Julie LACROIX, 22 ans débarque à Francfort avec son ”Bonnet F”

Par Valérie Keyser | Publié le 08/02/2015 à 23:00 | Mis à jour le 23/05/2019 à 23:50
Photo : (Photo VK lepetitjournal.com/francfort)
JULIE LACROIX ET BONNET F Design Francfort soutien-gorge

Du haut de ses 22 ans, la styliste française Julie Lacroix originaire de Briançon a fait chavirer les regards et les esprits avec son époustouflant "Bonnet F" à l'occasion de l'exposition consacrée aux 100 ans du soutien-gorge au musée de la communication à Francfort


Lauréate du concours "Arte Creative" 100 façons d'utiliser un soutien-gorge, lancé par la chaîne de télévision franco-allemande ARTE à l'occasion du centenaire du soutien-gorge en 2014, Julie Lacroix n'aura pas volé son premier prix ! Il récompense en effet une oeuvre pleine d'originalité que l'on porte non pas sous une blouse ou un tee-shirt pour soutenir ou mettre en valeur ses rondeurs féminines mais... sur la tête. Lepetitjournal.com/francfort a rencontré la jeune styliste lors de son passage à Francfort pour tenter de percer le mystère du soutien-gorge "Bonnet F" devenu bonnet phrygien.


Lepetitjournal.com/francfort : à qui s'adressait le concours de ARTE que vous avez remporté et quels en étaient les objectifs ?

Julie Lacroix : ce sont surtout des étudiants en école de design et stylistes qui ont participé au concours de ARTE. Aussi bien des Allemands que des Français ont répondu à l'appel à candidature lancé fin septembre 2014 à l'occasion des 100 ans du soutien-gorge. Nous avions jusqu'au 2 décembre pour remettre nos travaux. Il s'agissait de détourner le soutien-gorge, le déstructurer pour trouver de nouvelles façons d'utiliser cet accessoire comme moyen de communication. Il y avait environ 40 candidats dont certains ont étudié avec moi.

Séance photo au photomaton avant l'envoi du dossier de candidature à ARTE
(Photo Julie Lacroix)


Vous êtes styliste de formation. Quelle sont vos matières favorites ?

J'ai passé un BTS de design produits. J'ai toujours aimé toucher la matière quelle qu'elle soit depuis toute petite. J'ai réalisé une robe en serviettes hygiéniques et une autre en capsules nespresso. Je travaille actuellement le carbone pour une entreprise qui produit des pelles en matériaux composites.


"Bonnet F", c'est un peu provocateur comme nom !

Oui probablement. En tout cas, ça a en interpellé et amusé le jury mais vous remarquerez que je suis bien loin de porter du bonnet F en ce qui me concerne (rires).


Vous avez choisi un rouge cerise flamboyant pour votre "Bonnet F" qui se porte sur la tête. Quel est le message que vous avez souhaité faire passer aux jurés ?

J'ai voulu avant tout raconter l'histoire et les combats des femmes. En mettant le soutien-gorge sur la tête ce sont des valeurs d'égalité et de liberté que j'ai souhaité mettre en avant. Le rouge évoque la féminité, c'est aussi la couleur de la passion, de la sensualité. J'ai intitulé mon oeuvre "Bonnet F" comme Femme ou Féminité et le bonnet phrygien représente un symbole qui fait se poser la question : la femme de nos jours est-elle réellement libre ?


Comment avez-vous fabriqué ce bonnet phrygien ?

Comme je voulais absolument du rouge, j'ai dévalisé la friperie de Briançon, ce qui a bien amusé la responsable du magasin. J'ai pris quatre soutien-gorge que j'ai découpés pour récupérer les dentelles, les fermetures, les petits noeuds... Dans l'objet final, j'ai souhaité montrer l'accessoire "le soutien-gorge" et le travail de broderie.
 

lacroix
(Photo VK lepetitjournal.com/francfort)

Julie Lacroix et sa première fan et conseillère, sa mère Madame Lacroix

Votre 1er prix vous a permis de faire entrer "Bonnet F" au musée de la communication à Francfort. Quelle sera votre prochaine étape ?

Je pars en juillet en Nouvelle-Zélande. J'aimerais faire un tour du monde afin de mêler textiles, artisanat et voyages. Mon projet s'intitule "Tissons des liens" et je voudrais rencontrer des femmes sur place, connaître leurs expériences, découvrir et toucher de nouveaux tissus, m'inspirer du travail artisanal des pays traversés. J'ai l'intention de tenir un carnet de voyage et de travailler en collaboration étroite avec une couturière de ma ville qui se propose de m'aider depuis la France. Je commence par l'Océanie et espère - si je trouve des sponsors - continuer en Asie et notamment en Inde pour les saris.

lundi 9 février 2015

C'est à New-York en 1914 que l'Américaine Mary Phelps a confectionné le premier soutien-gorge avec des bouts de tissus et du ruban. Son invention a été brevetée le 3 novembre 1914. L'exposition "Body Talks" 100 Jahre BH est visible jusqu'au 15 février 2015 au musée de la communication. Des visites guidées (en français également) sont organisées.
Schaumainkai 53, 60596 Francfort
http://www.mfk-frankfurt.de

Valérie Keyser

Valérie Keyser

Directrice de Lepetitjournal.com à Francfort et Heidelberg-Mannheim (2013-2019) et Rédactrice en chef des 6 éditions Allemagne (juin 2019-décembre 2020), Valérie est aussi Guide interprète conférencière et professeur de Tandem.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Francfort !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale