Lundi 27 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La marque By Hubert se réinvente : place à Niawal et ses créations

Par Laure Solé | Publié le 17/04/2019 à 20:00 | Mis à jour le 17/04/2019 à 20:00
Photo : Hubert Sagna et Marion Aïdara dans leur showroom, à Ouakam.
Niawal By Huber Hubert Sagna Design Vêtement Dakar Sénégal

Il habille Wally Seck, Guiss Guiss Bou Bess, Cortega, Ibaaku, Fmanel… mais c’est avec humilité que le jeune designer Hubert Sagna nous entretient de son nouveau bébé : Niawal. Du wolof “couture”, son nouveau projet veut bousculer les codes du prêt-à-porter dakarois.

Hubert est né et a grandi à Dakar. Il apprend la couture un peu par hasard, pour s’occuper, après avoir abandonné ses études en mécanique. Il travaille six ans pour Talla, un couturier à Sandaga. Par la suite il se perfectionne et travaille encore cinq années pour d’autres couturiers avant de se lancer à son compte.

“Avant, je faisais mes propres créations à la maison, pour moi, avec ma machine à coudre. Lorsque je finissais une pièce, j’y cousais mon initiale”, raconte le jeune designer. Il décide de lancer sa propre marque en 2013, By Hubert. "J’ai réalisé que j’aimais beaucoup le travail des designers qui commençaient à faire du prêt-à-porter au Sénégal et je me sentais capable de faire les mêmes choses. Je me suis dit : pourquoi pas moi ?”. Hubert a alors arpenté les friperies pour s’inspirer de nombreuses coupes, il a longuement réfléchi à l’identité qu’il voulait donner à son travail. Il a commencé par les bombers en wax et en patchwork, qui ont longtemps été sa marque de fabrique, puis s’est diversifié.

Niawal By Hubert Hubert Sagna Vêtement Dakar Sénégal Design
La devanture du nouvel espace de travail de Niawal, fresque réalisée par Diablos, retraçant la vie d'Hubert.

“J’ai de très nombreuses inspirations, la plus importante c’est mon quotidien à Dakar, le mélange de couleurs, d’ambiances. Il y a aussi la culture Baye Fall qui a une place importante dans chacune de mes collections”, explique-t-il.

Les vêtements créés par Hubert témoignent d’une envie de réinventer l’assemblage des tissus et des couleurs, mariant wax, bogolan et pagnes tissés. Les coupes mêlent sans complexe les influences de différentes cultures : des cache-cœurs noués aux manches bouffantes, des chemises épurées à col rond et à détails en bogolan, des jupes à godet en wax…

Niawal By Huber Hubert Sagna Design Vêtement Dakar Sénégal
Photo de la première collection de Niawal, par JB Joire.

Niawal est né d’un désir de renouvellement dans son travail, mais aussi de sa rencontre avec Marion Aïdara, jeune parisienne diplômée en médiation culturelle. Elle est arrivée à Dakar il y a deux ans et demi. “Au départ, je devais seulement l’aider à faire la communication de By Hubert. Puis on a tous les deux vu plus grand et maintenant, on travaille en équipe ». Les deux jeunes ne sont pas seuls, les tenues sont assemblées par deux couturiers : Mass et Saliou, qui travaillent avec Hubert depuis des années déjà. “Ils ont l’habitude de travailler avec des designers, surtout Mass qui a un très grand savoir technique. Ses propositions et idées influencent beaucoup nos créations”, raconte Hubert.

Niawal By Huber Hubert Sagna Design Vêtement Dakar Sénégal
Mass, absorbé dans son travail à l'atelier de Niawal.

La première collection de Niawal est sortie en décembre dernier : “Tout est parti très vite” indique Marion, qui a aussi pris part à la création des pièces. “Nous avons fait beaucoup de communication et il y a eu un bouche-à-oreille favorable. De nombreux clients qui ont l’habitude de faire du sur-mesure chez moi ont acheté des vêtements de la collection”, ajoute Hubert.

Pour l’instant Niawal n’exporte pas ses créations. “C’est un choix réfléchi”, explique Hubert. “On préfère avoir une réputation solide à Dakar avant de se lancer dans cette aventure”, complète Marion.

Niawal By Huber Hubert Sagna Design Vêtement Dakar Sénégal
Le show-room est visitable sur demande.

La nouvelle collection sort le 20 avril, à l’occasion d’un défilé au Novotel. De plus, Niawal vend en ce moment ses pièces au festival Festigraff à Douta Seck pendant une dizaine de jours. “La première collection montrait l’étendue des compétences d’Hubert, cette collection sera plutôt l’occasion de surprendre et d’apposer une signature très claire sur le travail de Niawal”, explique Marion.

Peu de personnes connaissent les pièces qui seront dévoilées, mais il semble que cette collection fera la part belle aux motifs en pagnes tissés et en bogolan. Le lin sera aussi mis à l’honneur. Les influences streetwear seront toujours présentes, notamment les fameux bombers avec empiècements en wax, mais la collection comptera aussi des pièces plus épurées.

Informations :

Fourchette de prix (variable) : Hauts pour femmes : 10 000 FCFA
Chemises 15 000 FCFA
Bombers 35 000 FCFA

Contact : Le showroom est visitable sur demande, prendre rendez-vous par facebook ou instagram.

Adresse : Deuxième rue à gauche après le rond-point du Monument de la Renaissance en allant vers la Brioche Dorée - Ouakam.

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Pekpek mar 07/05/2019 - 14:18

Bravo ! c'est super beau !

Répondre
Commentaire avatar

Tobaliss mer 17/04/2019 - 23:56

Je connais la marque Niawal by Hubert. J’apprecie le choix des tissus et des couleurs en plus c’est très habillé et à du style surtout. Je valide

Répondre

Communauté

DÉCOUVERTE

A la découverte du fleuve Saloum en stand up paddle

Karim Cornali, professeur des écoles et poète, a descendu en avril les 250 kms du fleuve Saloum en stand-up paddle. Il nous raconte l’aventure physique, les rencontres humaines et le voyage intérieur.

Vivre à Dakar

TOP 5

Les meilleures boulangeries de Dakar

Parlons peu, parlons pain : Où trouver la meilleure baguette de Dakar ? Si celle de la boutique du coin de votre rue sait vous satisfaire au quotidien, il est appréciable de déguster du nouveau!

Comprendre le Sénégal

ART

Seyni Camara, l'artiste mystérieuse de Bignona

Seyni Awa Camara est âgée d’un peu moins de 80 ans. Les oeuvres de la vieille artiste furent exposés au Centre Pompidou, à la biennale de Venise. Zoom sur une artiste sénégalaise entourée de mystère.

Sur le même sujet