Lundi 18 novembre 2019
Francfort
Francfort
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPOSITION - Daghani et Salomon, deux artistes juifs pendant le nazisme

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 09/11/2012 à 00:00 | Mis à jour le 08/11/2012 à 21:37

L'exposition "Erinnerung ? Bild ? Wort" (Souvenir, image, mot) au musée juif de Francfort s'intéresse aux artistes juifs pendant le régime nazi et à la représentation de leur vie, peurs, ressentiments... L'occasion de découvrir deux artistes majeurs de cette période : Arnold Daghani et Charlotte Salomon

Charlotte Salomon, une des gouaches de ?Leben? oder Theater?? (1940-42) (© Charlotte Salomon Foundation, Amsterdam)


Charlotte Salomon (1917-1943) est sans doute l'une des artistes allemandes les plus importantes du 20e siècle. En 1935 elle arrive à entrer dans l'école de Beaux-Arts du quartier berlinois de Charlottenbourg, malgré ses origines juives. Quatre ans plus tard elle s'exile chez ses grands-parents à Villefranche-sur-Mer.
En France, entre 1940 à 1942, elle crée une vaste ?uvre artistique axée surtout sur la menace existentielle qui pèse sur elle et sa famille. Elle produit plus de 1 300 gouaches souvent très expressives regroupées sous le titre "Leben? oder Theater? "("Les gouaches de la vie ou du théâtre", habituellement exposées au musée historique juif d'Amsterdam). Après l'occupation de la France du Sud par les nazis, elle est déportée. Près de 60 ans après sa mort à Auschwitz en 1943, son oeuvre est redécouverte et appréciée. En témoigne l'exposition de certaines de ses toiles à la Documenta à Kassel cette année. Son travail est aujourd'hui considéré comme peut-être l'un des plus importants dans la confrontation avec la Shoah.

Arnold Daghani " Im Lager, 1943 " (Arnold Daghani Collection, Special Collections, University of Sussex © Arnold Daghani Trust)


Arnold Daghani, né en 1909 en Bucovine (Nord de la Roumanie) dans une famille d'origine allemande, est l'un des rares artistes juifs qui a travaillé artistiquement en secret dans un camp de concentration nazi (le camp de Michailowka en Ukraine) et dont les oeuvres ont survécu. Ses notes ainsi que ses dessins ont notamment été utilisés devant les tribunaux après-guerre. Ayant réussi à s'évader, il a survécu à la Shoah et toute sa vie s'est battu pour la justice et la réconciliation. L'importance primordiale de son travail artistique et documentaire à la fois est à découvrir.

Le Musée Juif de Francfort montre pour la première fois ces deux artistes dans une exposition commune, à la fois témoins de la Shoah et artistes accomplis. Alors que leurs oeuvres ont à peine été reconnues jusqu'ici, le Musée Juif de Francfort souhaite ainsi rappeler que leurs travaux artistiques sont des témoignages majeurs de l'extermination des Juifs par les nazis et poursuivre aussi le devoir de mémoire.

Barbara Rubert (www.lepetitjournal.com/francfort) Jeudi 8 novembre 2012{jcomments on}


Erinnerung ? Bild ? Wort / Arnold Daghani und Charlotte Salomon
jusqu'au 3 février 2013

Musée Juif de Francfort ?- Untermainkai 14 - 15
www.juedischesmuseum.de
Tous les jours de 10 à 17 h, jusqu'à  20 h le mercredi. Fermé le lundi.?? Entrée: 4 euros

Visite guidée en français sur demande : 069 212 388 04

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Heidelberg Mannheim Appercu
MICRO-TROTTOIR

L’Allemagne va sanctionner le « Upskirting ». Elles témoignent

La curiosité est un vilain défaut comme le dit l’adage, surtout si c’est pour regarder sous les jupes des filles. L’Allemagne a décidé de sanctionner dorénavant les amateurs de clichés impudiques.

Que faire à Francfort ?

SPORT

L’escalade de bloc pour débuter en douceur

L’escalade est à la mode ! Dépassez vos peurs et amusez-vous seul, entre amis ou en famille avec l’escalade de bloc. Nous avons listé quelques adresses dans la région de Francfort.

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet