Samedi 22 septembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

REUSSIR SON RETOUR - Rendez-vous en terre bien connue

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 08/09/2016 à 16:30 | Mis à jour le 09/09/2016 à 14:32

En 2011, le rapport de l'Observatoire de l'expatriation établissait que 42% des expatriés français vivaient la période de leur retour comme une expérience difficile. Cinq ans plus tard, forte de ce constat, Olivia de Mey-Gasser publie un livre rempli d'expériences concrètes et de conseils à tous ceux qui envisagent de rentrer bientôt en France.

Le retour dans le pays d'origine est rarement abordé par la littérature sur l'expatriation. Les multinationales ne lésinent pas sur les préparations au départ (cours de langues, séminaires inter-culturels...). Pourtant le bât blesse encore une fois lorsqu'il s'agit de l'organisation du retour, plutôt négligée par les services de Ressources Humaines.

Partie s'installer en 2012 dans la quatrième ville d'Inde et capitale du pays tamoul, Chennai, Olivia de Mey-Gasser est confrontée à des difficultés qu'elle ne soupçonnait pas à son retour en 2015. Pour l'aider, elle trouve tout au plus quelques blogs et publications en anglais. Très active au sein du réseau professionnel Chennai.expats.expertise qui organise des ateliers pour les expatriés résidant à Chennai, elle organise d'abord des ateliers internet sur le thème du retour d'expatriation. Consciente de la demande sur ce sujet, elle décide alors d'écrire son livre, Réussir son retour : expatriés, impatriés, nouveaux arrivants pour partager son expérience.

Un casse-tête administratif

L'idée de ce livre part d'un constat simple mais paradoxal, celui d'une asymétrie entre l'accompagnement lors de l'expatriation puis lors du retour au pays. Une bonne préparation des démarches administratives du retour permet déjà de s'enlever quelques cailloux de la chaussure.

Des démarches anodines peuvent en effet s'avérer plus compliquées que prévu. La recherche d'appartement en France peut représenter un obstacle dont on se passerait bien de retour au pays. Olivia de Mey-Gasser (photo) raconte comment ses fiches de paies indiennes semblaient rebuter certains loueurs d'appartement parisiens. La nationalité de sa fille née en Inde de parents français n'était pas non plus évidente pour les autorités françaises, elle a donc du produire des documents prouvant que sa fille était bel et bien française. Sans oublier les journées passées à la sécurité sociale afin de se ré-affilier et bénéficier de ses droits.

L'acclimatation à la vie française relève parfois du chemin de croix, d'autant que l'expertise acquise à l'étranger n'est parfois pas prise en compte par l'employeur. En témoigne la situation de cet expatrié en Chine, racontée par l'auteure : de retour en France, il se voit proposer des revenus 20% inférieurs à ceux de son départ.

Un nouveau déracinement

Rentrer dans son pays d'origine, c'est aussi quitter son pays d'accueil et la vie qu'on y avait bâtie. Olivia de Mey-Gasset en prend conscience dès son arrivée en France : «La manière de penser, de se comporter est différente. De retour dans le pays de Descartes après 3 ans en Inde, c'est un choc culturel inversé ». Après trois années passées dans une ville, un pays, une culture, on s'en approprie le rythme, les us, les coutumes, on crée un véritable tissu social avec lequel il n'est pas aisé de couper. C'est tout le sens du terme « Impatriés » que l'auteure met en avant dans son livre. De retour en France, Olivia de Mey-Gasser regrette aussi la stimulation permanente dans un pays étranger où chaque promenade peut se transformer en expérience culturelle, où chaque sortie est une occasion d'en apprendre plus sur un monde inconnu dans lequel on vit de pleins pieds.

Ce retour en France,véritable « arrachement » pour Olivia de Mey-Gasser, peut ainsi s'apparenter à une nouvelle expatriation, une expatriation vers son pays d'origine cette fois. Pour son entourage qu'elle retrouve, ce retour à une « situation normale », parmi les siens, ne présente guère de difficultés comparé à l'expérience de l'expatriation. Le décalage entre la situation réelle de l'expatrié de retour et la perception qu'en ont ses proches peut ainsi générer des frustrations et de l'incompréhension.

Le Blues de l'expat'

Le pays qu'on avait laissé n'est enfin plus celui qu'on retrouve. On a soi-même changé, les repères sont donc brouillés et c'est un « nouvel équilibre » qu'il faut élaborer. L'une des solutions contre ce passage à vide est la redécouverte de la France et des plaisirs quotidiens qu'on avait laissés le temps de l'expatriation. Le goût retrouvé du café crème sur une terrasse parisienne prend toute sa valeur lorsqu'on est coutumier du tchaï indien. Redécouvrir la France à l'aune du recul pris lors des années d'expatriation est sûrement le meilleur moyen de ne pas sombrer dans la lassitude du retour à « la vie d'avant ». D'avant, cette vie ne peut de toute façon plus l'être, tant le pays et les gens qui y vivent ont changé.

Les conseils d'Olivia de Mey-Gasser sont aussi bien d'ordre psychologique que pratique, un retour pendant l'été est par exemple plus facile lorsqu'on arrive d'un pays chaud, de même les mois de juillet et août sont un bon moment pour rentrer car ils offrent un peu de temps pour préparer la rentrée le mieux possible.

Ne pas prendre son retour à la légère, le préparer aussi bien que son départ et même le considérer comme un nouveau départ, telles sont les leçons à tirer de l'expérience d'Olivia de Mey-Gasser pour qui « le jeu (de l'expatriation) en vaut toujours la chandelle ».

Robin Marteau (www.lepetitjournal.com) jeudi 8 septembre 2016

Réussir son retour : expatriés, impatriés, nouveau arrivants, Olivia de Mey-Gasser, La Chronique Sociale, disponible sur internet sur les sites de la FNAC et de la librairie EYROLLES au prix de 10,90 euros

 
Lire aussi: : GUIDE DU RETOUR EN FRANCE ? Pour atterrir en douceur après l'expatriation
RETOUR EN FRANCE - Un nouveau service en ligne pour faciliter le retour des Français de l'étranger
De notre partenaire Femmexpat.com : Des outils exclusifs pour un retour en France réussi !

0 Commentaire (s)Réagir

Education

Jakarta Appercu
DÉVELOPPEMENT

Une école gratuite pour former les informaticiens arrive à Jakarta

Le secrétaire d’état chargé du numérique Mounir Mahjoubi était de passage à Jakarta ce lundi.Un accord de coopération entre l’école dite de type 42 et la Yayasan Academie a été signé.

Sur le même sujet