Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Yohann Eddali, intendant de la Résidence de France à Dakar

Par Gaëlle Picut | Publié le 03/10/2019 à 10:00 | Mis à jour le 03/10/2019 à 11:26
Photo : Yohann Eddali, à la Résidence de France à Dakar
yohann eddali intendant residence france senegal dakar

Rencontre avec Yohann Eddali, intendant de la Résidence de France à Dakar – Sénégal

Quand et pour quelles raisons êtes-vous arrivé à Dakar ?

Yohann Eddali : Je suis arrivé en septembre 2017 au Sénégal pour raisons professionnelles. J’ai été détaché par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour occuper le poste d’intendant à la Résidence de France du Sénégal.

En quelques mots, voici mon parcours professionnel : après un BTS d’hôtellerie-restauration, j’ai fait mes classes chez Guy Savoy, au Taillevent, puis j’ai travaillé 6 ans comme maître d’hôtel à l’Elysée pour les présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy puis au service de trois ministres du gouvernement. J’ai quitté le milieu institutionnel pour le Groupe Accor où j’ai été successivement, responsable de restauration, directeur de restauration avant d’être directeur d’exploitation de différents hôtels de la région parisienne. Un beau challenge en termes de management, de gestion ressource humaine et financière. Ensuite, fort de mon expérience dans le domaine privé, j’ai rejoint le Ministère de l’Aménagement du Territoire en qualité d’intendant.

Nous avions le souhait, avec mon épouse et mes enfants, de vivre une expatriation afin de vivre une nouvelle expérience et relever le défi de l’adaptation à de nouveaux horizons. Lorsque l’opportunité du poste d’intendant dans la 8ème plus importante ambassade de France s’est présentée, je n’ai pas hésité à proposer ma candidature.

Quelles ont été vos premières impressions en arrivant au Sénégal ?

J’ai trouvé le pays accueillant (la Téranga n’est pas un vain mot) et enrichissant grâce à ses multiples cultures et coutumes. L’usage du français a permis de faciliter très rapidement les échanges.

Dakar m’a donné l’impression d’être une ville jeune, dynamique et portée sur l’avenir.

Je me suis rapidement adapté aux codes du pays ce qui m’a permis d’intégrer plus facilement les réseaux de travail.

Parlez-nous un peu de votre métier et de vos missions ?

Être intendant, c’est assurer la gestion et l’organisation de toutes les prestations et événements qui se déroulent à la Résidence de France.

La Résidence de France est une demeure magnifique de 4 hectares et qui comptabilise près de 20 permanents pour l’entretenir (jardiniers, cuisiniers, maîtres d’hôtels, gouvernantes, personnel de sécurité…). Ce lieu symbolique est avant tout la maison des Français et de nos amis sénégalais.

Je suis fier d’exercer mon métier dans ce cadre qui véhicule les valeurs de la République française.

Grâce à mon expérience chez Accor, les aspects management et formation me tiennent à cœur. Deux aspects très importants de cette fonction, car on ne réussit qu’avec la collaboration de ses équipes.

Une de mes journée type : saluer toutes mes équipes, faire le tour de la propriété, échanges avec Monsieur  l’Ambassadeur sur le déroulé de la journée et les différentes modifications, briefing avec l’équipe de salle et l’équipe de cuisine, validation des menus avec le chef cuisine, gestion des approvisionnements (à Kermel, à Soumebédioune, etc.) avec une exigence de qualité et de fraîcheur, etc. Au Sénégal, j’ai trouvé un réseau de prestataires et de fournisseurs de qualité.

L’un de mes objectifs depuis mon arrivée est de faire découvrir les richesses et les saveurs du terroir sénégalais et de mélanger cuisine française et cuisine sénégalaise. A la Résidence, on travaille régulièrement avec des chefs sénégalais et français tels que Raoul Coly, Tamsir Ndir, Chef Djibril, Alexandre Marinier.

J’essaye également que chaque réception soit unique, en termes de décor, de lieu, de cuisine, etc.

C’est un métier varié, de passion, qui nécessite exigence, engagement et disponibilité. A mon échelle, je participe à faire rayonner la France à l’étranger.

Quel est votre meilleur souvenir depuis votre prise de fonction ?

La ferveur et l’engouement de la communauté française au moment de la venue du président de la République Emmanuel Macron et de son épouse en février 2018, notamment lors de la réception qui avait été donnée à la Résidence de France. Nous avons partagé ce moment avec 2 500 Français. Mon seul regret : ne pas avoir pu accueillir plus de monde !

De la même façon, j’ai de très bons souvenirs des 14 juillet organisés à la Résidence de France ou en partenariat au Lycée Mermoz.

Qu’appréciez-vous le plus au Sénégal ?

C’est un pays attachant, avec des paysages extraordinaires et variés, à moins d’une ou deux heures de Dakar : le lac Rose et ses dunes, la réserve de Bandia, la lagune de la Somone, le Siné Saloum, et un peu plus loin Saint-Louis.

J’apprécie les couleurs et les lumières, souvent changeantes. Tous les jours, j’ai la chance de voir l’île de Gorée avec des lumières différentes.

Je suis également séduit par la variété et le talent des savoir-faire des artisans locaux, insuffisamment reconnus à mon sens. Dès que je le peux, je les fais travailler pour la Résidence de France à l’instar de Monsieur Seck, un remarquable menuisier.

Globalement, j’estime que nous bénéficions d’une qualité de vie agréable, notamment pour nos enfants, qui ont le temps de faire des activités extra-scolaires très variés et ont un cadre de vie appréciable.

Quels sont vos lieux préférés à Dakar ? Et au Sénégal ?

A Dakar, mes lieux préférés sont l’île de Gorée, île de Ngor, les marchés de Soumbédioune (aux poissons et artisanal) et de Sandaga, la Mosquée de la Divinité, le phare des Mamelles.

Au Sénégal, je pense à la Casamance, le Siné Saloum et la Somone .

Et le plus difficile ?

La pollution et le manque d’espace verdoyant pour les enfants.

Par ailleurs, je pense qu’il faut un certain temps pour acquérir les codes et les gestes pour se sentir à l’aise en toutes circonstances.

Quels conseils pourriez-vous donner à quelqu’un qui vient d’arriver au Sénégal ?

Se départir de ses préjugés en sillonnant les villages sénégalais, prendre le temps de faire un road trip du nord au sud pour s’imprégner du vrai Sénégal et de ses richesses. Découvrir et ne pas se contenter de se limiter à certaines destinations très touristiques.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.

Sur le même sujet