Jeudi 13 décembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ALAIN BENTEJAC – "Les entrepreneurs français à l’étranger ne sont pas assez reconnus"

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 26/09/2016 à 18:46 | Mis à jour le 27/09/2016 à 12:04

 

A quelques jours du Mondial des CCE à Deauville (6-7 octobre 2016), le président des Conseillers du Commerce extérieur (CNCCEF) rappelle le rôle et la force de ce réseau tout en appelant à simplifier et rationnaliser le dispositif français à l'export

 

©Toussaint

lepetitjournal.com : Quelle est la situation actuelle du réseau des Conseillers du Commerce extérieur ?

Alain Bentejac: Nos effectifs sont stables avec environ 4000 Conseillers du Commerce extérieur, dont les deux tiers sont à l'étranger, une part en progression, répartis dans 140 pays dans le monde. Le réseau est dynamique et nous recevons de nombreuses candidatures, notamment plus de femmes et plus de jeunes, mais aussi des personnes évoluant sur des secteurs porteurs comme les nouvelles technologies. Nous souhaitons bien respecter une répartition géographique, ce qui donne lieu à un léger rééquilibrage vers les zones les plus porteuses.

Quelle est la place des CCE dans le dispositif du Commerce extérieur français ?

Déjà, le CNCCEF fait partie intégrante du conseil stratégique à l'exportation. Nous sommes attachés à la qualité du dialogue que nous maintenons avec les pouvoirs publics à travers notre mission de conseil, aussi bien avec le gouvernement, les ministres Ayrault et Fekl, avec le ministère qu'avec les postes, en complément des organismes en charge, Business France et CCI International. Depuis un an, nous avons mieux organisé ce dialogue, en tenant notamment des réunions trimestrielles à haut niveau entre le CNCCEF, le Quai d'Orsay et le Trésor. Nous avons par ailleurs signé une convention avec Business France dont la mise en place se traduit déjà par de bonnes initiatives communes, notamment en Asie. Nous avons également paraphé récemment un accord avec le Medef/Medef International  et nous apprêtons à signer une convention comparable avec CCI France et CCI International lors du Mondial de Deauville.

Comment mieux faire fonctionner ensemble tous ces acteurs ?

Nous sommes favorables à tout ce qui pousse à simplifier et rationnaliser le système des dispositifs à l'export. Dans ce sens la création de Business France est positif, ainsi que l'accompagnement des garanties des entreprises à l'étranger par BPI France. En revanche, il faudrait veiller à une amélioration de l'articulation entre Business France et les CCI. Par ailleurs, même s'il faut pousser en ce sens, je ne me fais pas trop d'illusion sur l'idée de soutien des grandes entreprises françaises envers les PME-PMI françaises.  Chasser en meute n'est pas une panacée, d'autant que c'est rarement suivi d'effets.

Quel regard portez-vous sur la performance actuelle du Commerce extérieur français ?
Notre commerce extérieur se redresse sur le fond, mais notre compétitivité dégradée et notre manque d'ETI et de grosses PME sont des facteurs structurels pénalisants sur le long terme. De fait, je suis un peu déçu par les résultats de notre commerce extérieur cette année, surtout dans un contexte favorable de baisse de l'euro et pétrole bon marché, mais aussi compte tenu de la bonne santé de nos principaux débouchés (Allemagne, UK, USA?).

Est-ce que la nouvelle génération n'est pas mieux préparée à affronter un marché global ?

Les Français ont encore tendance à se sous-estimer dans le marché mondial. Mais les mentalités sont en train de changer et on voit des TPE partir de plus en plus tôt à l'international. Il est très frappant dans ce sens de voir le fort développement du nombre d'entrepreneurs français à l'étranger (EFE). Il s'agit d'un vecteur très intéressant et nous cherchons à renforcer nos liens avec eux. Ces EFE s'estiment souvent insuffisamment reconnus alors qu'ils peuvent apporter beaucoup. Je pense par exemple qu'il serait utile de revoir cet obstacle juridique qui les empêche de recruter des VIE car ils n'ont pas d'établissement en France.

Qu'attendez-vous du Mondial des CCE qui se déroulera à Deauville les 6 et 7 octobre prochain ?

Deauville 2016 est le premier rassemblement mondial des CCE en France. Plus de 1.000 participants sont attendus, dont environ 700 Conseillers du Commerce extérieur. C'est une occasion de tisser des liens entre membres mais aussi de montrer le rôle et le poids de notre réseau. Ce Mondial sera aussi l'occasion de réflexions autour des grands défis et opportunités qui secouent la planète, d'où l'intitulé des journées : Autre monde, nouvelle France. En 2017, nous poursuivrons ce travail avec une grande réunion qui se tiendra en Asie.

Propos recueillis par Hervé HEYRAUD. (www.lepetitjournal.com) jeudi 22 septembre 2016

Plus d'infos :  http://www.lemondialdescce.fr

 

0 Commentaire (s)Réagir

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet