Mercredi 21 août 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FRENCHEXPAT.TV – Les abonnés et les chaines peuvent se retourner contre les responsables arrêtés

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 30/05/2017 à 22:00 | Mis à jour le 31/05/2017 à 15:32

French Expat TV, un service de distribution de chaînes de télévision qui permettait d'accéder à un bouquet de chaines en français en direct et en replay depuis la Thaïlande et d'autres pays de la région, a brutalement cessé de transmettre le 11 mai dernier après une saisie des serveurs pour contrefaçon. Selon le cabinet Rouse, à l'origine de la fermeture, une action collective de la part des chaines flouées mais aussi des abonnés est envisageable

Fabrice Mattei, directeur du bureau de Bangkok du cabinet britannique Rouse, nous a confirmé que la disparition des écrans de FrenchExpat.tv était bel et bien liée à une opération de grande envergure menée le 11 mai par le Bureau des Enquêtes Spéciales (DSI), sorte de FBI thaïlandais, sur demande de Rouse, lui-même mandaté par la "Premier League" anglaise contre un groupe qui proposait la diffusion des matches de la ligue anglaise de football sans s'acquitter des droits.

"Notre client, l'English Premier League, nous a saisis pour faire cesser l'activité du site 365Sports.tv, disant qu'il en souffrait énormément, que c'était pour lui intolérable dans un pays aussi fan de football anglais que la Thaïlande".  

C'est après plusieurs mois d'investigations qui ont notamment permis de déterminer où se trouvaient les serveurs et qui était derrière, que le cabinet Rouse a transmis son dossier au DSI, lequel a diligenté l'enquête officielle et préparé l'intervention. Il s'agissait d'intervenir sur cinq sites: deux centres de données et trois lieux d'habitations des principaux acteurs.

DSI, police et police scientifique mobilisés

L'opération, qui a mobilisé une trentaine de personnes et a duré environ 12 heures, a été menée conjointement par la police thaïlandaise, le DSI et la police scientifique en présence du cabinet Rouse. >> Lire la suite sur notre édition de Bangkok

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet