Jeudi 21 novembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BACCALAUREAT – Passer son bac à l’étranger, ça change quoi ?

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 13/06/2017 à 15:00 | Mis à jour le 12/06/2017 à 14:10

Ça y est, les épreuves du bac ont commencé pour les Terminales du Lycée Français de Varsovie - René Goscinny. Lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre du proviseur adjoint, d'un professeur de philosophie et de quelques élèves du lycée pour en savoir plus sur les différences avec la France que présente le fait de passer les examens du baccalauréat à l'étranger. 

Alors qu'en France les Terminales révisaient les écrits, les élèves du Lycée Français de Varsovie ont commencé leur première épreuve de langue vivante (1) mercredi 7 juin et finiront le 14 juin prochain. Mais les différences ne s'arrêtent pas là. 

Une organisation internationale

« Cette année nous avons 35 élèves de notre lycée qui passent le bac, auquel s'ajoutent 25 candidats de lycées d'autres pays », nous a confié  Marc Renaud, proviseur adjoint et responsable de l'organisation du bac du Lycée Français de Varsovie - René Goscinny.

A cet égard, l'organisation du baccalauréat au lycée français de Varsovie peut s'avérer être un véritable casse-tête : « Varsovie est centre d'examen depuis environ 25 ans. A l'époque, les élèves devaient se rendre à Berlin pour passer leur bac. Désormais, Varsovie couvre une zone géographique importante, c'est-à-dire la zone Europe Occidentale qui comprend cinq centres d'examens majeurs : Moscou, Berlin, Munich, Vienne et le nôtre. Nous accueillons des élèves du lycée français de Vilnius, de Kiev ou même  de Tbilissi en Géorgie et d'Erevan en Arménie, qui viennent passer leur bac dans notre lycée, ainsi que les épreuves anticipées en Première », nous explique Marc Renaud.

Se déplacer à Varsovie pour passer l'épreuve du baccalauréat, représente pour les élèves concernés une sacrée organisation, un certain coût, sans oublier une dose de stress supplémentaire et beaucoup d'énergie. >> Lire la suite sur notre édition de Varsovie

0 Commentaire (s)Réagir

Famille

Enfants enlevés au Japon, le calvaire sans fin des parents français

Chaque année, au Japon, 150 000 mineurs sont kidnappés par l'un des parents qui coupe tout contact. Le Sénateur Richard Yung a présenté une résolution qui permettrait au parent lésé de garder le lien

Patrimoine

INVESTISSEMENT

Expatriés : 5 raisons d’investir en France

Investir dans l’immobilier locatif en France peut faire peur, surtout quand est expatrié ! On se dit que c’est un projet qui demande énormément de temps, qui nécessite de se déplacer régulièrement.

Sur le même sujet