Jeudi 27 juin 2019
Francfort
Francfort
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ART de Yasmina Reza : une passerelle entre Munich et Francfort

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 20/01/2016 à 23:00 | Mis à jour le 26/06/2019 à 10:50
Art Yasmina Reza

Après un vif succès à Munich, c'est au Internationales Theater de Francfort que les comédiens de la troupe francophone amateur du Théâtre Jean Renoir vont endosser leur costume pour deux représentations de la comédie ART de Yasmina Reza fin janvier. Jean-Pierre Dupré, un des acteurs, incarnant le "ronchon" de la pièce s'est fait le porte-parole de son équipe auprès de lepetitjournal.com/francfort. 

 

ART, c'est l'histoire de trois amis dont la vision totalement opposée de l'art va les engager dans un débat houleux et sulfureux sur l'esthétisme. D'un côté, Serge, dermatologue, amateur d'art moderne et fan de Sénèque vient de s'offrir un tableau hors de prix, de l'autre, Marc, ingénieur en aéronautique aux goûts plus classiques ne comprend pas l'achat de son ami, et au milieu, il y a Yvan, un représentant en papeterie qui n'ose tenir tête à aucun des deux, de peur de les froisser. L'?uvre écrite en 1994 et traduite en 40 langues a été interprétée l'année de sa création par le célèbre comédien Pierre Arditi. Pour Jean-Pierre Dupré, instituteur et ex-journaliste venu s'installer en Allemagne par amour, qui incarne le personnage de Marc, il s'agit de l'une des plus belles pièces qu'il n'ait jamais joué dans toute sa carrière de comédien amateur. Entretien avec un homme de théâtre, animé par la passion pour la scène.

Lepetitjournal.com/francfort : Vous avez été journaliste, vous êtes actuellement instituteur, comment est née votre passion pour les planches ?

Jean-Pierre Dupré : Quand j'étais encore journaliste, on m'a proposé un poste de chef d'agence en France que j'ai refusé. C'est un métier passionnant mais terriblement chronophage. Vous en savez probablement quelque chose (Rires). J'ai préféré retourner à ma première vocation qu'est l'enseignement. Je ne l'ai pas regretté car le travail d'instituteur m'a permis de découvrir le théâtre, ce qui n'aurait probablement pas été le cas si j'avais continué le journalisme car je n'aurais jamais trouvé le temps pour m'adonner à ce qui est devenu aujourd'hui ma passion. J'avais déjà fait des spectacles d'improvisation en France et j'ai découvert la scène francfortoise alors que j'étais instituteur au Lycée Français Victor Hugo de Francfort grâce à Monique Steltzner et Catherine Stuhlman dans leur troupe qui s'est d'abord appelée ?Mémoires courtes? puis ?Désirs de scène? et aujourd'hui ?Derdiedascalies? et dans lesquelles j'ai joué Thérèse Raquin, Piège pour une homme seul, et bien d'autres.

Cependant, je suis comédien amateur, je ne vis pas de ça et aujourd'hui, j'exerce toujours le métier d'instituteur dans une école européenne à Munich, tout en faisant partie de la troupe du Théâtre Jean Renoir.

Jean-Pierre Dupré interpréte  Marc le "ronchon"

Pourquoi cette troupe en particulier alors que Munich regorge de compagnies théâtrales francophones ?

Munich est très francophile et possède en effet six troupes francophones. J'ai eu l'opportunité et la chance de jouer dans trois ou quatre d'entre elles avant de jouer pour la seconde fois au Théâtre Jean Renoir, qui même s'il est amateur, tourne de façon très professionnelle grâce à Valérie et Dieter Weidenfeld, les metteurs en scène. Ils sont tous les deux très exigeants et ont un vrai souci de qualité en proposant des pièces d'importance pour le théâtre français. Ce professionnalisme tire la compagnie vers le haut. La troupe me permet de progresser, d'apprendre, de rire et me sentir riche. 

Patrice Hermann incarne le personnage de Serge

Vous avez dit avoir déjà joué en France. Le comportement du public en Allemagne vous semble-t-il différent ?

Contrairement à la France, on a le luxe ici en Allemagne de pouvoir faire salle comble et d'être largement applaudis sans être pour autant des professionnels. À Jean Renoir, on a également la chance de ne s'occuper de rien : les fonds récoltés servent à embaucher du personnel pour s'occuper des costumes et du décor. Les acteurs peuvent donc se concentrer entièrement sur leur texte.    

Hervé Adeline dans le rôle de Yvan

Pourquoi avoir fait le choix d'interpréter ART à Francfort ?

La troupe a été contactée par Jan Mayer, directeur du Internationales Theater de Francfort pour jouer cette pièce. Cela faisait dix ans que je rêvais d'interpréter ART. D'abord, parce que c'est une très belle comédie humaine sur l'amitié, d'une très bonne qualité d'écriture et de surcroît intemporelle. Aussi, j'ai un lien émotionnel avec Francfort où j'ai fait mes débuts sur les planches. Lorsque j'y enseignais, j'ai monté de fantastiques productions théâtrales avec mes écoliers. Ils sont aujourd'hui étudiants et j'ai gardé un super contact via les réseaux sociaux avec certains d'entre eux. Je n'aurais jamais imaginé que huit ans après avoir quitté Francfort, ce serait moi qu'ils viendraient applaudir. C'est un sacré hasard de la vie ! J'ai 60 ans, je prends ma retraite dans cinq mois et je finis là où tout a commencé. La boucle est bouclée ! Je ne pouvais pas espérer un plus beau cadeau de départ avant mon retour en France.  

Comment les rôles ont-ils été distribués ?

Ça s'est fait entre moi et les deux comédiens avec lesquels je partage l'affiche : Hervé Adeline dans le rôle de Yvan et Patrice Hermann dans le rôle de Serge. Nous avons simplement joué chacun notre tour les trois personnages et ensuite nous nous sommes répartis les rôles et avons choisi celui dans lequel nous nous sentions le plus à l'aise. Valérie et Dieter nous ont laissé cette liberté. En tout cas, une chose est sûre : j'aurais adoré jouer les trois personnages !

Y aura-t-il d'autres représentations en Allemagne ?

Les décors de la pièce étant assez lourds et difficiles à transporter, c'est assez compliqué de faire de longues distances. Nous jouerons de nouveau à Munich à partir de février et probablement à Berlin mais je n'en sais pas plus pour le moment. 

(NDLR) Sur dix-sept représentations à Munich, la pièce a fait salle comble réunissant au total 1600 spectateurs : Francfort fera-t-elle mieux ?

Sounkoura-Jeanne Dembélé (www.lepetitjournal.com/francfort), jeudi 21 janvier 2016

ART de Yasmina Reza, représentations le 30 janvier à 20h et le 31 janvier à 16h au Internationales Theater Frankfurt. Les détails ici

Suivez-nous sur facebook

 

 

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Francfort ?

Heidelberg Mannheim Appercu
SPECTACLES

Lancement des « Heidelberger Schlossfestsspiele »

Du 21 juin au 4 août, Heidelberg héberge les « Heidelberger Schlossfestsspiele ». Qu’y a-t-il de plus chic que d’aller au théâtre ou au concert dans la cour du château de Heidelberg ?

Sur le même sujet