ville allemande possède sa rue, son école ou sa pharmacie baptisées d'après Liebig. L'institution la plus importante qui porte son nom est sans conteste l'Université de Gießen, la Justus- Liebig-Universität. Mais qui était Justus Liebig ?

Pädagog Darmstadt

Les débuts contrariés d'une grande carrière

Justus Liebig est né à Darmstadt le 12 mai 1803. Il est le fils d'un droguiste et marchand de couleurs et de vernis. En 1811 il commence ses études secondaires au ?Pädagog? (aujourd'hui Ludwig- Georgs-Gymnasium) de Darmstadt, lycée classique très renommé que de nombreux hommes politiques, écrivains et autres représentants de la culture allemande ont fréquenté. Liebig n'y achèvera pourtant pas ses études : la raison pour laquelle il quittera le lycée en 1817, à l'âge de 14 ans, avant de passer le baccalauréat, n'est pas très claire. Cet abandon de scolarité prématuré serait cependant vraisemblablement imputable à des difficultés financières de son père. Aussi, comme ce dernier fabriquait la plupart de ses vernis lui-même, le jeune Justus a commencé à s'intéresser dès le plus jeune âge aux procédés chimiques. Aussi, les forains qui éblouissent le public avec des spectacles pyrotechniques très bruyants éveilleront son intérêt et sa curiosité. Il s'essayera à reproduire ces effets spectaculaires dans le laboratoire de son père. Le goût du spectacle et l'envie d'impressionner le plus grand nombre par des effets d'origine chimique le suivront tout au long de sa vie. Par ces expériences il acquiert une grande habilité manuelle et la capacité d'observation ; pour approfondir ses connaissances pratiques, il se rend souvent dans la bibliothèque de la Résidence ducale (Hofbibliothek) où il lit tout ce qui est accessible sur la chimie moderne- mais de fa?on non systématique. Il commencera alors un apprentissage en pharmacie chez le pharmacien Gottfried Pirsch à Heppenheim au sud de Francfort. Mais dix mois plus tard, en juin 1818, cet apprentissage est déjà terminé ; Liebig est renvoyé par son maître. Le jeune garçon se serait livré à quelques expériences clandestines dans la pharmacie et en aurait fait sauter une partie du toit.

De Bonn à Paris avec les plus grands maitres

En 1819, grâce au soutien de son père, il commencera des études de chimie à l'Université de Bonn chez le chimiste Karl Wilhelm Gottlob Kastner. Ce dernier a lui aussi, fait un apprentissage de pharmacien avant de faire des études et passe alors pour le meilleur chimiste organicien allemand. Il reconnaît très vite le talent de Liebig qui le suivra deux ans plus tard à l'université d'Erlangen en Bade-Wurtemberg. Il y publiera ses premiers articles scientifiques. En 1822 il quittera Erlangen ? là aussi les raisons sont assez obscures. Son professeur Kastner s'entretiendra avec le grand-duc de la Hesse-Darmstadt pour qu'une bourse d'études à la Sorbonne à Paris lui soit accordée. Paris à cette époque est le centre international des études de chimie, dans la tradition de Lavoisier considéré comme "le père de la chimie moderne". Liebig aura ainsi l'occasion d'écouter les plus grands maîtres de l'époque tels que Gay-Lussac, Thenard, Dulong, Petit, Laplace et Cuvier. C'est dans le laboratoire de Gay-Lussac que Liebig effectuera ses premiers travaux sur les fulminates. Il en sera d'ailleurs profondément impressionné : à Paris, il connaîtra une nouvelle forme de la chimie, comme il soulignera plus tard dans son autobiographie.La clarté méthodologique dans la recherche en chimie se distinguait fortement de celle pratiquée en Allemagne. Par ailleurs, Liebig, bien déterminé à enseigner la chimie, devra soutenir un doctorat "in absentia", procédure peu comparable à une thèse de nos jours : il lui suffira d'adresser à Kastner une courte réponse à la question : "Qu'apporte la chimie minérale à la chimie des plantes ?", pour que le doctorat lui soit délivré en juin 1823 par l'université d'Erlangen. Liebig quittera Paris en avril 1824 et sera nommé professeur extraordinaire de chimie à l'Université de Gießen à l'âge de 21 ans grâce au grand savant universel et naturaliste Alexander von Humboldt qui reconnaîtra le talent extraordinaire du jeune homme. Il sera nommé professeur ordinaire un peu plus d'un an après. Il restera à Gießen jusqu'en 1852 où il effectuera la plupart des recherches qui feront sa grande réputation dans le monde des sciences, à savoir *la découverte d'un extrait d'aliment servant de substitut à la viande ? souvent onéreuse - pour aider les personnes sous-alimentées mais surtout ses contributions majeures à la chimie organique et à l?agronomie.

Ingrid Frieg (www.lepetitjournal.com/francfort), mercredi 10 février 2016

(Photos commons.wikimedia)

Lire la suite du dossier Justus Liebig, Partie 2 :

PERSONNAGES DE LA REGION ? Justus Liebig, professeur de faculté à Gießen révolutionne l'enseignement de la chimie

Suivez-nous sur facebook

 

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Francfort !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale