Mardi 17 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Milcos, jeune designer de la marque Nio Far

Par Gaëlle Picut | Publié le 09/04/2019 à 19:50 | Mis à jour le 10/04/2019 à 01:27
milcos nio far sénégal dakar vêtements lin bogolan chaussures sneakers

Nio Far est une marque qui propose des chaussures, des sacs et des vêtements made in Sénégal. Ses matières premières de prédilection : le lin, le bogolan et le cuir. Rencontre avec Milcos, créateur de la marque, et soucieux de valoriser de façon chic et moderne les textiles africains.

milcos nio far
Milcos au Simone Café

« J’en ai assez que l’on associe fabrication africaine à produit bon marché. Je veux montrer que l’on sait aussi faire des objets de qualité, capables de s’exporter et de séduire une clientèle haut de gamme » estime Milcos, fondateur de la marque Nio Far (« on est ensemble » en wolof) et ingénieur informaticien dans une autre vie pas si lointaine.

Né à Dakar en 1988, El Hadji Malick Badji dit Milcos a vécu entre la capitale et la Casamance d'où ses parents sont originaires. Après le bac, il commence des études d’anglais à l’UCAD puis s’inscrit à NIIT, Institut International en Informatique, d’où il sort 5 ans plus tard avec un diplôme d’ingénieur informaticien. En parallèle, il fait des petits boulots ou des stages pour participer au financement de ses études et lance dès 2012 sa marque Nio Far. « Au début, ce n’était pas quelque chose de très sérieux, se souvient en souriant Milcos. Je faisais des tee-shirts où j’imprimais le slogan « Nio Far » ou des codes HTML ». Il travaille ensuite pour Citizen Media Group en tant qu’IT manager, puis pour l’ONG Enda Santé comme consultant. « Comme j’avais un peu de temps libre, j’ai lancé avec un copain le site peuplesenegalais.net, consacré à la culture ». Le site marche bien jusqu’à sa fermeture en 2015, faute de temps.

Avec Nio Far, il se lance ensuite dans les vêtements en lin, essentiellement des chemises et pantalons pour hommes. Il privilégie les coupes amples, confortables et sobres. « J’aime beaucoup les tissus organiques. Le lin que j’utilisais jusqu'à présent vient d’Italie et pour ma prochaine collection, je compte utiliser celui d'Ethiopie et de Madagascar ». Il organise son premier défilé fin 2013. « Avec le recul, je réalise que tout n’était pas encore au point, avoue en souriant le jeune homme. Je n’avais pas encore les codes, les références de la mode. J’étais davantage axé sur le côté design et artistique. Cependant, j’ai vendu tous mes modèles ! ». Et d’autres commandes arrivent, essentiellement grâce à Facebook.

En 2014, il arrête Enda Santé et travaille quelques mois au sein de l’ADIE, l’agence informatique de l’Etat, pour la commission nationale chargée de la protection des données personnelles. « Au Sénégal, l’entrepreneuriat n’est pas toujours très bien vu et suscite des inquiétudes. Il existe une vraie pression familiale pour prendre un poste salarié » témoigne Milcos. Mais l’expérience ne durera que quelques mois et Milcos décide alors de se consacrer à plein temps à Nio Far.

nio far milcos
Milcos devant quelques-uns de ses sacs © dabira design market

Il a l’idée de faire des sacs de voyage et des chaussures, en associant le bogolan et le cuir. Il est alors le premier au Sénégal à réaliser des sneakers avec ce mélange. Et là, les ventes décollent, la presse commence à s’intéresser à sa marque. « C’est à ce moment-là que j’ai vraiment décidé de faire du haut de gamme et de proposer des modèles exclusifs ». Il part au Mali bien décidé à trouver un fournisseur qui pourrait lui réaliser ses propres motifs. « Le bogolan que je trouvais à Dakar était trop léger à mon goût » constate Milcos. Pour rappel, le bogolan est un tissu teint à la main avec des plantes, et de l’argile. Après pas mal de péripéties, il rencontre quelqu’un à San, à 400 kilomètres de Bamako, avec qui le contact passe bien et qui devient son fournisseur attitré. « Le bogolan est un tissu résistant qui permet une exploration créative intéressante. Chaque modèle a sa propre histoire et sa propre signification » explique le jeune créateur.

Son atelier avec cordonniers et couturiers est installé dans le nord-est de Dakar et Milcos rêve d’ouvrir bientôt un espace pour présenter sa marque et ses produits. « Je ne cherche pas seulement un espace de vente mais un showroom où je pourrais faire vivre une expérience à mes clients » imagine Milcos.

nio far baskets sneakers bogolan cuir
Les sneakers Nio Far by Milcos

Aujourd’hui, la moitié de ses ventes se font à l’étranger. Les commandes se font grâce à Facebook ou à Instagram et DHL, son coursier favori !

L’an dernier, Milcos a eu l’opportunité de faire partie du programme YALI (Young African Leaders Initiative), un programme lancé par Barack Obama en 2010 pour donner une chance aux jeunes leaders africains et renforcer leurs compétences. Après une sélection drastique (600 personnes retenues pour 45 000 postulants dans 3 catégories), les heureux élus sont envoyés dans de grandes universités américaines où ils reçoivent une formation accélérée. « Je suis parti 3 mois à Darmouth où j’ai pu profiter des conseils d’entrepreneurs de haut niveau et visiter des entreprises comme Timberland » se souvient le jeune homme. « C’est une formidable occasion de se créer un réseau et de tisser des partenariats en Afrique et au-delà ».

Avec Nio Far, Milcos prend son temps pour bien faire les choses. « Je préfère vendre dans la durée, plutôt qu’être une marque éphémère. Je construis petit à petit mon image, en veillant à produire des produits artisanaux mais avec des standards internationaux ». Il expose régulièrement à des événements choisis avec soin. Il a ainsi participé Salon Afrodyssée, le marché international des tendances africaines à Genève ou encore à African Trends Market en Suisse.

Il travaille actuellement sur sa prochaine collection qui devrait sortir en mai 2019. « Nous vivons une époque d’effervescence au Sénégal aussi bien en termes de mode que de design, de photo, d’arts plastiques… avec des gens talentueux qui n’ont pas peur de montrer leur savoir-faire et leur créativité. Et il existe une vraie entraide entre nous. C’est passionnant et très motivant » conclut le jeune designer.

Page Facebook, compte Instagram de Nio Far

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet