MARTIN LOEW - "Au Mal Seh’n Kino, la VO nous tient à cœur"

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 31/05/2016 à 22:00 | Mis à jour le 31/05/2016 à 17:30

Avec 80 places et près de 35 000 visiteurs chaque année, le cinéma Mal Seh'n Kino a son petit succès auprès des jeunes et des moins jeunes ! Situé dans la Adlerflychtstraße du quartier Nordend de Francfort, il propose de nombreux films, dessins animés et documentaires qui séduisent un large public. Lepetitjournal.com/francfort a eu le plaisir de discuter avec Martin Loew, qui dirige le cinéma avec l'aide d'autres passionnés du 7ème art.

Lepetitjournal.com/francfort : comment est né le Mal Seh'n Kino et quelle est sa philosophie ?

Martin Loew : le cinéma est né en 1984 grâce au travail d'un groupe de cinéastes passionnés de cinéma. Il s'attache à proposer des films du monde entier : beaucoup sont européens, mais nous proposons également des films africains ou sud-américains par exemple.

Le Mal Seh'n Kino propose beaucoup de films en version originale. Pourquoi ce choix ?

Il est vrai que la plupart des films que nous proposons sont en version originale. Nous tenons à rester fidèles aux dialogues originaux, car traduire un film en allemand et changer les voix des acteurs dénature inévitablement l'?uvre initiale. Et cela s'accorde bien avec Francfort : c'est une ville tellement internationale ! D'ailleurs, les films en version originale sont beaucoup mieux accueillis par notre public.

Avec quelle régularité diffusez-vous des films français ?

Nous proposons entre 10 et 20 films français par an. Disons environ une bonne quinzaine de films francophones si l'on englobe les réalisateurs suisses et belges, qui connaissent aussi un certain succès auprès de notre public.

Comment choisissez-vous les films que vous proposez ?

Nous avons un distributeur de films chargé de sélectionner les films que le cinéma va diffuser. La sélection est une affaire de goût personnel, mais nous décidons parfois de ne pas proposer certains films qui sont déjà très diffusés dans les autres cinémas, car nous estimons que cela n'en vaut pas la peine. Nous proposons beaucoup de documentaires, qui représentent à peu près un tiers de notre programme. Les films sont projetés pendant deux ou trois jours voire une semaine. Nous proposons aussi de vieux films, mais rarement, car ils attirent beaucoup moins le public.

Comment le cinéma est-il financé ?

Le Mal Seh'n Kino est financé par les billets d'entrée bien sûr, mais aussi en grande partie par le café du cinéma et par des aides du Land de la Hesse, de la BKM ("Bundesregierung für Kultur und Medien", gouvernement fédéral pour la Culture et les Médias), ainsi que de l'Union européenne dès lors que nous proposons un grand nombre de films européens.

Avez-vous toujours été un grand cinéphile ?

Pas vraiment : c'est surprenant, mais j'ai commencé par faire des études de biologie ! Puis j'ai eu l'occasion de travailler quelques temps dans le milieu du cinéma qui m'a vite passionné, et j'ai donc laissé de côté la biologie. Mes collègues n'ont d'ailleurs pas tous étudié le cinéma, certains ont fait leur formation dans le domaine des langues voire de la gastronomie.

Quel public fréquente le Mal Seh'n Kino ?

Nous avons majoritairement deux tranches d'âges. Tout d'abord, le "Kinderkino" (cinéma pour enfants) attire beaucoup les très jeunes : nous proposons de nombreux dessins animés qui leur sont destinés. Mais une bonne partie de nos films projetés assez tard, à 20h et à 22h intéressent plutôt un public de quarante ans et plus.

Proposez-vous des événements particuliers ?

Oui, nous proposons notamment des soirées en présence du réalisateur du film projeté, qui peut discuter et répondre aux questions du public après le visionnage de son film. Jeudi 28 avril par exemple, après la projection du film "Fieber", le public a pu s'entretenir avec la réalisatrice elle-même, Elfi Mikesch.

Quels sont les films qui ont eu récemment le plus de succès auprès du public du Mal Seh'n Kino ?

En 2015, c'est le film franco-germano-norvégo-suédois de Roy Andersson, "Eine Taube sitzt auf einem Zweig und denkt über das Leben nach" (titre français, "Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence"), qui a connu le plus grand succès. En 2016, il s'agit du film franco-germano-japonais de Naomi Kawase, "Kirschblüten und rote Bohnen" (titre français, "Les Délices de Tokyo") qui s'est démarqué.

Avez-vous des projets particuliers pour le cinéma ?

Le Mal Seh'n Kino est une vieille maison, il y a beaucoup à faire ! Un projet que j'ai en tête est celui de mettre en place une application sur smartphone pour le Mal Seh'n Kino? Ce n'est qu'une idée, nous verrons bien si elle prendra forme un jour ! Et nous avons de nombreux autres petits projets pour améliorer encore la qualité du cinéma.

(Photos MJ lepetitjournal.com/francfort)

Interview réalisée par Maxence Jarriand (www.lepetitjournal.com/francfort), mercredi 1er juin 2016

Mal Seh'n Kino 
Adlerflychtstraße 6, 60318 Francfort-sur-le-Main

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook

 

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Francfort !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale