Lundi 22 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Sylvie Sagbo-Gommard, dirigeante de Sénar Les Délices Lysa

Par Gaëlle Picut | Publié le 25/06/2019 à 19:30 | Mis à jour le 27/06/2019 à 09:31
Photo : Les arachides pralinées de Sénar
Sénar Les Délices Lysa Dakar arachides

Sénar Les délices Lysa, entreprise familiale fondée en 1977 par Lydie Sagbo et spécialisée dans la transformation d’arachides et noix de cajou, a été repris depuis 2015 par sa fille Sylvie. Elle nous raconte l’histoire de cette PME en pleine croissance.

sénar délices lysa noix de cajou arachides sénégal dakar sylvie sagbo
Sylvie Sagbo-Gommard, devant les produits Sénar Les délices Lysa

Sylvie Sagbo-Gommard a toujours vécu au milieu des arachides. Petite, elle aidait sa mère, Lydie, à transformer les arachides et à ensacher les produits terminés et ensuite vendus devant le domicile familial. Leur secret ? Un four à pierres réfractaires chauffées au feu de bois, pour que l’aliment soit grillé à sec et garde toute sa saveur et son croquant. Très vite, le succès prend de l’ampleur et Lydie décide d’étendre sa production avec les noix de cajou et le pop-corn. En 1982, elle obtient un numéro FRA (qui autorise la fabrication, la transformation, le conditionnement et la mise en vente de tous produits destinés à l’alimentation humaine ou animale au Sénégal) et commence à vendre dans les grandes surfaces de l’époque.

Les années passant, Lydie songe à passer la main pour prendre sa retraite. Mais elle souhaite que Sénar reste dans la famille. Sylvie, la troisième de ses cinq enfants décide de reprendre le commerce établi. Elle qui a suivi ses études à Dakar puis en France (elle a obtenu un master en finance et gestion des marchés obtenu à l’Ecole de Gestion de Paris) et qui a ensuite travaillé 18 années en France dans la finance de marché, décide de prendre la relève. « J’avais envie de rentrer au pays, confie-t-elle. La vie au région parisienne, avec deux jeunes enfants, devenait compliquée. Nous avions lancé un restaurant de cuisine africaine avec mon mari et nous connaissions déjà la vie d’entrepreneurs. J’avais très envie d’entreprendre au Sénégal où je sentais que les choses bougeaient. Et aujourd’hui, j’aime tous les aspects de ce nouveau challenge : la vente, le marketing, l’innovation afin d’être toujours devant la concurrence… ». En effet, la concurrence est très présente mais ne décourage pas Sylvie, bien au contraire, c’est ce qui la fait progresser : « La clé de la réussite est l’innovation. Nous inventons toujours de nouveau produits pour nous démarquer. C’est important, surtout au Sénégal où on est vite copié » explique-t-elle.

Confiante dans le potentiel de développement de Sénar Les délices Lysa, l’atelier de production de Dakar (qui était jusqu'alors dans la maison familiale) a été délocalisé près de Rufisque le 1er avril 2019 dans des locaux plus spacieux permettant d’accueillir le personnel qui a triplé (une trentaine de personnes aujourd’hui, majoritairement des femmes). Depuis son arrivée en 2015, Sylvie a effectué des changements majeurs dans plusieurs domaines : création d’une nouvelle identité visuelle, lancement de nouveaux produits, développement des réseaux sociaux, mise en place, avec l’aide de son mari, d’outils de gestion plus performants permettant un meilleur suivi de la comptabilité, des livraisons, etc.… « La première année, j’ai surtout réorganisé l’entreprise pour qu’elle gagne en efficacité » analyse Sylvie. Et le chiffre d'affaires augmente nettement ! « Les plus gros défis sont liées à la gestion des ressources humaines et au financement » poursuit-elle. Des formations sont mises en place pour le personnel, qui est, dans l’ensemble, très fidèle à l’entreprise. Par ailleurs, en 2017, le fonds d’investissement Teranga Capital a investi dans la société et l’accompagne dans sa croissance.

sénar noix de cajou cajoutella sénar délices lysa sylvie
Une fois triées, les noix de cajou sont grillées dans un four à bois

La vente d’arachides est estimée à 3 tonnes par mois et celle de cajous à 2,5, un chiffre qui croît et que Sylvie espère doubler. Pour éviter les ruptures de stocks, l'entreprise travaille avec plusieurs fournisseurs. Pour la noix de cajou, ils viennent du Sénégal mais aussi de pays voisins comme la Guinée ou le Togo. Ils sont sélectionnés selon un cahier des charges précis. Les produits sont choisis avec minutie pour assurer l'excellence et la qualité des produits est vérifiée à trois étapes différentes de la transformation avant d’être ensachés à la main. Le tri est drastique et environ 20% des arachides et noix de cajou sont mises de côté, afin de ne conserver que les meilleures, les plus intègres et matures. L’usine n’est pas robotisée mais une machine va être installée pour le dépelliculage des arachides afin de gagner en efficacité.

Les produits Sénar sont vendus en grandes surfaces (Auchan, Casino, Exclusive…), dans des hôtels et dans la zone duty free de l’aéroport AIBD. La PME est également fidèle au Dakar Farmers Market. « Nous sommes très attachés à ce marché qui nous sert de test. Nous faisons toujours goûter nos nouveaux produits, ce qui permet un retour que nous n’avons pas l’occasion d’avoir avec les grandes surfaces. Ainsi nous pouvons améliorer nos recettes, en tenant compte des attentes du public. Nous avons également ouvert un espace de vente au Sea Plaza » détaille Sylvie. Parmi les produits vedettes : les noix de cajou grillées, les arachides pralinées en gingembre, les noix de cajou pralinées au sésame, le beurre d’arachide, le cajoutella (pralinoise de cajou) ou encore le nougat de cajou à l'anis. Le pralinage est réalisé manuellement, en petite quantité. Cela permet de bien maîtriser la répartition du sucre sur les noix et d’assurer une cuisson uniforme. Le résultat : des pralines bien dorées avec un dosage en sucre très équilibré. Sylvie travaille également avec quelques blogueuses culinaires (Aistou Cuisine, Karelle, Corinne) pour mettre au point des recettes à partir de leurs produits et ainsi leur offrir une meilleure visibilité.

arachide noix de cajou senegal dakar sénar lysa
Les arachides sont soigneusement triées pour répondre à des critères stricts de calibre et de maturation

Sylvie Sagbo a reçu en 2018 le Prix de l’Encouragement du Salon de l’Agriculture à Paris et a reçu début juin 2019 le Prix Entrepreneure du Monde à Paris lors des 6e Trophées Entrepreneuriat au Féminin. Elle se donne pour objectif de faire de Sénar une multinationale en exportant ses produits dans la sous-région (c’est en cours à Abidjan) et en France, en s’appuyant sur son image haut de gamme et ses produits de grande qualité : « Ce sont des snacks sains, pas gras et pas trop sucrés, qui doivent être appréciés à la première bouchée. D’ailleurs notre slogan résume tout : Croquez un jour, craquez toujours ! » affirme Sylvie, en souriant. La mise en place de la vente en ligne est également en projet. Elle fait partie au Sénégal d’un club d’entrepreneurs, Enablis, qu’il lui permet de partager succès et problématiques avec d’autres dirigeants de PME. Elle travaille également avec la Maison de la PME, une initiative de la Société Générale et inaugurée fin novembre 2018. 

Pour en savoir plus : http://www.senardelices.com/ ou le compte Facebook ou Instagram.

Cet article a été co-rédigé par Eléonore Legrand (élève de première au lycée Mermoz, stagiaire en observation durant une semaine au sein de la rédaction) et Gaëlle Picut. Bravo à elle !

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Sylvie Sagbo-Gommard, dirigeante de Sénar Les Délices Lysa

Entreprise familiale fondée en 1977 par Lydie Sagbo, Sénar Les délices Lysa, spécialisée dans la transformation d’arachides et noix de cajou, a été repris depuis 2015 par sa fille Sylvie.

Vivre à Dakar

TOP 5

Les meilleures boulangeries de Dakar

Parlons peu, parlons pain : Où trouver la meilleure baguette de Dakar ? Si celle de la boutique du coin de votre rue sait vous satisfaire au quotidien, il est appréciable de déguster du nouveau!

Comprendre le Sénégal

POLITIQUE

Dior Fall Sow et les droits des femmes : un combat acharné

Dior Fall Sow est la première femme qui fut nommée procureure de la république au Sénégal. Elle participe à l’écriture du projet de loi visant à la criminalisation du viol et de la pédophilie.

Sur le même sujet